Partagez|

Nobody's home ( Pv Walter)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Nathaniel Rider

Serveur à la Tête de Sanglier

Humeur : vengeur


MessageSujet: Nobody's home ( Pv Walter) Dim 25 Mar - 13:10




    Je venais de passer la pire semaine de ma vie. Ma rencontre avec Blade n'avait fait qu'empirer mon cas. En fait à présent je n'avais plus personne à part lui. Je n'avais même pas d'endroit ou dormir pour vous dire à quel point j'étais tombé bas. Il y a des moments ou je regrettais d'avoir lancer ce sort et d'autres ou je m'en félicitais. En fait c'était surtout l'absence de Kelsey qui me faisait le plus de mal. Je ne tenais que parce qu'elle était encore là dans mes pensées et dans mon coeur. Je marchais dans les rues de pré-au lard. Je restais là près du château parce que d'une je ne savais pas ou aller et je n'avais cetainement pas envie de retourner chez mes parents. Certes ils seraient enchantés d'apprendre que j'avais agis de la sorte mais moins que j'avais été renvoyé. Du coup je passais la plupart de mon temps à me morfondre et à traîner dans les bars. Chouette l'image que je devais donné n'est ce pas? Je me fichais au fond de ce qu'on pourrait penser de moi, je n'avais plus grand choses à perdre.

    Je venais de passer devant la cabane hurlante. Cet endroit me donnait la chair de poule. C'était là que j'avais rencontré le maître. Il avait failli me tuer ce jour là. Il aurait du au moins je ne serais pas ici à traîner les pieds cherchant quelque chsoe à faire. En fait si j'avais quelque chose à faire. On m'avait plus ou moins embaucher à la tête de sanglier. Ca me permettait au moins de pouvoir manger. Du coup il fallait que j'y retourne car j'avais un service à faire. Il y avait peu de monde là-bas et ça m'allait.

    J'entrais dans le pub à mauvaise réputation; Je n'avais pas le choix c'était ça ou mourrir de faim. Le patron était là comme d'habitude à essayer des verres qui malgré tout les efforts qu'il se donnait pour qu'ils soient propre avait toujours l'air d'être crasseux. Je poussais la porte battante et entrais dans le bar. J'accrochais ma cape sur le porte manteau et il me tendit un autre essuie. Allez frotte Nate, tu n'a plus que ça à faire de ta vie et ne laisse pas de traces.Puis la porte s'ouvris, on avait un client c'était jour de fête...