Partagez|

◮ Tell me when you hear my heart stop [ftMatthew]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Elektra C. Rhys

    Caw caw ... Ravenclaw


Humeur : ça va ça va imhotep


MessageSujet: ◮ Tell me when you hear my heart stop [ftMatthew] Ven 1 Juin - 21:44



✖MATTHEW & ELEKTRA✖
« You're just too good to be true / I think I'm loosing control »



Quand je regarde ma vie de haut, que je prends du recul sur celle ci pour y réfléchir pour voir ce que j'ai accompli je remarque qu'elle n'est pas aussi exceptionnel que ça, que mon plaisir de vivre ne vient que d'activité qui vont disparaître avec le temps puisque une fois en dehors de Poudlard je ne ferais ni carrière dans le Quidditch ou alors d'un Club de Duel quelconque puisque lorsqu'on s'affronte à l'extérieur ça peut aller jusque la mort...Ma vie est tellement morose, simple, goutant des plaisirs déjà achevés, qu'avais je réellement qui pourrait durer, qui me rendrait heureux jusque la fin de mes jours, qu'avais je réellement qui pourrait me rendre plus fort, faire de moi un vrai homme, qui me pousserais à atteindre un objectif digne de se nom. Je ne savais pas et je ne sais même pas ce que je vais faire de ma vie, ça parait tellement bête je le sais mais j'en sais vraiment rien, je n'ai pas tellement décidé, j'aimerais peut être faire carrière entourer d'animaux du monde de la magie car cela me fascine grandement mais au plus profond de moi je cherchais l'aventure et pas la petite aventure où un brin de courage est nécessaire, non je cherchais le danger, l'adrénaline , la peur, le surpassement de soi, tout ça car je menais une vie trop banale, trop simple et cela ne me plaisait pas, c'est bien pour ça que je me bat souvent à Poudlard, ou alors que je provoque beaucoup lors des matchs du Club de Duel, j'aime me mettre en danger et par moment je me demande moi même de qui ou d'où ça peut me parvenir cela. Enfin bref, d'accord je me plains de ma vie alors que bon nombre de personne rêverais d'avoir la même que la mienne, après tout j'ai encore mes deux parents, je vis bien, je n'ai pas tellement de soucis scolaire, et j'ai une place dans les meilleurs activités extra scolaire de Poudlard donc pourquoi se plaindre surtout que ce que je demande ou veut dépasse tout le monde et personne n'aimerait ça, mais une vie où la mort nous suit à grande pas et qu'on fait tout pour lui échapper ne serrait pas là le vrai sens de la vie, de la protéger, de vouloir la garder, de tout faire pour survivre et non pas vivre...Cela reste à méditer disons que ça me fera un bon sujet de réflexion lors d'un soir où je n'arriverais pas à dormir. Par moment mes pensées sont tellement présente que je ne peux fermer les yeux, alors je reste allongé sur mon lit regarde le plafond, où j'en profite pour airer dans les couloirs essayant de ne pas me faire prendre, afin d'aller m'aérer dehors. Je me sens tellement seul par moment, totalement abandonné et laissé pour compte, je vois personne autour de moi, pour m'aider ou me faire reprendre mes esprits d'habitude c'est ma mère qui m'aide à mieux comprendre le monde qui m'entourer, à me fixer que sur certaine pensée, ne pas voir des choses auquel je ne devrais pas penser. Elle me refixe sur la vie que je dois mener et non celle qui pourrait me perturber ou faire de moi quelqu'un que je ne suis pas, ça parait difficile à comprendre tout ça mais pourtant voilà ce que je fais la plupart du temps, j'ai des amis mais je traine souvent seul pourquoi ? Je ne sais pas alors que pourtant lorsque je suis seul je me met à penser pour rien et ça me perturbe comme je le suis en ce moment, et quand je suis dans cette état là et bien je m'énerve très vite ce qui me pousse plus vite à entrer en conflit avec des personnes qui par moment non rien fait et j'ai souvent du mal à me calmer ou alors qu'une seule personne y arriver mais elle n'est pas là...

