Partagez|

Une amitié ... des confidences ... un simple espoir (PV Mael)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Evengeline H. Butcher

Elève de 7ème année - Poufsouffle

Humeur : Avec un espoir


MessageSujet: Une amitié ... des confidences ... un simple espoir (PV Mael) Dim 18 Mar - 16:14



Don't tell me if you're dying... Cause I'll die too
Mael & Evengeline

Les jours passaient et se ressemblaient tous. Du moins, ce quotidien était devenu une répétition sans la moindre faille pour la jeune fille. Autant dire que le réveil, le petit déjeuner, le fait de se préparer dans la salle commune avant d'aller en cours, pour ensuite manger à nouveau, repartir en cours, aller en étude afin de faire au mieux ses devoirs et se recoucher n'étaient pas ce qu'il y avait de plus passionnant dans une vie. La jeune fille ne s'accordait jamais aucun écart et encore moins la moindre entrave au règlement. Elle se pliait à n'importe quelle règle sans broncher, sans même juger si elle était bonne ou plutôt mauvaise. Non, elle préférait de loin attendre que le temps passe et que quelque chose lui arrive. Mais ne dit-on pas que sans forcer le destin, ce dernier risquerait de ne jamais arriver ? A vrai dire, elle n'avait jamais pensé à la question en elle même. Cela ne lui servirait probablement pas, ou du moins cela se scellerait par une déception. Voilà pourquoi, Evengeline était cette élève si banale dans ce monde hors du commun. Peut être le regretterait-elle un jour ? Ou peut être pas ? De toute manière, il n'était pas nécessaire de penser à l'avenir. Bien au contraire, le sien avait été brisé il y avait cela deux ans maintenant. Et vouloir s'en créer un autre était pour l'instant au dessus de ses forces, malgré les apparences qu'elle voulait bien montrer à chacun. Ses amis devaient certainement la voir comme elle était avant, ou peut être avec ce léger voile de tristesse qui s'était installé dans son regard peu après l'accident. Mais jamais, elle n'avait voulu changer pour autant, et n'avait souhaité paraître une autre. La dépression, le lacement, tout ce qui pouvait avoir un rapport de près ou de loin avec un comportement visant à entraîner de la pitié de la part des personnes qui la rencontreraient. Non, elle ne voulait pas cela, tout comme elle ne souhaitait pas non plus agir de la sorte avec quelqu'un qui aurait pu être dans le même état d'esprit qu'elle. Elle se redressa du mur sur lequel elle était appuyée alors que quelque chose se mouvait au niveau de ses mollets. Un sourire apparut alors que sa boule de poil préférée était en train de se frotter contre elle. La jeune poufsouffle se baissa et s'installa en tailleur contre le mur, alors qu'elle parlait et qu'elle câlinait ce chat qui l'avait pris en affection, elle ne savait trop comment. Il était devenu son ami et elle s'attachait de plus en plus à lui, si bien qu'elle se demandait si elle pourrait l'amener avec elle une fois l'école terminée. Elle s'attachait bien trop vite... Que voulez vous personne n'est parfait...

Quelques minutes plus tard, Spooky, comme elle se plaisait à le nommer était parti vers d'autres aventures. Ce qui incita la jeune fille à se relever. Que faire maintenant ? Les cours étaient terminés pour la journée et elle n'avait pas envie d'aller s'enfermer dans une pièce sombre pour travailler. Non, elle avait juste envie de lire un roman. D'ailleurs elle n'avait toujours pas terminé celui qu'elle avait commencé il y avait de cela quelques semaines. Une lueur d'espoir dans le fin fond de ses yeux, Evengeline se décida à sortir de l'humidité et la noirceur du château pour retrouver l'humidité et la fraicheur de l'extérieur. Le parc était un excellent endroit pour permettre à l'imagination de gambader vers des horizons inconnus. De même, que l'espace était assez grand pour y trouver une place calme, permettant ainsi d'entrer dans un bulle de coton. En quelques pas, elle s'aperçut que ce n'était peut être pas une bonne idée, l'air était légèrement vif, elle risquait probablement d'attraper froid. Mais en même temps, qui se souciait de sa santé à présent? Elle haussa les épaules et continua à marcher tête baissée. Elle pouvait nettement entendre de-ci de-là des voix qui s'élevaient. Certains étaient en train de discuter à propos des cours, d'autres au sujet d'éventuelles rumeurs, et d'autres encore cherchaient juste à passer le temps. Le comportement typique des élèves de n'importe quel établissement. Elle releva le regard afin de vérifier si elle n'allait pas vers un chemin interdit, et reconnut à ce même instant une silhouette qu'elle connaissait bien. S'approchant avec le plus de discrétion possible, ce dernier lui tournait le dos, si bien qu'elle s'amusa, une fois à sa hauteur, à le chatouiller tout en énonçant en riant.

    -Bouh !

Evengeline aimait beaucoup rire. Peut être même autant que manger des chocolats, allez savoir. Mais ce qu'elle appréciait e plus était de faire rire les autres. Ces personnes comme Mael qu'elle appréciait énormément et avec qui elle voulait tant pouvoir entrevoir un avenir. Non pas amoureux, loin de là cette idée, mais un avenir dans lequel, elle saurait qu'elle pourrait compter sur ses amis et qu'ils seraient toujours là pour elle. Voilà, la vision qu'elle voulait avoir lorsqu'elle était en sa compagnie. Le jeune homme se retourna quelque instants plus tard, accentuant ainsi le rire de la jeune Poufsouffle et lui permettant de retrouver un sourire radieux.

    -Toi aussi tu cherches quoi faire pour t'occuper ?


Il était aisé d'agir aussi simplement et naturellement avec des personnes que l'on voit tous les jours et dont on apprécie la compagnie. Mael était un garçon charmant, autant physiquement que dans son comportement. Evengeline pensait qu'il vivrait toujours un bonheur incommensurable, car il appelait à le vivre. Elle l'écoutait dés qu'il avait besoin d'elle, tout comme elle savait qu'il pouvait être un réconfort de son côté également.

    -Je ne te dérange pas au moins ?


