Partagez|

Ҩ Il suffit parfois d'une simple rencontre [Feat : Cooper]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Evengeline H. Butcher

Elève de 7ème année - Poufsouffle

Humeur : Avec un espoir


MessageSujet: Ҩ Il suffit parfois d'une simple rencontre [Feat : Cooper] Lun 16 Avr - 15:52



Things are coming
Cooper & Evengeline
    - Evey !!! Réveille toi !!!

Pourquoi est ce qu'il fallait que dans son propre rêve, sa mère lui demande de se lever ? Elle n'était plus là depuis deux ans et pourtant, elle lui ordonnait des choses... C'était à ne rien y comprendre. A moins que cette voix ne soit pas celle de sa mère mais plutôt de sa camarade de chambre qui étaient en train de la secouer dans son lit pour qu'elle se réveille. Hein ? Quoi ? Mais elle ne s'était pas endormie, elle était juste... juste... MON DIEU ses parchemins étaient dans un état pitoyable. Elle s'y était endormie dessus alors qu'elle les relisait pour mieux comprendre certaines choses sur les étoiles. Prise de court, la jeune fille se releva en vitesse de sur son lit, sans faire attention à l'état dans lequel elle devait être et entreprit de replacer ses cours d'astronomie dans l'ordre mais surtout dans un état beaucoup plus adéquat. Et pour ce faire n'importe quel moyen était le bon, que ce soit de mettre certains d'entre eux sous son matelas pour qu'ils reprennent une forme plus plate ou de les glisser dans les gros livres qu'elle avait emprunté à la bibliothèque. La jeune fille tenter d'user d'une imagination débordante pour arriver à ses fins. C'est alors qu'elle se rendit compte que quelque chose lui manquait. En effet, ses affaires ainsi disséminé partout autour d'elle, la jeune fille remarqua qu'elle était dans l'impossibilité d'écrire. Sa plume avait disparut... Cherchant partout dans la pièce, la jeune fille alla jusqu'à retourner son matelas qu'elle venait de soulever afin de constater si son objet de convoitise s'y trouver, mais rien... Elle regarda également sous son lit et à part quelques nids de poussières, rien n'y était non plus. Retournant jusqu'à son sac de cours, Evengeline le vida sur son lit et fut attirée par les rires stridents d'un esprit frappeur qu'elle ne connaissait que trop bien pour avoir été sa victime dans le passé.
    -C'est toi qui me l'a volé?

    -Qui a volé quoi ? A qui ? Hihihi Cherche petite chose cherche...

    -Peeves j'ai pas envie de rire, rends la moi s'il te plait?

    -Eh bien moi si...

L'esprit frappeur ricana à tue tête dans la pièce et disparut sous les maugrées de la jeune fille. Elle le détestait... C'était à chaque fois pareil, à croire qu'il ne s'acharnait que sur elle. Oui bon d'accord, il le faisait à tout le monde en général, mais elle n'avait pas le temps pour courir à travers tout le château pour retrouver sa plume. Aussi, se doutant qu'il ne devait pas être si loin que cela, la jeune Poufsouffle se pinça la lèvre et décida d'aller dans son sens pour une fois, juste pour voir comment il allait réagir.
    -Très bien, dans ce cas j'irai à Prés au Lard en chercher une autre, c'est pas si grave que ça.

    -Monte monte monte et tu trouveras ton oiseau.