En effet j'arpentais tout seul le chemin menant vers le stade de Quidditch, ok d'accord je n'avais pas mon balai avec moi mais j'aimais rester assis devant le terrain cela me permet de m'apaiser et de penser à autre chose, de penser à mon futur match ou alors d'imaginer les vrais joueurs professionnels entrain de jouer devant moi, j'ai déjà vu quelques matchs de Quidditch au niveau mondial mais pas tellement hélas. Je disais donc que je me rendais vers le stade, si le cœur m'en dit je jouerais un peu avec la balle même si ce n'est pas mon rôle au sein de l'équipe car en effet je suis l'attrapeur phare de l'équipe de Quidditch de Griffondor, j'adore ce post, car il est si important pour l'équipe il faut savoir que si l'on attrape le vif d'or on gagne déjà 150 points mais également on fait directement gagner l'équipe, c'est assez énorme et c est une lourde responsabilité puisque même si on peut pas l'attraper il ne faut pas laisser l'attrapeur d'en face essayer de le faire. J'ai déjà attraper plusieurs vif d'or mais pour ma part je n'ai jamais laissé les autres attrapeurs le faire lors d'un match de Griffondor, enfin si ok d'accord je l'avoue qu'une réel compétition se joue entre Elektra et moi, c'est l'attrapeur de l'équipe de Serdaigle et disons que nous avons le même bon niveau dans ce jeu, ce qui le rend le match d'autant plus intéressant et on s'en joue un peu tout les deux en se taquinant sur ça. J'aimais tellement ce sport, c'est un sport si intéressant, si entrainant, si passionnant, avec tant d'adrénaline en jeu c'est peut être pour cela que je le fais d'ailleurs cela rejoint mes pensées d'auparavant, en tout cas ma mère est fière de moi et c'est bien le principal car je veux lui faire honneur et la représenter, représenter mon nom comme il se doit c'est le plus important. Enfin bref, j'avançais donc vers le stade où au moment d'y être proche je vois une silhouette au loin assis sur un banc, un balai juste à côté, peut être une équipe qui vient s'entrainer mais plus je m'approchais et plus je remarquais c'est trait fin, doux, une courbure excellente, des cheveux dorés et lisses ayant l'impression d'avoir de la soie en or à la place des cheveux...c'est bien Elektra, une coïncidence ? Je ne sais pas mais c'était bien elle, mon sourire ne fut que plus joyeux lorsque je la vis, mais même de loin elle me paraissait assez bizarre, je le ressentait d'ici. Je m’arrêtais un moment, je la sentais blessé mais je ne serrais dire pourquoi je vous assure, ce lien je l'ai depuis un bon moment avec elle et il s'intensifie de plus en plus mais j'ai peur de lui en parler, de lui avouer, de lui dire par peur que notre amitié s'achève... Je repris donc ma marche pour aller vers elle, j'avançais de plus en plus vite comme pour montrer que je voulais être auprès d'elle au plus vite, que j'en avais besoin que ça en dépendait presque de ma vie...Une fois fait, je la regardais, elle se mit à me sourire et je fis de même, je voyais en ces yeux qu'elle avait pleurer, et je me demandais bien pourquoi, un nouveau point dans mon cœur se serra puis je me suis mis à l'écouter.

