Partagez|

Doctor, doctor give me the news || with Liam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Halloween H. Howlingale

Tireuse d'élite de Baguette Magique

Humeur : Débordée!


MessageSujet: Doctor, doctor give me the news || with Liam Mer 11 Juil - 21:56


    -Arrêtez-vous où vous êtes !

    D’aussi loin que je me souvienne, ce genre de phrase n’a jamais marché sur aucun criminel d’aucune sorte. Ça pourrait être drôle, un jour, d’en voir un réellement s’arrêter bien gentiment en attendant qu’on le mette à Azkaban. Mais les miracles se faisaient rares ces temps-ci et mes collègues et moi étions littéralement obligés de courir après les criminels. Je jetai un regard blasé à mon collègue qui avait osé lancer une phrase aussi clichée. Comme si le type s’attendait à avoir un quelconque effet sur la présente course poursuite avec une remarque pareille.

    Accroupie derrière le bar d’un pub miteux, j’entendis des pas précipités, signe que non, le type ne s’était pas « arrêté où il était ». De toute façon, ça aurait été trop beau. Presque aussitôt, une demi-douzaine de sorts fusèrent dans la pièce, ricochant un peu partout sur les murs, les miroirs, le plafond. A côté de moi, une autre de mes collègues se releva précipitamment pour lancer un stupéfix qui n’eut pas le mérite d’atteindre sa cible. Bien sûr, le sorcier que nous devions arrêter était déjà parti au pas de course en comprenant que le Ministère était là pour son compte ! Mieux vaut ne pas trainer dans les parages quand on a agressé un pub moldu à l’aide de différents sortilèges !


    -Il est à l’étage ! beugla un type de la Brigade de la Police Magique.

    Comme un seul homme, nous nous précipitions vers les escaliers. Le pub avait été vidé de tous ses moldus et n’était plus à présent qu’une espèce d’amas de tables et de chaises renversées, sans compter les débris de verres qui couvraient le sol. La routine. Quand les tireurs d’élite de baguette magique intervenaient quelque part, ce quelque part n’en ressortait pas propret et intact en règle général. Disons plutôt que j’avais l’habitude de travailler dans un bordel pareil. Je touchai à peine la rampe des escaliers quand j’entendis derrière moi :


    -Si ça se trouve, il a déjà transplané depuis longtemps, on perd notre temps !

    -Il n’a jamais eu son permis de transplanage,
    sifflai-je entre mes dents sans me retourner.

    J’avais eu le temps de faire mes recherches avant d’arriver ici. On envoyait toujours les renforts, c’est-à-dire nous, après les premiers signes de détresse de la Brigade. Ce qui à vrai dire, arrivait souvent. Ces abrutis se laissaient déborder beaucoup trop rapidement et devoir leur prêter main forte sur les trois quarts de leurs affaires commençaient à nous gonfler, moi et mes collègues.


    -Si on transplane à l’étage, on aura plus de chance de le coincer ! De toute façon, à moins qu’il saute d’une fenêtre, il est fait comme un rat.

    Je levai les yeux au ciel. On m’avait souvent dit que j’aimais avoir raison sur tout. Mais la vérité, c’était que j’avais vraiment raison sur tout.

    -Le bruit du transplanage pourrait trahir nos positions ! Si ça se trouve, il se trimballe avec de la poudre de cheminette sur lui, il suffit qu’il croise une cheminée et bye bye ! Où est-ce que vous avez dégoté votre insigne, un putain de paquet de Chocogrenouilles ?!

    C’était pour cette raison que j’appréciai particulièrement d’avoir été promue tireur d’élite de baguette magique. Les agents de la Brigade étaient si peu réfléchis qu’ils partaient la tête la première sans prendre le temps de se concentrer sur la situation ! « Touchent le fond mais creusent encore ». Un autre tireur d’élite eut un hochement de tête pour me donner raison et commença à gravir silencieusement les marches. D’un seul coup le bâtiment était devenu si silencieux que même le frottement de la poussière sur le plancher s’en trouvait assourdissant. Un à un, nous montâmes à l’étage, baguette magique à la main. Il devait bien être quelque part… Caché dans une chambre, dans une armoire, n’importe où. Nous étions assez nombreux pour couvrir chaque pièce à l’étage. Comme d’un commun d’accord, chacun parti dans une direction différente. Mes pas soulevaient un peu plus de poussière à chaque enjambée. Seigneur, personne ne fait le ménage dans le coin ?! Ma main se posa sur la poigné de porte de ce qui semblait être un placard à balai. Ou peu importe l’équivalent chez les moldus. J’étais prête à l’ouvrir d’un coup sec quand :

    -STUPEFIX !