Elle le savait ! Il n'était pas parti, puisqu'il recommençait à rire à travers les murs de la chambre. Monter ? Apparemment il l'avait mise en hauteur, sûrement quelque part ou elle ne pourrait pas aller parce qu'il faisait nuit à présent. Cela devait être certainement dans une tour... mais laquelle... Pas dans un dortoir, ce n'était pas assez drôle pour lui, car les risques de se faire prendre était minime. Il suffisait juste de demander à quelqu'un de la maison en question d'apporter l'objet de convoitise pour que le tour soit joué. Cela nous laissait donc plusieurs autre possibilités... Soit la tour d'astronomie, soit la tour de divination... La jeune fille regarda autour d'elle pour tenter de trouver laquelle des deux il aurait choisi. Au vue de la manière dont elle s'était endormie, il avait du voir qu'il s'agissait de l'astronomie et connaissant le professeur, c'était à parier que sa plume était là haut... Forcément il fallait qu'elle soit là bas. Et elle allait probablement se faire prendre. Pourtant elle ne pouvait pas laisser sa plume la bas. Si le professeur la trouvait, elle saurait qu'il s'agissait de la sienne et elle la punirait... Evengeline était face à un choix des plus difficiles. Enfreindre le règlement pour éviter la punition ou attendre et être punie de toute façon ? Dans les deux cas elle était perdante. Car elle se ferait attraper de toute façon. Elle n'était pas rusée comme une Serdaigle ou bien maligne comme une Serpentard et encore moins courageuse comme une Gryffondor, elle était juste honnête. D'ailleurs à bien y réfléchir, en étant honnête, elle ne devrait pas avoir d'ennuis. Après tout, c'était là une force et une valeur des plus nobles que celle des autres. Ni une ni deux, la jeune fille se donna du courage et se munit de sa baguette.
    -On va voir qui aura le dernier mot cette fois Peeves !

Evengeline franchit alors la porte de sa chambre et pénétra dans sa salle commune. L'horloge présente sur les murs affichait 22h15. Il n'était pas si tard que cela de toute manière. Inspirant un grand coup pour se donner du courage, la jeune fille franchit les portes de la salles communes pour se retrouver dans les couloirs sombres du château. Bien entendu, elle venait de faire cinq pas que déjà les remords commençaient à l'immerger. Elle était en train de faire une bêtise, et une grosse, elle allait le regretter. Maudit esprit frappeur, maudite situation maudit tout. Il était trop tard pour reculer maintenant en plus... Traversant les couloirs, la jeune fille pria pour que les escaliers la mènent là où elle le désirait et pas dans un endroit qu'elle n'avait pas voulu. Si en plus elle devait faire des détours, adieu monde cruel. Autant en finir. Arrête Evy ! Aie confiance un peu... Ou pas... La jeune fille avait des sueurs froides qui descendaient le long de son échine et sursautait au moindre ronflement d'un tableau. La seule chose qu'une tierce personne aurait pu voir était une lueur tremblotante qui avançait petit à petit dans le château.

Elle venait tout juste d'arriver dans la tour d'astronomie. Elle était incapable de dire comment elle y était parvenue, mais elle était bel et bien là. Il était quasiment impossible de faire demi tour maintenant. Marquant un temps d'arrêt en bas des escaliers, c'est à ce moment que Peeves refit surface afin de chanter à tue tête.
    -Butcher est dehors ! Butcher est dehors ! Oh regardez là, elle est ici dans la tour d'astronomie.

    -Peeves ! La ferme !

D'ordinaire, la jeune fille ne parlait jamais de cette manière là, mais dans ce cas de figure les mots lui échappaient. Et plus elle râlait, plus il continuait en chantant plus fort. Satané fantôme ! Si elle le pouvait, elle lui aurait lancé un sort. Quoi que non … c'était méchant, et elle était tout sauf ça. Oui mais là ça aurait été nécessaire. Non non non, le duel interne ne devait pas avoir lieu maintenant. Faisant celle qui n'entendait rien, Evengeline se mit à courir dans les escaliers. Pourquoi ? Parce qu'il la suivait et que dés qu'elle serait dans cette salle, il se tairait. Enfin elle l'espérait. Pourvu que le professeur ne soit pas là, pourvu qu'elle ne soit pas là, pourvu qu'elle ne soit pas là... Voilà ce que la jeune Poufsouffle ne cessait de se répéter alors qu'elle montait les escaliers à toute vitesse. Lorsqu'elle parvint en haut de ces derniers, elle brandit sa baguette et lança un Alohomora vers la serrure de la porte. Un cliquetis résonna et sans attendre qu'il se termine Evengeline s'engouffra dans la salle de cours. S'appuyant contre la porte tout en reprenant son souffle, elle ferma les yeux et porta sa main au niveau de sa poitrine. Elle allait mourir étouffer... Elle ravala sa salive une première fois et rouvrit les yeux pour se rendre compte qu'elle était seule dans la pièce. Soufflant bruyamment, la jeune fille chercha alors du regard l'endroit ou cet imbécile ambulant aurait pu cacher sa plume.
    -Rira bien qui rira le dernier chenapan !