Ces paroles m'ont tout de suite fait rire même si son salut n'était pas si saluant que ça je savais qu'il se tramait quelque chose et je n'aimais pas ça, car elle a toujours été joyeuse avec moi, voir même heureuse, ou alors drôle et amusante mais pas dans ce cas si, espérons que je n'ai rien fait qu'il l'est blessé, je souriais donc pour lui répondre en disant : " Non, disons que j'aime être au stade pour méditer un peu, passer du temps tranquillement mais c est vrai que je me fais un petit entrainement de temps à autre, mais mon don est naturel c'est pour cela que je suis supérieur à toi au niveau attrapeur, et que tu ne me battra plus jamais ! " , bien sûr on n'en riait tous les deux car on n'aimait ce taquiner sur ce point mais tel n'était pas l'envie que j'avais tout de suite, je m'assis donc à côté d'elle avant de lui prendre doucement la main pour le lui caresser en disant doucement, l'air un peu inquiet, " Qu'es ce que tu as Elektra ? Je sais que tu n'es pas bien, tu peux pas me le cacher, j'arrive à le ressentir, qu'es ce qui s'est passé ? Quelqu'un t'a fait du mal ? Tu peux tout me dire tu le sais bien ! " , je continuais de lui caresser automatiquement la main comme pour la mettre à l'aise, son visage n'était pas naturel enfin pas comme d'habitude en tout cas, elle qui me paraissait si jolie, si belle, elle est mon soleil, celle qui me fait me lever le matin, qui me donne envie de profiter de la journée, rien que de l'idée de la croiser et de lui parler ne serait ce qu'un petit moment peu me mettre d'humeur joyeuse pour la journée, elle est si douce et son rire si chaleureux, que le simple fait de la savoir malheureuse pourrait me faire devenir un meurtrier sur celui ou celle qui l'aurait mis dans cette état. Je n'ai pas peur de l'avouer, je sais que je l'aime et pas qu'un peu surtout pas en amitié, elle m'est si exceptionnel, si...j'ai du mal à la définir tellement elle m'est rendu parfaite lorsque je l'a vois, il était donc de mon rôle de l'épauler de l'aider dans son mal être car elle l'a toujours fait pour moi maintenant que c'est le contraire et quand bien même d'habitude elle ne me parle pas de ces états d'âmes, aujourd'hui, maintenant je veux savoir, je veux l'aider, et je ferais tout pour qu'elle me dise ce qu'elle a...Son bonheur et mon bonheur, son malheur et mon malheur, je suis ce qu'elle est comme elle est ce que je suis un lien très fort nous unis alors quand elle est touché, je suis touché, je dois tout faire pour la soigner et c'est ce que je vais faire, car il n'y a qu'une mauvaise nouvelle qui peut lui faire lâcher son balai comme elle l'a fait...
Code by Anarchy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Elektra C. Rhys

    Caw caw ... Ravenclaw


Humeur : ça va ça va imhotep


MessageSujet: Re: ◮ Tell me when you hear my heart stop [ftMatthew] Jeu 2 Aoû - 12:40



✖MATTHEW & ELEKTRA✖
« You're just too good to be true / I think I'm loosing control »


 Alors que son regard se perdait sur l'horizon, Elektra ne pouvait s'empêche de penser à tout ce qu'elle convoitait le plus au monde. La liberté. Ce sentiment de plénitude qui émanaient d'un simple terme pourtant bien défini dans le passé. Les hommes se sont toujours battus pour la trouver, et malgré les époques, les générations qui se sont succédées les unes après les autres, elle était toujours l'objet de fantasme de beaucoup de personnes, pour ne pas dire toutes. Qui n'a jamais rêvé de pouvoir parcourir le monde sans se soucier des moindres problèmes que cela engendrerait ? Qui n'a jamais rêvé de vivre selon son propre chef sans avoir à craindre les remontrances d'une puissance ? Enfin, qui n'a jamais rêvé de voler juste pour pouvoir ressentir ce que les oiseaux pouvait côtoyer quotidiennement ? Un sourire commença à illuminer le visage de la jeune fille, dont le blond de ses cheveux reflétaient les quelques rayons qui perçaient par delà les nuages. Et dire qu'il avait fallut qu'elle soit la honte de celui qu'elle respectait plus que tout. Son père était un homme qu'elle ne cesserait d'aimer tout au long de sa vie et même au delà. Et en amour comme ailleurs, il y avait souvent des passes ou des moments qui étaient plus difficiles que d'autres. On lui avait appris au fil des années, c'était une des raisons pour laquelle, on lui avait appris à ne pas exprimer ses sentiments par la parole. Après tout qu'en resterait-il si ce n'était un souvenir dont les bribes finiraient par s'évaporer au fil des jours ? Les choses qui comptaient le plus étaient bien au contraire les gestes d'affection et tout ce qui résultait d'une attention particulière. Une étreinte, un sourire, un contact, un cadeau, toutes ces petites choses qui, aux yeux de tous, paraissaient bien banales, mais qui avaient une toute autre signification en ce qui concernait la famille Rhys. Ses pensées obscures reprirent néanmoins le dessus, alors qu'elle tentait de dessiner dans une brume vaporeuse le visage déçu de son père. Elle ne savait pas dans quel état d'esprit elle devait se trouver. Devait-elle en être honteuse ? Lui qui lui avait répété sans cesse d'agir selon ce qu'elle pensait juste sans se soucier des conséquences. Ou devait-elle au contraire s'en énerver, alors qu'elle jugeait le comportement de chaque protagoniste aussi puéril les uns que les autres. Ce qui était probablement le pire dans cette histoire, était qu'il lui demandait de grandir, alors que lui même n'agissait pas en tant qu'adulte responsable. Elektra finit par souffler d'agacement, chassant d'un revers de mains les prémices de larmes qui auraient pu couler à profusion sur ses joues. Elle avait appris à être forte de caractère devant les autres. Mais se pouvait-il qu'elle puisse laisser ce masque de côté alors qu'elle était seule ?