Une moue légèrement inquiète se dessina sur ses lèvres, alors qu'elle le fixait en attendant sa réponse.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Mael Grisham

Elève de 7ème année - Serdaigle


MessageSujet: Re: Une amitié ... des confidences ... un simple espoir (PV Mael) Dim 18 Mar - 18:57

Evengeline Ҩ Mael
« Une amitié ... des confidences ... un simple espoir »


La fin de journée avait sonné. Hallelujah j'allais enfin pouvoir retourner dans la salle commune penser à autre chose qu'a la prof d'histoire de la magie. Quoi que ça ce n'était pas encore gagner. Il fallait pourtant que j'arrête d'y penser. Je ne pouvais pas continuer à croire à des choses pareils. J'avais été plus distrait aujourd'hui que d'ordinaire. Je restais d'humeur joyeuse et n'arrêtais pas pour autant de faire l'idiot mais ça ne m'amusais plus autant. Il fallait que je passe du temps avec mes mais pour ne pas penser à Lilja, si je me retrouvais seul c'était fichu et j'y pensais sans cesse. Pourquoi avait-il fallut que je tombe amoureux d'une prof? Je ne pouvais pas faire comme tout le monde et trouver quelqu'un de mon âge? Non il avait fallut que je me différencie comme si le fait d'être connu pour être l'amuseur de service n'était pas suffisant. J'aurais aimé parler de tout ça à ma jumelle mais elle avait d'autres occupations en ce moment. Elle m'avait avoué sortir avec Alexander Johnson un serpentard. J'espèrais juste qu'elle ne m'oublierait pas. J'avais un peu peur de me retrouver tout seul. Laetitia à toujours été là, après tout nous étions né à quelques heures d'équart j'avais le droit d'avoir peur de la perdre. Je rangeais mes affaires de cours et quittais la salle de classe. Tout le monde se dirigeais vers la salle commune. Dehors il faisait encore froid et la neige tombais encore par moment. Finalement je ne fis pas comme tout le monde et décidais d'aller faire un tour dans le parc.

La nature s'accomodait au temps. Comme les humains d'ailleurs. On vivait au rythme des saisons comme on l'avait toujours fait. Un cycle parmi tant d'autre auquel nous ne faisions plus attention et pourtant chaques couleurs, chaque brise de vent, chaque flocon de neige avait son importance. La nature faisait bien les choses disait-on. Je me demandais pourquoi je faisais toujours tout différement. C'était certes ce qui faisait de moi quelqu'un d'unique mais parfois je me demandais réelement ou je serais si j'avais été différent. Je marchais vers le parc pensif, voyez à quel point la solitude me rends pensif. J'avais pourtant prévu de ne pas rester seul mais au fond j'avais peut être besoin de l'être un petit peu. La vie est parfois bien compliqué quand elle s'y met. Sérieusement je ne doutais pas que les choses pouvait changer, mais j'étais comme j'étais et rien ne me ferais changer. Tant pis si nous n'avions pas le même âge après tout est ce que c'est si important un âge? Je savais que Lilja n'était pas indéférente. Je n'étais pas idiot. Il faudrait qu'un jour je trouve le courage d'aller la voir et peut être que si elle m'écoutait ... "Bouh".

Je sursautais complètement surpris par cette voix que je reconnu aussitôt. Je ne m'étais pas attendu à voir Evengeline ici. Après des chatouilles de sa part et une belle frayeur je finis par rire. [b]"Tu m'a fichue la trouille."
Elle me demanda si je cherchais à m'occuper, " Pas vraiment, je pensais ..." Evengeline était une amie, bien plus qu'une amie une confindente. Je savais que quoi qu'il arrive je pouvais tout lui dire. Peut être que j'avais besoin de parler de ça à quelqu'un. Peut être qu'elle pouvait me conseiller. "Non pas du tout en fait c'est même une bonne chose que tu sois là." Je lui souris. J'aimais beaucoup Evengeline, de façon différente certes mais elle était toujours là pour moi et c'était réciproque. Je la pris par la main et l'emmenais avec moi vers un banc ou nous pourrions discuter." J'ai besoin des conseils d'une fille."

fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Evengeline H. Butcher

Elève de 7ème année - Poufsouffle

Humeur : Avec un espoir


MessageSujet: Re: Une amitié ... des confidences ... un simple espoir (PV Mael) Mar 20 Mar - 9:54


Don't tell me if you're dying... Cause I'll die too
Mael & Evengeline
Ainsi perdu dans ses pensées, l'ami de la jeune fille lui renvoyait l'image qu'elle empruntait depuis maintenant plusieurs années. La réflexion était parfois une bonne chose, mais dans d'autres circonstances, elle pouvait s'avérer être un véritable fardeau, un cercle vicieux visant à enfermer celui qui s'y pense à l'abri dans une solitude profonde. Chose qu'elle ne voulait en aucun cas pour n'importe quelle personne. Certains pouvaient dire qu'ils voulaient le mal pour une personne, Evengeline était incapable de souhaiter la moindre hostilité pour n'importe qui, et surtout pas cette défaillance précise. La dépression faisait bien trop de dégâts, pire que ceux infligés par le physique parfois. Cependant, Mael n'était pas ainsi. Du moins, pas le confident qu'elle connaissait depuis quelques temps déjà et pour qui elle se plaisait à lui venir en aide à n'importe quelle occasion. Voilà pourquoi, elle ne s'était pas posée une seule fois la question, alors qu'elle s'apprêtait à le surprendre, quant à cette action. Ils riaient d'ailleurs, malgré les maugrées de son ami. Cette plaisance permettait à la jeune fille de se sentir existé pour quelqu'un. Elle en avait besoin malgré elle. C'est ainsi qu'elle se laissa aller à rire un peu plus encore, mais quelques secondes plus tard, le sérieux s'installa sur son visage. Elle l'avait dérangé … La culpabilité s'empara de son être, alors que Mael lui expliquais qu'il pensait. Le regard se baissant petit à petit, la jeune fille termina par regarder ses pieds. Cependant, cette légère moue s'évanouit aussi vite, alors que son confident lui expliquait qu'il avait certainement besoin d'elle. Remontant, ainsi son regard, elle en profita pour lui répondre avec un sourire sincère.
    -C'est bien la première fois qu'on me dit ça. Qu'est ce qu'il se passe ?