    Pas besoin d’être un génie pour comprendre que la cible n’était toujours pas atteinte. Je me précipitai en direction du cri, courant le plus vite possible. Si le type arrivait jusqu’aux escaliers, il pourrait se faire la malle sans trop de problème. Hors de question. En pleine course, j’aperçu nettement la silhouette que je pourchassai tourner à l’angle d’un couloir. Plus vite, beaucoup plus vite ! Allez ! Un bruit de craquement détourna mon attention quelques instants et un agent de la Brigade me passa devant, me poussant par mégarde contre le mur du couloir. Il y eut un bruit de verre, des bruits de pas… Avant que je réalise que mon épaule était prise dans les débris d’une fenêtre, j’avais déjà eu le temps d’y enfoncer davantage ma chair. Stupide réflexe de se débattre ! Plus j’essayai de me décoincer, plus je m’enlisai. Génial, absolument génial. J’étouffai un gémissement de douleur et, après une dernière tentative pour me sortir de là, j’abandonnai en reposant mon front contre la partie de la vitre glacée restée intacte.


    -Halloween, ferme les yeux !

    Sans comprendre pourquoi, j’obéis sans poser de question. Un nouveau puis de débris de verre m’indique qu’on est en train de casser tout ce qui entoure mon bras pour que je puisse me dégager. Tournant mon regard vers mon sauveur, je reconnus un autre tireur d’élite de ma division.

    -Laisse-moi regarder.


    Tant mieux, qu’il regarde parce que moi, je n’en avais aucune envie. A la place, je tournai la tête à l’angle du couloir ou j’avais vu le criminel courir. Avant d’atterrir dans une fenêtre.


    -Vous l’avez attrapé ?

    -Tais-toi et laisse-moi voir !

    Il chassa vivement ma main qui recouvrait la moitié de ma blessure. Je n’ai pas mal. La douleur est dans la tête, rien que dans la tête. Je n’ai pas mal, pas du tout.

    -Bordel ce que ça fait mal ! finis-je par lâcher malgré moi.

    -Je vais devoir te faire transplaner jusqu’à St Mangouste, c’est assez profond.

    -T’es complètement fou ! Si tu laisses ces idiots s’occuper du fugitif autant le laisser s’enfuir tout de suite ! Tu sais comment ils… comment ils… comme…


    Mon partenaire était lentement mais surement en train de se diviser en deux… puis en quatre… Et puis en trou noir.

    Je me réveillai dans un sursaut. Tellement que je manquai de peu de perdre mon équilibre. Je fus tentée de me stabiliser avec mes deux bras mais une douleur fulgurante m’empêcha de mobiliser le gauche comme je l’aurais voulu. Exact, la fenêtre, le verre, mon bras coincé dedans… Il me fallut cligner plusieurs fois des yeux avant de retrouver une vision plus nette. Une vision qui m’apprit en quelques coups d’œil qu’on avait finalement réussi à m’emmener à St Mangouste. Si jamais ils avaient laissé s’échapper le fugitif j’allais… ! Une nouvelle vague de douleur se rependit dans mon bras. Toujours pas soignée… Je devais être ici depuis peu de temps alors… Une horloge accrochée un peu plus loin indiquait 22h15… Oh Seigneur j’espère que le service de nuit vaut le coup !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doctor, doctor give me the news || with Liam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [EVENT] Witch Doctor give us the magic words ▬ pv Lilinn & Warren
» Kent Nelson - Doctor Fate
» Breaking news Dany Tousen fe STROKE
» I'LL GIVE YOU ANYYYYYYYYYTHING, I'LL GIVE YOU ANY RING.
» [22/04/11] Une news qui sert à rien
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destination Poudlard :: Londres :: Hopital Sainte Mangouste :: Niveau 0 : Accidents matériels-