Sa réponse resta en suspend alors qu'elle reconnut au loin l'arrivée d'une personne. Se sentant soudainement honteuse, alors qu'elle parvenait à reconnaître comme il se devait la silhouette de celui dont elle était éperdument amoureuse, la jeune Serdaigle tenta de dissimuler les moindres de ses doutes derrière le masque qu'elle avait osé quitter. Au fur et à mesure des pas de Matthew vers elle, Elektra se sentait à la fois heureuse et nerveuse de ce qui allait se passer. Certes, elle adorait passer du temps en sa compagnie, il était et serait à jamais son rayon de soleil. Celui pour qui elle trouvait la force de se lever le matin, ne serait ce que pour l'apercevoir au moins une fois dans la journée. Heureusement pour eux, ils étaient dans la même promotion, ce qui incitait ainsi la jeune fille à toujours vouloir se dépasser ne serait ce que pour qu'il lui accorde quelques minutes d'attention. A bien y regarder, beaucoup de choses les rapprochaient. En effet, ils vouaient à peu de choses prés la même attirance pour ce qui était du Quidditch mais surtout le vol. Leurs aspects aventuriers étaient toujours mis en exergue par ce fait là, ce qui permettait ainsi à l'un comme à l'autre de trouver des points de rapprochement. Elektra appréciait jouer contre Matthew. Le match en valait toujours la chandelle et elle savait qu'ils allaient se dépasser. Il suffisait de remarquer les regards qu'ils se lançaient au cours de ces derniers pour s'en rendre compte. Elle même, n'agissait pas, tant que Matthew n'avait pas bougé et vice versa. De même qu'ils s'amusaient à pousser les limites de chacun à raison de l'adrénaline qui les guidait. Combien de fois ont-ils joué à piquer du nez dans le vide afin de savoir lequel des deux allaient raccroché le premier en remontant ? Le nombre était tellement important, ainsi que les chutes et les blessures également mais ils n'arrêtaient pas pour autant. C'était quelque chose qui leur appartenait et seulement à eux. De même que lorsqu'elle le voyait, Elektra ne pouvait s'empêcher de sourire. Certes, elle souriait quasiment en permanence, mais quand Matthew était là, tout en elle lui faisait penser qu'il l'était pour elle et seulement elle. Autant dire qu'elle se sentait pour une idiote bien plus d'une fois et qu'elle mettait tout en œuvre pour essayer de dissimuler ses pensées, mais cela revenait à chaque fois. Et lorsqu'ils leur arrivait de partager la même paillasse parfois en cours de potion, cela ne faisait que renforcer les moindres traits qu'ils avaient en commun. Quelque part ils en arrivaient à se compléter. Lui était le sérieux et elle le petit grain de folie qui permettait de réussir la potion. Lui était le lion qui les préservait alors qu'elle était l'aigle aux sers acérés, prête à le garder auprès d'elle dés qu'elle le pouvait. Quoi qu'il en soit, sa manière de penser à l'heure actuelle allait dans ce sens là, même si il résidait encore cette part d'elle qui en restait nerveuse quand à la lettre qu'elle avait reçu aujourd'hui. Les larmes qu'elle avait réussi à retenir ne passaient pas encore la barrière de ses yeux. Comme si ce mur était infranchissable et signe d'une perte certaine. Bien entendu, beaucoup vous diront que cette pensée est complètement absurde car quoi de plus naturel que les pleurs. Mais pour Elektra l'affaire était tout autre. Bref, elle salua ainsi le garçon qui lui paraissait être tout autant inatteignable que charmant à ses yeux de manière sobre. Chose dont elle n'avait pas l'habitude de faire pour quiconque. Cependant, il l'avait prise au dépourvu, et Matthew était probablement le seul, après sa meilleure amie, à qui elle pouvait s'accorder ce genre d'entorse.