Le sourire qu'il affichait ne présageait pas que cela soit grave, du moins la jeune poufsouffle l'espérait. C'est ce qui l'incita à le suivre, alors qu'il prenait sa main pour qu'ils aillent s'installer sur un banc un peu plus loin. Fronçant ses sourcils une fois installée, Evengeline regarda son confident avec une attention particulière. Un conseil d'une fille … Qu'est ce qu'il devait bien se passer pour qu'il ait besoin d'elle de cette manière là ? Voulant avant tout détendre l'atmosphère pour ainsi lui prouver qu'il pouvait avoir confiance, la jeune fille s'amusa à faire de l'humour.
    -Non … Évite de t'épiler ça fera vraiment moins viril.

Un éclat de rire émana de ses lèvres, alors qu'elle haussait exagérément les épaules pour accentuer ce qu'elle venait de dire. Mael comptait énormément pour elle, voilà pourquoi elle ne pouvait se résoudre à le laisser dans le doute trop longtemps.
    -Pardon, je voulais simplement faire de l'humour.

La jeune fille retrouva alors son sérieux et en profita pour lui caresser le haut de sa main à l'aide de son pousse. Un signe réconfortant, qu'elle appréciait donné lorsqu'elle sentait que ses amis en avant besoin. Evengeline était certainement bien trop maternelle avec eux, cela lui ferait défaut à un moment donné ou à un autre. Cependant le besoin de l'autre et cette envie d'exister pour les autres étaient bien trop important pour elle à présent.
    -Tu sais que tu peux tout me dire, je suis là.

Oui elle était là, tout comme elle le serait toujours pour lui. Souriant de plus belle, elle porta son autre main au niveau de sa poche et en sorti ce qui ressemblait être un bonbon à la fraise, qu'elle tendit à Mael.
    -T'en veux un ?

Evengeline était une poufsouffle, autrement dit une gourmande née. Attendant qu'il le prenne, Evengeline espérait au plus profond d'elle lui prouvait qu'il pourrait toujours compter sur elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Mael Grisham

Elève de 7ème année - Serdaigle


MessageSujet: Re: Une amitié ... des confidences ... un simple espoir (PV Mael) Jeu 22 Mar - 20:40

    Ce qui se passait? J'aurais tellement aimé ne pas devoir en parler. En fait je trouvais mon comportement totalement enfantin pourtant je savais que ça allait au délà de ça. J'aimais réelement Lilja. Je ne saurais expliquer pourquoi c'était elle, ni comment je pouvais l'aimé alors que je la connaissais à peine mais je savais ce que je ressentais et que je ne mentais jamais sur ça. C'était pourtant la première fois que je tombais réelement amoureux. Il avait fallut que se soit d'une professeur.

    Evengeline me fit rire lorsqu'elle me dit qu'il fallait que j'évite de m'épiler. Elle avait toujours sû me faire rire et c'était ce que j'appréciais chez elle. Son rire était si à elle. J'adorais l'entendre rire. Je la reconnaissais entre mille. Je ne la blamerais jamais pour faire de l'humour. C'était tout ce que j'aimais.

    "Je le sais, et tu sais que jamais je ne t'en voudrais pour en faire."

    Je lui affichais un magnifique sourire, oubliant quelques secondes le sujet de mes réflexions. Evengeline avait toujours été très douce et gentille avec moi. Je ne pouvais qu'être content de l'avoir comme amie.Comme confidente. Elle me dit être toujours là pour moi et jamais je ne la remercierais assez pour ça. J'avais vraiment besoin qu'elle m'éclaire sur certains points. Elle me proposa un bonbon et par gourmandise l'acceptai, après avoir manger ce bonbon je finis par lui demander mon conseil.

    "Je ne sais pas trop par où commencer, c'est la première fois que ça m'arrive alors j'avoue que je suis un peu perdu avec tout ça. Commençons par le commencement je dirais. J'ai ... enfin je suis comment dirais-je? Hum ... plus ou moins tomber amoureux d'une fille et je ne sais pas comment faire pour qu'elle le comprenne. Je voudrais savoir surtout ce que vous les filles vous attendez qu'on vous dise dans ces moments là. Tu vois ce que je veux dire?"

    Le sujet était délicat. Je ne tenais pas à préciser qu'il s'agissait en fait d'une prof, Evy trouverait peut être que c'était déplacé de ma part et même si je savais qu'elle ne me jugerais pas j'avais tout de même peur qu'elle le fasse et quelque part m'en veuille. J'espèrais vraiment qu'elle pourrait m'aider, et m'éclairer sur la façon de faire bien les choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Evengeline H. Butcher

Elève de 7ème année - Poufsouffle

Humeur : Avec un espoir


MessageSujet: Re: Une amitié ... des confidences ... un simple espoir (PV Mael) Ven 23 Mar - 21:02


Don't tell me if you're dying... Cause I'll die too
Mael & Evengeline
Selon les diverses définitions fournies pour ce terme, l'amitié était pour la plupart un sentiment d'attachement mutuel entre deux personnes. Ce dernier pouvait être plus ou grand en fonction de la complicité avec laquelle nous voulions établir un lien pour la personne qui nous faisait face. L'amitié était une force avec laquelle chacun de nous avait besoin d'agir pour ainsi s'épanouir et se trouvait. La bonté, le soutien, la confidence allaient de pairs avec l'honnêteté, la candeur et autre confiance que l'on accordait à l'autre. Il n'y avait besoin de nul jugement, ce terme était d'ailleurs à proscrire lorsqu'il s'agissait de rentrer dans les méandres de cette affection. Il n'y avait nul besoin d'une passion ardente également. L'amitié était un amour réciproque à part entière, sans pour autant avoir à craindre le regard de l'autre. Voilà, comment Evengeline parvenait à définir ce discours pour le moins polémiqué par beaucoup. Selon elle, l'amitié était certainement bien plus fort que ce que pouvait être l'amour. Mais cela était certainement du à sa naïveté bien définie. Elle ne connaissez pas l'amour, pour la simple et bonne raison qu'elle n'avait jamais aimé. Bien sûr, comme tout un chacun, elle connaissait les signes de ce dernier, du moins le pensait-elle. Elle en faisait les frais lorsqu'elle croisait Sevastian. Mais pouvait-elle parler d'amour à ce moment là ? Ils n'échangeaient rien, ils ne s'offraient rien, il ne se côtoyaient pas. Et puis, elle restait certaine qu'elle ne lui plaisait pas. Après tout, à qui pouvait-elle plaire? Elle ne savait pas non plus ce que cela pouvait représenté d'être aimée. Enfin... Si elle savait ce que cela faisait, grâce à l'amour que ses parents lui avaient porté, mais également par celui de ses amis. Cependant, elle ne parvenait pas à distinguer cette chose qui fait qu'elle aurait pu se sentir exister pour une personne. Elle avait beau lire encore et toujours ce qu'elle qualifiait d'histoires romanesques, elle plaisait toujours autant à rêver de pouvoir être à la place de ces héroïnes et ainsi connaître cet amour ardent et sans faille qu'elles vivaient. Bien entendu, beaucoup lui avait dit qu'elle n'avait pas à croire en l'amour de cette manière là, qu'il n'existait pas, qu'elle ne le trouverait jamais et qu'il fallait surtout qu'elle redescende sur Terre. La jeune Poufsouffle se contentait d'acquiescer d'un signe de tête, mais au fond d'elle, elle continuait à y croire. Ils vivaient dans un monde magique... Ses parents s'étaient aimés comme au premier jour... Pourquoi ne pourrait-elle pas y croire finalement ? Là n'était pas la question de toute manière.