Déployant son Lumos sous la forme d'un Maxima, la jeune fille commença à chercher partout en commençant par regarder sous les tables ou sur les bureau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Cooper E. Graham



Humeur : grincheux


MessageSujet: Re: Ҩ Il suffit parfois d'une simple rencontre [Feat : Cooper] Mar 17 Avr - 21:16

Evengelyne &Cooper
La nuit … Cooper détestait la nuit. Il n'arrivait jamais à bien dormir trop hanté par le passé qui revenait sans cesse le faire sursauter, le faire suer et le faire trembler. Oui tout cela en même temps. Il en avait des choses à se reprocher. Il n'était pas tranquille et faisait toujours en sorte pour que personne ne sache ce qu'il avait. C'était idiot mais il se protégeait. Des préjugés, du monde extérieur , de ce qui l'entourait. De beaucoup de choses. La vie n'était pas si simple qu'il l'avait cru. Rien n'est simple grincheux! Bats toi si tu veux que se soit simple! Comme d'habitude il n'écouta pas et retourna dans sa «chambre». Un petit appartement rien que pour lui. Petit c'était le mot mais ça lui convenait parfaitement. Il n'avait plus rien d'autre de toute façon. En quittant les aurors il avait tout quitter. Son appartement, son travail, sa vie. Son passé n'était plus que d’infimes poussières.

Le château était bien trop calme en ce début de soirée. Il n'avait pas dormi depuis près de trente-six heures. Il fuyait la nuit. Il fuyait son cauchemar qui devenait parfois sa réalité. Il marchait dans les couloirs du château cherchant les élèves qui auraient voulu enfreindre le règlement. Il ne savait plus très bien ce qui l'avait poussé à devenir concierge. La place c'était présenter. C'était tout. Il n'avait plus d'autre travail et avait voulu rompre entièrement avec tout ce qu'il avait connu avant. Il ne voulait pas qu'on lui rappel, pourtant s'il ne dormait pas c'était bien parce que chaque nuit il revivait l'instant critique et les souvenirs refaisaient surface. C'était trop douloureux pour le supportait alors il avait choisi de ne pas dormir pourtant il faudrait bien qu'il dorme. Il y penserait plus tard.

Sa montre affichait 22h 15. Il marchait vers les tours. Il savait que nombre d'élèves s'aventuraient là haut. Autant aller vérifier. Qui sait peut être que ce soir serait différent des autres. On ne savait jamais ce qu'il pouvait arriver à Poudlard, jamais qui on croisait. C'était un parfois bien surprenant. Il gravit les marches menant jusqu'à la tour d'astronomie et entendit alors l'esprit frappeur, qu'il n'aimait pas beaucoup d'ailleurs, crier «-Butcher est dehors! Butcher est dehors! Oh regardez là, elle est ici dans la tour d'astronomie.». Cooper ne se souvenait pas des noms. Il avait toujours eu du mal avec sa mémoire de poisson rouge. Un peu comme Dorrys, vous savez le poisson bleu dans le monde de Némo, il était pareil incapable de se rappeler du prénom de l'élève. Il arriva dans la salle de classe de la tour au moment où une lumière d'un lumos l'aveugla et la voix d'une jeune femme se fit entendre. «Rira bien qui rira le dernier». Il se protégea les yeux de son bras et avança à tâtons droit sur une chaise qu'il se prit magistralement entre les jambes. Aïe ça faisait un mal de chien ! Il grimaça machinalement se plia en deux à cause de la douleur du coup. Il finir par se relever et dire :

«Pour l'instant Miss Butcher c'est moi qui vais rire! Vous connaissez la route de mon bureau je suppose partez devant je vous y rejoins.»