Le regard qu'ils échangèrent, aussi bref soit-il réchauffa le cœur d'Elektra qui ne put s'empêcher de sourire une nouvelle fois. Cette sensation était étrange. Alors qu'elle n'allait pas bien un simple regard vers Matthew la rassurait et lui emplissait le cœur de joie. Comme si tout les soucis qu'elle avait n'étaient rien en comparaison du bonheur qu'il lui donnait. De même qu'elle s’apercevait en même temps, par son regard à lui, que quelque chose l'inquiétait ou l'avait énervé. Elle était incapable de mettre le doigt dessus, mais elle le sentait à son tour. La réponse qu'il lui accorda marquait bien une confidence à son égard. Chose qu'elle apprécia énormément, car c'était là un gage de confiance. Si il était venu ici aujourd'hui, sans compagnie de son balais, c'était parce qu'il avait besoin de réfléchir. Un mince sourire s'étira sur les lèvres de la jeune fille, ils avaient encore ça en commun. Mais la manière dont il continua l'a fit réagir presque instantanément. Et elle se pencha, pour relever le bas des pantalons de l'une des jambes de Matthew en commentant.  «  Mais c'est que tes chevilles vont en prendre un coup. Fais gaffe avant de dire des choses pareilles. Surtout que bon... Je ne veux pas te décevoir mais tous deux connaissons la vérité quant à qui battra l'autre. » Elle s'était redressée durant sa phrase, et lui avait tiré la langue avant de se mettre à rire de bon cœur. C'était plaisant de pouvoir rire un peu. Surtout de partager un tel moment avec Matthew. Alors qu'il s'était assis à côté d'elle, Elektra ne pouvait s'empêcher de le fixer en souriant un peu. Il l'apaisait de part sa simple présence, et elle voulait lui rendre ce qu'il lui donnait en agissant de la même manière. Elle ne s'attendait pas, en revanche à ce qu'il perçoive aussi distinctement son mal être et qu'il l'exprime avec autant de facilité. Prenant dans un premier temps sa main, Elektra sentit un frisson la parcourir. Ce geste tendre, elle en rêvait depuis longtemps et même si elle n'allait pas bien, cela ne pouvait lui prodiguer que quelque chose de bien. Elle se mit ainsi à fixer leurs mains liées l'une à l'autre comme si ce souvenir resterait à jamais gravé dans sa mémoire. La chaleur de la paume de Matthew dans la sienne était semblable à la douceur du soleil de printemps lorsqu'il décidait de se montrer un peu, et dont les rayons lui léchaient le visage. Son mince sourire resta intact encore quelque secondes jusqu'à ce que la mélodie de sa voix ne la ramène à la réalité en lui demandant le pourquoi de son air triste. Oups... Celle là elle ne l'avait pas vu venir, mais alors pas du tout. La jeune fille se dépêcha de relever son regard pour fixer Matthew avec un air surpris. Et c'est avec un ton des plus incertain qu'elle baragouina un début de phrase.  « Moi ? Non tout va bien, tout va toujours bien. Je suis contente que mon loveur soit venu passer du temps avec moi. Bon c'est dommage que tu sois sans ton balais, on aurait pu faire une course mais c'est bien aussi de rester au sol. » Elle tenta de lui adresser un sourire sincère et franc et rapprocha sa main libre sur la tête de Matthew pour lui ébouriffer les cheveux. Elle savait qu'il n'aimait pas cela, ou du moins pas quand il était bien coiffé. Mais bien vite, et sans pouvoir en comprendre la raison, son sérieux revint, et c'est en baissant à la fois sa main et son regard qu'elle continua avec le même ton qu'une petite fille.  « Ça se voit autant que ça ? » Elle n'attendit pas sa réponse et se contenta de relâcher sa main pour se décaler un peu et soulever de dessous ses fesses la lettre de son père, qu'elle tendit à Matthew sans pour autant oser le fixer.