La jeune fille secoua légèrement sa tête pour chasser ses pensées et revenir à la conversation qu'elle était en train d'avoir avec le garçon qui comptait énormément pour elle. Se confier était une aubaine autant pour Mael, que pour Evengeline. La confiance mutuelle était probablement le plus beau des cadeaux, surtout pour la jeune fille. Se sentir utile et pouvoir apporter quelque chose aux autres mais surtout aux personnes qu'elle appréciait le plus la rendait plus heureuse. Ce simple fait parvenait parfois à lui faire oublier ses ressentis et sa solitude. Ses amis étaient sa force, ils lui permettaient d'avancer et de passer à autre chose, de pouvoir continuer à garder sa volonté de vivre. Ils représentaient tout, mais leur avouer n'était probablement pas une bonne idée. Aussi se contentait-elle d'être assidue et toujours présente lorsqu'ils avaient besoin d'elle. Chose qu'elle venait tout juste de spécifier à Mael en lui accordant un sourire rayonnant. Une chaleur réussit à l'envahir de tout son être lorsqu'il lui renvoya cette même image. Il la rassurait rien que par ses gestes et ses dires. Tout comme elle remarquait qu'elle pouvait faire de même avec lui. Mael était certainement celui qui permettait à Evengeline de gagner un peu de confiance en elle, juste parce qu'il restait lui même.

Ils échangèrent ainsi un regard complice, avant qu'elle ne se décide à agir pour lui donner une gourmandise. Il s'agissait probablement d'une expression de son côté protecteur à son égard, cependant, elle adorait offrir des choses aux personnes qu'elle aimait. Il s'agissait de simples gestes, mais qui pourtant s'avéraient être des dons qui rassuraient. Mangeant à son tour le chocolat, la jeune fille garda son regard ancré dans celui de son confident. Il ne lui fallut que quelques secondes, cependant, pour que le regard qu'elle avait si maternel devienne un peu plus inquiet. Non pas une inquiétude liée à un événement grave, mais plutôt celle d'une appréhension liée à un comportement. Mael parut soudainement bien plus pensif et gêné. Chose que Evey avait déjà été amené à voir, mais certainement pas de cette envergure. Aussi, elle se contenta de mieux se réajuster à son niveau et elle écouta avec attention les mots qui s'en suivirent. Lorsqu'il énonça dans un premier temps qu'il ne savait pas trop par où commencer, Evengeline le regarda avec ce même regard inquiet, mais ne dit mot. Un sourire s'afficha cependant sur le coin de ses lèvres, lorsqu'il tenta de faire un peu d'humour, en reprenant le fait qu'il fallait qu'il commence par le commencement. Et ce sourire empli de bonté resta intact alors que son ami lui avouait qu'il était amoureux. Cette nouvelle était réellement quelque chose d'extraordinaire pour lui, cependant, un voile de tristesse se forma devant les yeux de la jeune fille. Elle espérait seulement que la fille qu'il avait choisit puisse le rendre heureux et épanoui. Elle se tut malgré tout, préférant le laisser ainsi terminer. C'est alors qu'elle put enfin apprendre en quoi Mael avait besoin de ses conseils. Et pour tout dire, Evengeline resta légèrement interloquée avant de trouver quelques mots pour lui répondre.
    -Hum... Je pense que ça dépend beaucoup de la fille en question. Enfin, je ne sais pas trop... Mais par exemple certaines attendent des affections particulières, des gestes, des regards, certaines paroles. Et d'autres au contraire préfèrent agir avec de l'indifférence, pour tester l'intérêt des garçons en question. Mais je pense qu'on attend toutes quelque chose en particulier. Et ce quelque chose, c'est ce que te dicte ton cœur quand tu es en présence de celle qui te plait.

Elle marqua un temps d'arrêt à la recherche de ce qui était probablement le plus adéquat dans ce genre de situation. Soucieuse de trouver ce qui pourrait aider au mieux son ami, elle continua sur ce même ton.
    -Je sais que ce que je te dis dois paraître très... naïf, c'est ce qu'on me reproche souvent. Mais si j'attends quelque chose, dans ce cas de figure là, c'est vraiment ce que dicte le cœur de celui que j'apprécie.

Evengeline lui sourit avant de reprendre sur un ton beaucoup plus amical et moins réflexif.
    -J'espère que la fille en question est digne de toi. Tu mérites beaucoup et tellement. Elle est vraiment chanceuse de t'avoir. J'ai le droit de savoir qui c'est ?

Elle se mit à sourire davantage, mais arrêta aussitôt; alors qu'elle repensait à quelque chose qu'il lui avait dit un peu plus tôt.
    -Attends avant de me répondre, j'ai besoin de savoir quelque chose … Tu es amoureux ou pas ? Comment tu te sens quand tu es en présence d'elle ?