Cooper n'était pas professeur mais il avait le droit d'infliger des retenues quand il jugeais que les règles n'étaient pas respecter. Ici elle n'avait pas réellement enfreins le réglementée puisqu'il restait environ un quart d'heure avant le couvre feu mais il prendrait un malin plaisir à sermonner cette jeune demoiselle. Il se massais les jambes à l'endroit où la chaise l'avait atteint. Ce n'était pas forcément très charmant mais tant pis il avait drôlement mal.
code by stitch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Evengeline H. Butcher

Elève de 7ème année - Poufsouffle

Humeur : Avec un espoir


MessageSujet: Re: Ҩ Il suffit parfois d'une simple rencontre [Feat : Cooper] Mer 18 Avr - 9:56


Things are coming
Cooper & Evengeline
Prise dans ce qu'elle était en train d'entreprendre, à savoir fouiller partout afin de retrouver son du, la jeune fille n'avait pas entendu les cliquetis derrière elle. L'adrénaline sûrement... Elle n'en savait rien, mais elle entendait un perpétuel sifflement dans ses oreilles. Comme si un violon s'amusait à sonner une note stridente, visant à la rendre folle. Vous savez ce genre de musique, qui dans un conte, vous préviens d'un suspense à venir. La jeune fille devenait probablement folle, voilà qu'elle s'y prenait elle aussi. Elle lisait trop peut être... Car en attendant, si elle n'avait pas eu ces grésillements incessants dans ses oreilles, elle aurait très bien pu savoir qu'elle n'était pas seule. Ce qui lui aurait valut quelques soucis en moins... En effet, alors qu'elle était abaissée afin de vérifier sous un bureau si sa plume ne s'y trouvait pas, Evengeline entendit un bruit derrière elle. Peeves peut être ? Préférant rester sur ses gardes, elle se retourna à ce même moment mais n'eut pas le temps de terminer sa trajectoire qu'elle entendit raisonner contre les parois une voix masculine. Ne l'ayant reconnu pour l'instant, la jeune Poufsouffle sursauta et perdit l'équilibre.
    - Aaaaaaaaaaah !

S'époumona t-elle alors que son cœur résonnait à tout rompre contre sa poitrine. Le souffle coupé, elle chercha le moyen de reprendre contenance, alors qu'elle reconnaissait dés à présent Cooper Elliot Graham, le concierge du château. A en juger par son regard et le timbre de sa voix, Evengeline était dans le pétrin. De son souvenir, il était arrivé peu après que ses parents aient été assassiné. Et la jeune fille ne l'avait jamais vu sourire ou très rarement. Elle s'était demandée bon nombre de fois les raisons de ce comportement, mais n'avait jamais eu l'occasion d'en trouver des réponses. Après tout, chacun a sa croix à porter, chacun est confronté face à ses propres démons. Cependant, il dégageait quelque chose dans son regard. Une sorte d'elle ne savait pas dont émanait une lumière. Cet homme lui rappelait quelqu'un, mais elle n'était pas encore prête à savoir qui. Elle ne le connaissait pas assez, et de toute manière pour l'heure, elle ne pourrait certainement pas le connaître, puisqu'il lui demandait de prendre le chemin de son bureau. Acquiesçant d'un signe de tête, la jeune fille se releva et regarde en direction du sol avant d'oser demander avec une petite voix.
    -Je... euh... est ce que je peux récupérer ma plume avant s'il vous plaît ? Je vous promets de vous suivre dès que je l'aurai récupéré. Mais s'il vous plaît, laissez moi la récupérer... Cet idiot de.... PEEVES... Elle marqua un léger temps d'arrêt en regardant en l'air sachant pertinemment qu'il n'était pas parti. me l'a volé... et apparemment il l'a caché ici... S'il vous plaît...