 « Je... Enfin, lis tu verras. » A cette heure précise, Elektra avait honte. Honte de l'image qu'elle renvoyait à son père mais également honte de celle dont Matthew devait avoir d'elle. La fierté était probablement le défaut le plus terrible qui existe, même si dans son cas il ne s'exprimait pas de manière extrême. Il n'empêche qu'elle se sentait terriblement honteuse mais surtout puérile d'être autant affectée par de simples mots. D'autant plus que Matthew avait probablement mieux à faire et que nous disposions chacun de nos problèmes propres. Mais parfois, nous avions tous besoin d'une aide aussi mince soit-elle. Nous disposions de cette même envie de vouloir faire confiance en une personne, de pouvoir agir tel que nous étions, sans avoir peur de l'autre. Elektra pensait depuis des années avoir trouvé cette personne en Matthew. Son comportement, sa présence, ses attentions, tout en lui la guidait pour qu'elle puisse oser lui faire confiance sans avoir peur en retour. C'est étrange comme de simples rencontres ou de simples présences puissent influer sur les comportements des gens. Enfin, quoi qu'il en soit, malgré ce qu'elle pouvait ressentir à l'heure actuelle, la jeune fille lui tendait ce morceau de papier dont les froissures sur l'enveloppe révélaient à quel point, elle n'avait pas arrêté de la lire et de la relire. Elle lui tendit du bout des doigts pour qu'il puisse ainsi s'en saisir, jusqu'à ce qu'un bruit de mouvement au dessus d'eux, ainsi qu'une voix à moitié autoritaire s'exprime.  « Tobby rend moi ma baguette ! Je ne vais pas le répéter une autre fois. » Une jeune fille de première année essayait de maîtriser l'art du vol tant bien que mal, alors qu'un garçon aux cheveux roux répondit en se moquant.  « Bah viens la chercher, regarde je la pose.... » Il fit mine de réfléchir quelques secondes et remonta vers le haut des gradins du stade pour la déposer en haut des tours et crier de la haut.  « Allez viens la chercher. Tu peux le faire. Sauf si t'as trop peur... » La petite fille s'offusqua et se mit à renfrogner son nez avant de répondre avec une voix bien sûre d'elle qu'elle irait la chercher. Elektra ne put s'empêcher de rire en voyant ça, et lança un regard complice à Matthew alors qu'à ce même instant la lettre qu'elle tenait dans ses doigts étaient en train de brûler.  « Qu'est ce que ... » Elle relâcha le morceau de parchemin et l'enveloppe et les regarda se consumer avec un air déçu. Cependant cela ne fut que de courte durée, puisqu'elle se mit à regarder en direction du ciel, et les deux énergumènes étaient visiblement en train de réaliser un petit duel dans les airs. Le garçon lançaient des sorts de première année certes, mais un sort de saucissonnage n'était pas ce qu'il y avait de plus appréciable, alors que la petite fille sortait de sa poche ce qui ressemblait être des scrouts à prétards pour les jeter sur son adversaire. Elektra ne savait pas si elle était énervée ou si au contraire, elle devait les laisser pour qu'ils se calment entre eux. Mais il fallait décider très vite, puisqu'ils n'arrêtaient pas de se prendre des scrouts à pétards dans les environs. Soufflant d'agacement, la jeune fille termina par se lever, puis attraper son balais, avant de prendre la main de Matthew pour l'entraîner avec elle sous les gradins. Là au moins, personne ne viendrait les déranger et ils pourraient ainsi discuter tranquillement. Essayant de s'engouffrer sous les diverses poutres de bois, la jeune fille trouva enfin un endroit plus calme ou elle se laissa tomber tout en soufflant, après avoir lâché la main de celui qu'elle aime.  « Pffff les premières années... Ils sont chiants. C'est comme les serpentards ça. Enfin... ça va toi ? Tu n'as rien ? » Elle s'installa de manière plus convenable, en tailleur, et regarda en direction de Matthew avec des yeux inquiets. Mais elle trouva assez de force pour lui sourire et lui tendre à nouveau sa main pour l'inviter à la rejoindre.  « Viens avec moi s'il te plaît. » Peut être jouaient-ils à un jeu dangereux à se trouver à proximité de cette manière là l'un de l'autre. Mais Elektra avait besoin de lui, comme elle l'avait pensé auparavant. C'est pourquoi elle se décida à continuer sur un air sérieux cette fois les raisons de son état d'âme.  « Je … je ne suis pas douée pour dire ce que je ressens, ni même pour parler de moi. Je ne suis pas habituée à le faire. A vrai dire je ne le fais jamais, pas même avec ma meilleure amie. Parce qu'on trouve qu'il suffit juste qu'on soit là l'une pour l'autre pour que ça aille mieux. Et je crois, je pense en être sûre un peu même, que depuis qu'on se connaît, depuis qu'on traîne ensemble, depuis qu'on apprend nos qualités et nos défauts, bref depuis tout ce temps, j'ai besoin de toi. » Cette fois ci, son regard passa sur le sol caillouteux de l'endroit et elle e pinça la lèvre afin de réfléchir à ce qui était le mieux. Qu'est ce qu'il l'était ? D'aller au bout ou au contraire de s'arrêter là ? Il était avec Drew, elle ne pouvait pas se permettre de lui dire le fond de sa pensée. Mais agir en amie, ça elle le pouvait, aussi elle continua encore.  « J'arrive à comprendre ce que tu dis quand tu expliques que tu ressens des choses en me voyant. Que tu arrives à savoir ce que je pense. C'est pareil pour moi, quand je te vois. Et tu avais raison de me le demander toute à l'heure. » La jeune fille se mit à penser à la lettre qu'elle avait vu brûlé sous ses yeux. Peut être était-ce là le signe qu'elle devait l'oublier ou avancer... Elle n'en savait rien, mais elle l'avait assez lu pour se remémorer de chaque mots. Aussi, elle releva son regard incertain pour le poser dans celui de Matthew et lui demanda.  « Est ce que tu as déjà déçue quelqu'un toi ? Au point que cette personne te demande de changer tous tes principes et tout ce à quoi tu croyais ou du moins ce dont on avait voulu te faire croire ? » La jeune fille espérait être comprise, surtout par lui. Elle voulait juste son réconfort et son amitié, même si elle n'aurait jamais imaginé les lui demander un jour. Mais n'était-ce pas là ce que font des amis entre eux ? Elle l'aurait fait pour lui, encore et encore si il le lui avait demandé. Elle serait capable de n'importe quoi, tant qu'il lui permettait en échange de le savoir heureux et de le voir sourire. Après tout, il l'avait dit lui même, il n'y avait que de cela quelques minutes maintenant. Quelque chose les unissait, et il s'agissait de cette raison là qui leur permettait à l'un comme à l'autre de savoir qui ils étaient. Bien entendu, Elektra aurait aimé le connaître d'un autre façon. Qu'ils puissent partager plus qu'ils ne le faisaient déjà et qu'ils puissent ainsi agir naturellement. Elle avait envie de faire partie de son monde, d'être celle qui le rendait heureux. Mais elle ne pouvait pas espérer tout cela, si il ne le désirait pas. Car avant toute chose, et comme elle ne cessait de se le répéter, les moindres relations étaient toujours construites à deux. Seul on ne peut rien faire.

code by shiya.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ◮ Tell me when you hear my heart stop [ftMatthew]

Revenir en haut Aller en bas

◮ Tell me when you hear my heart stop [ftMatthew]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Hear my heart burst again | Kim Dae Hyun
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» The way of the heart.
» Total eclipse of the heart ϟ Pete (terminé)
» Hello hello, can you hear me? I can be your china doll if you want to see me fall. ₪ 31 jan, 20h15
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destination Poudlard :: Poudlard :: Dehors :: L'Espace Quidditch :: Le Stade-