Elle ne le jugeait en aucun cas, elle ne se serait jamais permis une telle chose. Non bien au contraire, elle agissait en tant qu'une amie proche, pour qui Mael n'avait pas à avoir peur. Elle ne voulait que son bien, et rien d'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Mael Grisham

Elève de 7ème année - Serdaigle


MessageSujet: Re: Une amitié ... des confidences ... un simple espoir (PV Mael) Sam 14 Avr - 15:28


Evengelyne avait toujours sut trouvé les mots à mettre sûr mes questionnement. Elle savait toujours répondre présente lorsque j'en avais besoin. De mon côté j'étais là aussi pour elle. Pour la faire rire lorsqu'elle en avait besoin. La prendre dans mes bras et la consoler s'il y avait besoin même si je préférait largement utiliser mon humour pour réparer certaines choses. La vie avait tellement de reflets différents qu'il fallait savoir être polyvalent avec tout. J'écoutais avec attention ce qu'elle me disait. Cela dépendait de beaucoup de filles. Géniale il allait falloir que je réussisse à savoir ce que Lilja attendait de l'amour. Comment allais-je faire? Qu'allais-je encore inventer. Ce qu'elle me dit ensuite me toucha énormément. Elle souhaitait que je sois heureux. Elle voulait savoir de qui il s'agissait. Je souris timidement. Je me demandais si je devais mentir où dire la vérité. J'étais bien trop soucieux de lui mentir que je savais déjà ce que je lui répondrais.

«Je le serais le jour où elle acceptera de me voir tel que je suis. C'est assez … compliqué pour l'instant parce que théoriquement je n'ai pas le droit d'afficher ce que je ressens.»

Théoriquement si nous affichions au grand jour ? Certains serait contre et ça pourrait faire perdre son poste à Lilja. Enfin c'est souvent ce qui était arrivé, en tout cas dans le monde moldu on a souvent vu ça. Je ne voulais pas qu'il lui arrive ça par ma faute. Puis, elle me demanda si je l'aimais. Comment je me sentais avec elle.

«Oui je l'aime. Je serais pas dire comment ça se fait que soit tombé sur elle mais quand je la vois j'ai … j'ai cet envie d'aller tout lui dire, il n'y a pas une minute où je ne pense pas à elle. A chaque minutes chaque … secondes. Je … je ne sais pas pourquoi ça me tombe dessus comme ça mais je sais ce que je ressens.»

Il était très difficile d'ailleurs de ne pas penser à elle surtout quand j'étais dans ses cours. J'ai songé plusieurs fois à ne pas y aller mais je me suis dit qu'elle soupçonnerait quelques chose. Je n'avais pas envie de lui faire croire que je pouvais être sensible même si c'était le cas. J'étais un mec après tout et j'avais un peu de fierté.

fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Evengeline H. Butcher

Elève de 7ème année - Poufsouffle

Humeur : Avec un espoir


MessageSujet: Re: Une amitié ... des confidences ... un simple espoir (PV Mael) Lun 16 Avr - 13:27


Don't tell me if you're dying... Cause I'll die too
Mael & Evengeline
Il était difficile de pouvoir parler de sentiments lorsqu'on les connaissait pas. Bien entendu, Evengeline était une fille et se doutait que le grand amour pouvait exister, quelque part... Si des personnes avaient pu le retranscrire dans des livres, alors c'est qu'ils devaient exister. Ou peut être que ces personnes là faisaient justement parties de la maison des Serdaigle et que, par conséquent, avaient une imagination débordante. Le fantasme de chacun pouvait être aisément retrouvé dans des ébauches d'écritures. Tout dépendait toujours de l'interprétation qu'on voulait bien lui prêter. Et l'amour et tout ce qui en découlait était une véritable aubaine comme sujet. Chacun en avait sa propre vision, chacun en espérait ses propres convictions. Il fallait juste trouver en ce bas monde la personne qui avait la même vision que soit, et parfois cette personne ne se trouvait pas. Peut être parce qu'elle n'était pas à proximité ou peut être parce qu'elle appartenait à un autre temps. Mais quoi qu'il en soit, la jeune fille avait osé répondre à son meilleur ami de la manière qu'elle pensait la plus juste. Que lui conseiller de mieux que de suivre ce que lui dictait son cœur ? Après tout, n'était ce pas ce à quoi aspirait l'amour ? Si justement. Et Evengeline espérait au plus profond d'elle avoir réussi à donner à Mael une réponse des plus encourageantes.

C'est ce qu'elle avait voulu penser alors qu'elle avait pu remarquer un timide sourire apparaître sur ses lèvres. Comme elle lui avait dit, il méritait cette sensation de plénitude, tout comme il méritait le bonheur qu'elle n'aurait jamais. Mael était aimant envers les personnes qu'il appréciait, et savoir que quelqu'un était à même de lui rendre ce qu'il pouvait donner conférait à Evengeline une sensation de bien être. Un de ses meilleurs amis était heureux, que pouvait-elle demander de plus ? Les poufsouffles sont très altruistes au détriment d'eux même, c'est ce qui faisait leur force et ce qui perdurera toujours. Cependant ce sentiment s'évapora quelque peu avec les dires de son confident à propos d'un certain empêchement vis à vis de ses sentiments. Un voile de questions commença à s'installer devant les yeux de la jeune fille, alors qu'elle tentait de remettre tout dans l'ordre.
    -Tu ne lui as encore rien dis à propos de tes sentiments ?

La question s'échappa de ses lèvres, alors que la jeune Poufsouffle regardait son ami avec la plus grande attention. Peut être avait-il peur ? C'était l'impression qu'il dégageait en tout cas. Chose qu'elle voulait bien comprendre. Comment réagirait-elle si elle était confrontée à ce genre de situations ? La peur d'être déçue l'empêchait tout attachement de cette envergure, mais pourtant elle espérait. Chose assez contradictoire et pour le moins troublante. Mais Mael, lui n'avait rien à craindre. Un être comme lui ne serait probablement jamais déçu, il inspirait tellement les bonnes choses que penser à ce genre de choses était étrange. Ce voile de doute commença toutefois à se dissiper, alors qu'il lui racontait ce qu'il ressentait. Cette fois ci, ce fut un sourire qui prit place sur les lèvres de la jeune fille alors qu'il lui racontait tout. Cette fille avait énormément de chance. Déjà pour avoir quelqu'un comme Mael dans sa vie, mais surtout pour parvenir à lui faire ressentir des sentiments comme il lui décrivait. Evengeline avait l'impression de vivre ce qu'elle lisait depuis des années. Elle se voyait comme la meilleure amie des protagonistes, heureuse pour eux et à même de les aider dés qu'ils lui demanderaient, sans rien attendre en retour. Juste pour qu'ils soient heureux et pour qu'ils puissent vivre en paix. Sortant de sa rêverie, la jeune fille enlaça ses doigts autour de ceux de son confident avant de rajouter avec une voix qui exprimait son émotivité.
    -J'envie cette fille, vraiment.