Elle se doutait que cela n'allait certainement pas fonctionner. Mais après tout, elle ne faisait rien de mal, elle acceptait ce qui allait suivre sans la moindre peur. Ou si justement, mais elle ne se défilait pas le moins du monde. Elle fixa Cooper avec un regard suppliant, espérant au plus profond d'elle qu'il accepte cela. Cependant son regard se dévia légèrement de quelques centimètres lorsqu'elle remarqua quelque chose derrière lui. Sans crier gare, elle pointa sa baguette. Du point de vue du concierge, ce dernier aurait pu croire qu'elle le visait lui même.
    -Immobilus

Si Evengeline était douée quelque part, c'était sûrement dans la précision de visée de ses sorts. C'était son père qui lui avait appris, alors qu'elle était plus jeune, à tirer à la carabine. Vous savez dans les parcs d'attraction, ce jeu qui consiste à faire éclater les ballons, puis plus tard, elle était passée aux cibles plus petites. Voilà pourquoi, le maniement de la baguette lui avait été aisé, surtout pour viser. Bref, relâchant le sort en question, un livre venait de tomber au sol, juste derrière Cooper. Apparemment Peeves avait encore envie de s'amuser.
    -Je suis désolée... Il allait vous faire du mal...

Ses joues prirent une teinte rosée avant que son regard ne se baisse en direction du sol. C'est alors qu'elle se rendit compte de l'endroit où se trouvaient les mains du jeune homme. Déglutissant avec peine, la jeune fille s'empressa de détourner son regard avant de montrer une chaise d'un signe de tête et de reprendre toujours aussi timidement.
    -Vous devriez peut être vous asseoir un moment ?

C'était plus fort qu'elle, Evengeline était incapable de penser d'abord à elle. Il fallait qu'elle pense aux autres et qu'elle les materne. Même si dans ce cas de figure précis, elle n'était pas du tout encline à disposer de ce genre de rôle. Attendant une quelconque réaction, le jeune fille s'empêchait de regarder autour d'elle afin de vérifier l'endroit où se situait sa plume. Cela était mal polie, tout comme elle n'avait pas à chercher alors qu'elle devait attendre sa réponse.
    -Je dis seulement ça pour votre bien, je ne veux en aucun cas vous offenser.

Elle releva brièvement son regard pour le poser sur celui de Cooper et lui afficha un timide sourire de compassion, avant de se remettre à fixer ses pieds.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Cooper E. Graham



Humeur : grincheux


MessageSujet: Re: Ҩ Il suffit parfois d'une simple rencontre [Feat : Cooper] Mer 18 Avr - 13:10

EVENGELINE&COOPER
La jeune fille avait été surprise. Cooper en aurait presque sourit s'il ne c'était pas pris cette foutue chaise là où sa faisait mal. Il avait l'air fin à présent. En tout cas il se ferait un malin plaisir à s'en pendre à quelqu'un d'autre qu'à lui. C'était peut être pour ça qu'il avait choisit ce job. Parce qu'il savait qu'il n'avait pas besoin de se justifier pour s'en prendre à des élèves qui ne respectaient pas le règlement. Tu penses vraiment que c'est la vrai raison Cooper? Parce que si je me souviens bien niveau règlement toi tu les as jamais respecté et tu sais où sa t'a conduit! Il secoua la tête pour faire taire cette fichue conscience. Inutile de lui rappeler pourquoi il était là. Il faisait assez de cauchemars pour s'en rappeler. Elle cherchait une plume. Peeves l'avait cacher. Peeves. Si on pouvait bannir ce fantôme de Poudlard ça lui ferait un grand bien. Il écarquilla les yeux lorsqu'elle lui pointait se baguette dessus. Pendant un instant il crut revivre ce qu'il avait vécu et ce qui l'avait ensuite conduit ici. Il n'arrivait même plus à bouger. Il était presque paralysé par … la peur. La honte aussi. Ce fut un simple immobilus qui fut lancer et pas à son égard. Il soupira lorsqu'il se retourna et aperçut en effet que Peeves avait voulu lui faire prendre un livre en pleine figure. Lui faire du mal. Cette jeune fille n'était pas comme les autres. Nombres d'élèves aurait laisser le livre finir sa trajectoire.