Elle marqua une courte pause et eut un léger rire avant de reprendre afin de le rassurer.
    -Je ne sais pas ce qui vous empêche de vivre comme vous le désirez, mais quoi que ce soit n'empêche pas la situation de vivre ce que tu ressens. La vie est difficile pour tout le monde, c'est pour ça qu'il ne faut pas laisser les épreuves nous affaiblir, au contraire, elles sont là pour nous rendre plus forts. Si tu aimes cette fille, comme tu viens de me le décrire, alors fonce Mael, ne la laisse pas partir.

Elle continua de lui sourire espérant que ce qu'elle venait de lui dire, l'aiderait un tant soit peu dans sa quête. Après quoi, elle relâcha sa main et s'amusa en lui lançant un regard plus enjoué.
    -Alors ? J'ai le droit de connaître son nom ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Mael Grisham

Elève de 7ème année - Serdaigle


MessageSujet: Re: Une amitié ... des confidences ... un simple espoir (PV Mael) Mer 18 Avr - 12:23

    «-Tu ne lui as encore rien dis à propos de tes sentiments?». Non, je ne pouvais pas. Oh ce n'était pas l'envie qui en manquait. No juste le fait qu'elle soit professeur et que j'avais peu qu'elle ne me croie pas. Qu'elle pense que ce n'était qu'un amour de jeunesse et que ce n'était pas réelle. Je savais que c'était vrai, je ne mentais pas sur ça. Jamais je ne mens sur mes sentiments. Evengeline m'avait toujours été de bon conseil. Encore aujourd'hui je ne la remercierais jamais assez pour tout ce qu'elle avait fait pour moi. Je lui souris. J'avais de la chance de l'avoir. Nos mains s'enlacèrent. Signe de réconfort et d'amitié. Elle me dit envier cette fille. Pendant un instant je me demandais pourquoi elle le disait cela. J'eus même peur qu'elle ai des sentiments pour moi. Je ne voulais pas la faire souffrir parce que je parlais de moi.

    «Je … je suis désolé de ...»

    Je ne savais même pas de quoi j'étais désolé. De ne pas être à la hauteur de ce qu'elle attendait? Mais qu'attendait-elle? Je n'étais pas dans sa tête je n'étais pas en elle. Je ne savais pas si je voyais juste où pas où si j'en faisais trop et ça m'agaçait de ne pas savoir. Je n'étais pas à Serdaigle pour rien. Je fais souvent l'idiot ça ne veut pas dire que je le suis. J'ai entendu dire qu'une personne intelligente pouvait facilement feindre de faire l'idiot mais l'idiot ne peut feindre l'intelligence. Ce n'était pas faux et c'était ce que je faisais quelque part je faisais croire que j'étais quelqu'un d'autre, un idiot peut être. En tout cas je ne considérait pas vraiment ça comme de l’idiotie, je faisais plutôt dans l'humour.

    «Ne la laisse pas partir.» Elle avait raison. Je ne devais pas la laisser partir. Il fallait que je lui dise. Je ne sais pas quand ni comment mais je trouverais un truc. Je n'en pouvais plus de garder ça pour moi. Je n'en pouvais plus de faire attention à tous ce que je disais. Pourquoi ne pourrions nous ne pas admettre la vérité ? Je souris à Evengeline. Elle me demanda à nouveau de qui il s'agissait.

    «Tu as raison, je ne la laisserais pas. Je … Très bien. Je vais te le dire. C'est … Lilja Aleran … la ... »

    Prof d'histoire de la magie. Mais ça elle le savait. Je me sentais tellement coupable d'aimer une professeur. J'avais vraiment le chic pour ne rien faire dans les règles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Evengeline H. Butcher

Elève de 7ème année - Poufsouffle

Humeur : Avec un espoir


MessageSujet: Re: Une amitié ... des confidences ... un simple espoir (PV Mael) Mer 9 Mai - 9:18


Don't tell me if you're dying... Cause I'll die too
Mael & Evengeline
Aider son prochain, faire en sorte que l'espoir puisse revivre dans les yeux de ceux qu'elle côtoyait, être une oreille attentive, voilà ce qui permettait à la jeune fille de pouvoir se sentir bien à son tour. Elle avait besoin de lire dans le regard des autres, surtout de ses amis, quelque chose qu'elle ne ressentirait probablement plus jamais : de l'espoir. La foi de croire en quelque chose de bon, le fait de savoir que l'on va retrouver quelqu'un qu'on aime, ou bien encore être juste une personne à part entière pour quelqu'un, voilà ce qu'elle souhaitait juste voir au delà des paroles échangées avec ses amis. Peut être était-elle trop rêveuse ? Ou peut être en demandait-elle beaucoup ? Cependant, elle se plaisait à croire et à voir que cela allait souvent vers ce comportement qui la faisait sourire, et la rendait heureuse elle aussi. Est-ce un mal de vouloir le bonheur de son prochain ? Est-ce une tare de ne pas être égoïste ? Oh bien sûr, un Serpentard ou même un Gryffondor y verrait là une faiblesse bien marquée. Mais si l'on y réfléchit bien, la faiblesse ne se trouve t-elle pas dans le fait de se plaindre ? N'est-elle pas ancrée dans l’orgueil de certaines personnes ? Là encore, cela dépendait des points de vue de chacun, et Evengeline tenait bien le sien. Être à l'écoute des autres et leur permettre d'aller mieux constituait sa véritable force et lui permettait de pouvoir croire ne serait-ce qu'un peu en elle.

C'est pourquoi regarder Mael lui sourire de cette façon ne pouvait que la faire sourire à elle aussi et lui prouver qu'elle l'aidait ne serait-ce qu'un peu. Il le méritait pour tout ce qu'il représentait, et la jeune fille espérait seulement qu'il ne doive jamais souffrir. Bien sûr, les réalités des choses les amèneraient tous les deux à souffrir un jour, cependant, elle était capable d'endosser la moindre peine juste pour qu'il puisse se sentir mieux. Et qu'il puisse vivre l'idylle qu'il méritait amplement avec celle dont il décrivait avec des mots amoureux. Qu'est ce qu'elle aurait aimé qu'on puisse parler d'elle de cette façon un jour... C'était tellement beau, tellement sincère. C'est pour cette raison qu'elle s'était allée en osant lui dire qu'elle enviait la fille qui hantait autant les pensées mais également le cœur de son meilleur ami. Chose qui sembla être prise d'une autre façon de la part de ce dernier, qui s'excusa. Le sourire intact d'Evengeline ne faillit pas pour autant, l'amenant même à rire légèrement avant de lui répondre honnêtement sur la même douceur.
    -Désolé de quoi ? D'être amoureux ? C'est la plus belle chose qui te soit arrivée, ne t'en excuse pas. Profites en au contraire.