«Pas eu besoin qu'il m'en fasse,j'ai su le faire tout seul mais ...merci. D'accord pour la plume. Essayez un accio elle viendra plus facilement.»

Il avait toujours sa baguette sur lui mais évitait clairement de l'utiliser. La magie n'avait pas toujours des bons côté et il savait pertinemment qu'avec lui ça pouvait vite mal tourner s'il se sentait en danger. Avoir travailler chez les aurors lui faisait se méfier de beaucoup de monde mais il n'avait rien à craindre de cette demoiselle visiblement. Ce n'était qu'une élève après tout, ce qui ne voulait pas dire qu'elle n'était pas douée loin de là. Son sort avait été très précis et étonnamment bien réussis. Elle lui dit qu'il devait peut être s’asseoir. Pour son bien. Il leva les yeux au ciel.

«Sachez mademoiselle que je n'ai nullement besoin qu'on me tienne par la main. Maintenant dépêchez vous de retrouver vôtre plume. Et oubliez le bureau.»

Il était peut être un peu dur avec les élèves. Lui n'avait jamais rien respecter. Ni même les horaires, encore moins les interdits. Tout ce qu'il avait fait il s'en souvenait et c'était tout le contraire de ce qu'il disait. Il reconnut qu'elle était gentille avec lui et ne savait même pas pourquoi d'ailleurs. Il se surpris à l'observer. Elle était très jolie. Il lâcha ses mains pour paraître un peu plus distingué et finit par lui répondre.

«Pardon … ce n'est pas à vous que je devrais m'en prendre. Je suis fatigué et vous devriez faire ce que je vais faire. Aller vous coucher si vous ne tenez pas à ce que je vous colle une retenue.»
code by stitch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Evengeline H. Butcher

Elève de 7ème année - Poufsouffle

Humeur : Avec un espoir


MessageSujet: Re: Ҩ Il suffit parfois d'une simple rencontre [Feat : Cooper] Mer 18 Avr - 15:42



Things are coming
Cooper & Evengeline
« Pas eu besoin qu'il m'en fasse,j'ai su le faire tout seul mais ...merci. » Evengeline regarda Cooper avec attention et lui afficha un léger sourire avant de reprendre son sérieux. Que voulait-il dire par cela ? Enfin non le message était bien clair, mais la question qui était à se poser était pourquoi se l'avoir infligé ? Cela ne la regardait pas et pourtant en le regardant, la jeune fille aurait voulu l'aider, elle était incapable de savoir comment ni pourquoi, mais à l'heure actuelle ce sentiment était plus fort qu'elle. D'autant plus qu'elle était certaine qu'il ne voudrait pas de son aide. Qui le voudrait ? Une élève, poufsouffle de surcroît, dont personne ne se rend compte de son existence. N'importe qui irait voir ailleurs... Secouant la tête pour revenir à la réalité, la jeune fille fut heureuse d'entendre qu'il acceptait sa requête. Et sourit davantage lorsqu'il lui conseilla d'utiliser un sortilège d'attraction. Elle n'y avait pas pensé et s'injuriait intérieurement d'avoir été aussi bête pour ne pas l'avoir fait. Après quoi, elle s'était permise de l'aider à sa manière, juste en lui conseillant de s'asseoir. Apparemment, elle n'aurait pas du le faire, car elle fut confrontée à un repli total du jeune homme qui se mit instinctivement sur la défensive. Si elle voulait faire une comparaison avec un animal, Evengeline aurait choisi un loup. Cooper semblait être gentil mais il restait sur ses gardes. Cela était normal, il se devait de bien remplir son office et pour se faire il se devait de mettre une distance entre lui et les élèves. Baissant la tête en comprenant son erreur, Evengeline accepta les railleries qu'il lui adressa sans dire mot. Même si elle remarqua qu'il semblait revenir sur sa décision de la punir. La jeune fille se dépêcha alors de se retourner afin de lever sa baguette lorsqu'elle fut attirée par le son de sa voix, une voix beaucoup plus douce et amicale cette fois. C'était la première fois qu'elle lui entendait.
    -Merci monsieur Graham.