Elle le fixa quelques secondes, remarquant au passage le fait qu'il la dévisageait lui aussi afin de trouver quelque chose qu'il n'aurait pas compris. Ce qui l'incita à reprendre la parole, afin de rétablir un bon équilibre à la conversation.
    -Je vais te décevoir mais je ne suis pas amoureuse de toi Mael. Je disais juste ça parce que c'est beau d'exister... enfin je crois.

Elle s'amusa à remonter sa main libre pour ébouriffer le cheveux de l'arrière de la tête de son meilleur ami et se mit à rire encore une fois. Cependant, le sérieux retrouva son apogée au sein de cette atmosphère qu'ils se plaisaient à créer, laissant ainsi la jeune fille lui expliquer davantage ce qui semblait être pour elle quelque chose de primordial. Ne pas oser dire ou faire les choses que l'on souhaite plus que tout était une erreur. D'ailleurs, la jeune poufsouffle n'arrêtait pas d'aller dans ce sens et ne pouvait qu'admettre cette stricte vérité. Voilà pourquoi, elle lui conseilla de ne pas laisser partir cette fille, de toujours faire en sorte de lui faire comprendre ce qu'il désirait et la manière dont il la percevait. Toujours souriante, elle regarda Mael avec des yeux maternels pendant qu'il lui expliquait qu'il ferait tout en son pouvoir pour la garder. Cependant, le sourire d'Evengeline se perdit lorsqu'il lui avoua de qui il s'agissait.
    -professeur d'Histoire de la Magie ?

Oups, cette phrase lui avait échappé... Et apparemment Mael était gêné de lui avouer. Evengeline parut abasourdie quelques secondes, ne sachant ni quoi dire ni quoi penser. Il était interdit de fréquenter les professeurs ou même l'ensemble du personnel de l'école et ce depuis toujours. Mais avec tout ce qu'il lui avait dit, Mael l'aimait c'était indéniable.
    -Elle t'aime aussi ?

Son regard se fit moins surpris et elle parvenait à retrouver celui qu'elle avait juste avant. Préférant toutefois montrer qu'elle ne le jugeait pas, la jeune fille s'empressa de rajouter sincèrement.
    -On ne choisit pas qui on aime, ça nous tombe dessus comme ça. Je suis certaine que tu sais ce que tu fais et ce que cela implique. L'important dans tout ça, c'est que vous soyez heureux tous les deux. Personne n'est en droit de vous juger.

Un sourire illumina son visage alors qu'elle espérait être crue par son confident.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Mael Grisham

Elève de 7ème année - Serdaigle


MessageSujet: Re: Une amitié ... des confidences ... un simple espoir (PV Mael) Sam 26 Mai - 13:21

Je me sentis idiot d'avoir cru qu'elle pourrait être amoureuse de moi. Je connaissais pourtant Evy depuis un moment et il n'y avait jamais eu que de l'amitié entre nous. De la pure amitié, la vraie celle qui combat tous les mots et qui rassemble après les batailles. Je ne savais comment j'avais pu penser qu'elle pourrait m'aimer par amour. Je pensais souvent que tout tournait autour de moi mais sans vraiment m'en rendre compte. Je n'étais pas enclin au narcissisme pour autant. Je voyais beaucoup de choses à offrir pour les autres. Ce fut donc un soulagement malgrés tout de savoir qu'elle n'éprouvait que de l'amitié pour moi.

«Tant mieux … je je me trouve idiot là maintenant mais je suis soulagé que se soit clair. Je ne veux pas que tu souffre. Tu es quelqu'un de formidable et je suis sûr que tu trouvera une chaussure à ton pied.»

Ses petits gestes amicaux me faisaient toujours rire. Mes cheveux en prenaient souvent un coup quand Evy était là mais je dois avouer que de toutes façons je ne les faisait pas souvent et ils avaient toujours l'air un peu défaits m'enfin nous parlions donc d'amour et d'amitié. Elle sembla perdre son sourire et je commençais à m’inquiétai parce que ça ce n'était pas bon signe. Je me sentais de plus en plus gêné et voyais pas que ça avait l'air de déranger. Elle me demanda si elle m'aimait aussi et j'approuvais d'un signe de tête. La suite de sa phrase me rassura. Evy avait toujours été quelqu'un de compréhensible. Je me demandais pourtant ce qu'elle en pensait réellement.

«Merci. Je … je ne sais pas où ça va me mener mais j'aimerais vraiment qu'on arrête de croire que parce qu'il y a différence d'âge il y a forcément des intérêt derrière. C'est complètement faux l'amour n'a jamais eu besoin d'âge pour exister. Je sais que c'est fou mais je n'ai jamais vraiment suivi les règles et en amour je doute qu'il y ai des règles. »

J'avais toujours cru que l'amour était une choses incompréhensible par celui qui n'était pas amoureux mais ce n'était pas forcément le cas il fallait juste mettre un peu de rêve et d'espoir pour y croire. Tout était possible si le véritable amour abritait les deux personnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Evengeline H. Butcher

Elève de 7ème année - Poufsouffle

Humeur : Avec un espoir


MessageSujet: Re: Une amitié ... des confidences ... un simple espoir (PV Mael) Mar 19 Juin - 8:34


Don't tell me if you're dying... Cause I'll die too
Mael & Evengeline
L'amour ne se contrôle pas, n'a aucune limite et ne peut être contraint de s'attacher à des règles pré établies au préalable. Voilà la vision pour laquelle Evengeline s'accordait le droit de vouloir croire en l'amour. Le vrai, l'unique, celui que l'on connaît à travers les romans qu'elle se plaisait à vivre. Celui là même qui nous rendait fort et fragile à la fois, celui pour lequel on voulait continuer à avancer, mais qui, en même temps, nous faisait redouter ce qui allait advenir. Un amour sincère et beau, un amour dont les protagonistes savaient au fond d'eux qu'ils n'en connaîtraient jamais un semblable à ce dernier. Peut être qu'il n'existait pas, après tout, le fantasme humain savait créer des choses les unes plus saugrenues que les autres. Mais Evengeline, certainement trop naïve malgré elle, voulait y croire, et s'attachait à vouloir le vivre de cette envergure là. Le vivrait-elle un jour ? Il était fort à parier que non, mais elle voulait tout de même y croire. Et ce n'était certainement pas cet amour là qu'elle portait à son meilleur ami. Mael représentait l'amour fraternel qu'elle aurait voulu donner à quelqu'un, cet amour même qui donne envie de protéger son prochain et de le préserver des moindres maux. Celui là même qui voulait donner cette impression de donner sa propre force à son profit, juste pour qu'il puisse vivre en paix avec lui même et heureux de tout. Voilà pourquoi, elle lui avait répondu de cette manière là, alors qu'un léger doute s'était installé auprès de Mael, quant à l'évocation de ses sentiments pour lui. Souriant de plus belle, la jeune fille s'était justifiée, ce qui semblait mettre mal à l'aise son confident l'espace d'un instant. Elle s'amusa alors à le bousculer légèrement pour lui permettre de sourire à nouveau. Le sourire de Mael était toujours une chose qui permettait de redonner de la joie à n'importe qui. Il ressemblait à un petit enfant devant des cadeaux de Noël et à chaque fois qu'elle le voyait de cette façon, la jeune fille ne pouvait s'empêcher de sourire à son tour. C'était un automatisme qu'ils avaient établis entre eux.

Cependant, lorsqu'il lui apprit qu'il se sentait quelque peu 'idiot ', Evengeline se pinça les lèvres. Elle ne voulait pas qu'il puisse croire une chose pareille, et cela lui faisait légèrement mal au cœur. C'est pourquoi, elle s'empressa de le chatouiller un peu, mais s'arrêta aussitôt alors qu'il continuait en lui avouant qu'il la trouvait formidable. Non, elle ne l'était pas... Du moins pas de son point de vue. Son manque de confiance en elle reprenait à présent le dessus, et alors qu'il lui avouait qu'il espérait qu'elle trouve son bonheur dans quelqu'un la jeune fille haussa ses épaules exagérément.
    -Au moins un de nous y croit. Je crois surtout que le nuage au dessus de notre tête te fait dire des bêtises. Elle se mit à rire légèrement avant de reprendre sur un ton amusé.- Bah oui, je ne suis pas formidable, je suis juste … moi. Et je suis là pour toi.

Elle lui adressa un nouveau sourire alors qu'elle s'amusait à lui ébouriffer les cheveux gentiment avant que la conversation ne se dévie vers les révélations qu'il avait à lui fournir. C'est ainsi que la jeune poufsouffle pu apprendre la relation qu'il entretenait avec le professeur d'histoire de la magie. Cette nouvelle était légèrement surprenante... D'autant plus que rien n'avait pu les trahir que ce soit d'un côté ou de l'autre dés qu'ils étaient à proximité. Mais après tout, l'amour mérite d'être partout. Et Mael semblait heureux de cette manière là. C'est pour cette raison, que, jugeant qu'elle n'avait à émettre aucun jugement la dessus, la jeune fille lui demanda simplement si en retour, la professeur l'aimait également. La réponse de Mael, qui hocha la tête de cette manière là, fit sourire la jeune fille encore plus. C'est ce qui l'incita à lui parler de l'amour de cette manière là et surtout de lui montrer qu'il pourrait compter sur elle, quoi qu'il advienne. Evengeline était son amie et le resterait toujours, du moins autant qu'il souhaiterait la garder.

Le jugement des autres n'apportait en général rien de bon, du moins de ce point de vue là. Voilà pourquoi, elle s'était empressée de réagir en lui expliquant que l'important dans tout cela était le bonheur de chacun. D'autant plus que Mael était un garçon formidable, qu'il méritait de connaître le bonheur et les joies qui en découlent, il n'avait pas à supporter les railleries des autres ou les mégardes de certains à propos d'un sujet qu'ils ne connaissaient pas. Enfin, c'était tout de même compliqué de pouvoir l'aider, alors qu'elle même ne savait rien de l'amour, si ce n'était qu'à travers les livres qu'elle lisait. Bref, ce qu'il lui expliqua sur ses craintes fit froncer légèrement les sourcils d'Evengeline. Les gens étaient idiots et surtout jaloux. Il suffisait que le bonheur guette une personne pour qu'il y ait forcément des critiques là dessus. Et la jeune fille n'appréciait pas trop que cela touche son meilleur ami. Ce qu'il lui expliqua finit néanmoins par la faire sourire. La vision qu'il avait pour l'amour était une chose merveilleuse. Et le professeur avait énormément de chance d'avoir un garçon comme lui, qui puisse penser de cette manière là. Entrelaçant ses doigts avec les siens, Evengeline lui sourit plus franchement avant de lui répondre.
    -Non il n'en a pas. Et personne n'est en droit d'oser vous interdire de vivre ce que connaissez maintenant. Je suis d'accord pour dire qu'il y a le règlement, mais après tout, l'amour est toujours plus fort que tout. Et tant que vous ne vous faites pas attraper tous les deux, vous ne risquez rien. Ce sera bientôt la fin de l'année, et à partir de là vous pourrez vivre pleinement ce que vous avez construis.

Elle marqua un léger temps de pause afin de mieux penser à ce qu'elle allait lui dire, puis reprit avec un ton qui se voulait protecteur.
    - Si vous avez besoin d'une couverture un jour, je serai là pour vous deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une amitié ... des confidences ... un simple espoir (PV Mael)

Revenir en haut Aller en bas

Une amitié ... des confidences ... un simple espoir (PV Mael)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Mes origines ménent à l'amitié ! [PV : Lueur d'Espoir, Patte Noire, Neige des Pics]
» Amitié inter-clan || Simple loup ou gradé
» Jeunesse haitienne: Quel espoir??? Quel avenir???
» L'amitié n'a pas de prix...(PV : Petit Lagon)
» AVIS DE RECHERCHE !!!!! LE PASSE SIMPLE AU PASSE COMPOSE !
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destination Poudlard :: Poudlard :: Dehors :: Le Parc-