Son regard se fit plus compatissant alors qu'elle lui souriait sincèrement. Il la troublait alors qu'il n'avait strictement rien fait, si ce n'était être plus humain. A nouveau, elle remarqua cette même lueur dans son regard. Ce quelque chose qui le rendait différent des autres. Son regard toujours ancré dans le sien, la jeune fille leva sa baguette avant de murmurer légèrement.
    -Accio plume !

Quelque chose bougea sur les vieilles étagères qui ornaient les murs cramoisies de la salle de classe. La plume couleur crème virevolta dans les airs quelques instants. On aurait cru voir la plume d'un cygne. Si soyeuse et si fine à son extrémité. Cela représentait Evengeline quelque part. Un cygne blanc dont le douceur et la gentillesse s’harmonisaient à merveille. Doucement, la jeune fille en saisit une partie et s'empressa de la garder contre elle au cas où ce maudit esprit ne refasse surface.
Elle finit alors par sourire à Cooper, contente d'avoir retrouver ce qu'elle désirait tant. Beaucoup n'auraient pas porté autant d’intérêt à une plume. Après tout, cela se trouvait facilement, elle aurait même pu aller en trouver une autre en demandant simplement à Cooper, il avait du en trouver une collection entière au cours de ses rondes. Mais cette plume était importante pour la jeune fille, elle représentait tout ce qu'elle avait perdu. Désireuse d'arranger le désordre qu'elle avait pu causer, Evengeline se retourna et alla au niveau de la bibliothèque afin de remettre les livres qui étaient tombés en ordre. C'est à ce moment là qu'elle en profita pour parler.
    -Je peux vous poser une question ?

Elle ne savait pas si il la regardait ou bien si il s'était assis en l'attendant, ce qui l'incita à reprendre.
    -Depuis quand n'avez vous pas dormi ?

Elle était consciente que cela ne la regardait pas, tout comme elle savait qu'il allait probablement se remettre sur la défensive. Cependant, encore une fois, elle n'avait pas pu s'en empêcher... Tout comme elle ne pouvait pas s'empêcher de lui venir en aide. C'est pourquoi, elle se retourna et se dirigea vers lui en essayant d'être la plus douce possible.
    -Je comprends que vous n'ayez pas besoin de mon aide. Vous me faîtes à Grincheux dans Blanche Neige... Elle laissa échapper un léger rire et s'empressa de rajouter avec un air désolé. Pardon, c'est que je suis certaine qu'il y a du bon en vous. Et que vous avez juste besoin de vous trouvez. Vous n'êtes pas apaisé, et je connais un moyen de vous calmer, si vous me laissez faire.

Elle parvint à arriver à sa hauteur et releva ses mains doucement afin de les déposer de part et d'autre de la tête de Cooper. Très proche de son visage, elle put remarquer à quel point le jeune homme était charmant, ce qui en arrivait à la troubler et à lui faire embraser ses joues. Heureusement la pénombre pouvait masquer ce fait... Quoi qu'il en soit, délicatement, elle lui massa les tempes à l'aide ses pouces alors qu'elle reprenait d'une voix calme et apaisante.
    -C'est ce que ma mère me faisait quand j'étais petite. Elle me disait qu'en faisant ça on chassait les démons qui nous brouillaient l'esprit et qu'à la place on laissait entrer des anges qui allaient nous faire rêver. Si vous fermez les yeux vous les verrez...

Elle lui adressa un sourire maternel alors que son regard devait être probablement parsemés d'étoiles de son passé. Peut être n'aurait-elle pas du réagir de la sorte. L'avenir lui dirait, mais après tout l'important restait qu'elle puisse faire le bien et que Cooper se sente bien à son tour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Cooper E. Graham



Humeur : grincheux


MessageSujet: Re: Ҩ Il suffit parfois d'une simple rencontre [Feat : Cooper] Mer 18 Avr - 18:27

EVENGELINE&COOPER
Elle le remerciait. Elle lui avait même sourit. Lui pas. Il avait perdu le sourire depuis tellement de temps. Elle fit aller son sortilège. Une fois encore il fut parfait. Coop était épaté. Il avait lui même été un bon élève. Pas dans toutes les matière non mais en sortilège il s'était toujours bien débrouiller. Il avait toujours sa baguette bien sur, même si elle n'était pas dans sa poche comme tous les sorciers. Il l'avait laissé sur sa table de nuit. Il se servait de sa baguette juste quand c'était nécessaire. Depuis qu'il avait lancé le sortilège de la mort il avait l'impression que ce n'était plus le même qu'avant. Il ne voulait pas retenter l'expérience et préférais ne pas l’avoir avec lui.

«Vous êtes douée en sortilège. »

Sa sonnait comme un compliment. Première fois que Cooper faisait des compliments c'était un grand changement pour lui. Il n'avait pas pour habitude d'être forcément aimable et il ne savait pas ce qui le poussait à l'être avec elle. Elle lui demandait si elle pouvait lui poser une question et n'attendit d'ailleurs pas pour le faire. Sa question le surpris. Depuis quand n'avait-il pas dormit? Bien trop longtemps pour que ça ne se voit pas. En tout cas il n'eut pas le temps de répondre parce qu'elle fut plus rapide et me parla encore. Il avait l'impression qu'elle ne s'arrêterait pas de parler. Une de ces filles pipelettes qu'il avait toujours apprécié parce qu'il n'avait jamais eu besoin de parler beaucoup. Il la regarda d'un drôle d'air lorsqu'elle lui dit qu'il lui faisait peser à grincheux. «Elle a raison, elle voit clair en toi monsieur le nain.»Il leva les yeux au ciel agacé puis se radouci quand elle lui dit qu'il devait avoir bon fond. Il avait l'impression qu'elle lisait en lui comme dans un livre ouvert. C'était très perturbant. Il se braqua parce que c'était ce qu'il faisait quand il se sentait atteint.

«Vous ne savez rien de moi alors n'essayez pas de voir clair en moi. Je suis loin d'être parfait et d'avoir bon fond comme vous dites.»

Il se demandait pourquoi il parlait de ça. Il n'avait pas envie d'évoquer le passé bien trop douloureux pour le supporter. Elle disait avoir une solution pour aller bien. Il allait répondre qu'il n'avait besoin de rien mais n'en eu pas le temps qu'elle c'était rapproché et qu'elle lui massait les tempes. Une fois encore il resta paralysé. Le contact avec les autres n'était pas son truc. Il se figea pratiquement lorsqu'elle le toucha. Il repris sa respiration une fois qu'il n'y eu plus de contact. Il était un peu perdu et ne savait plus comment réagir.

«Ça fait plusieurs nuits que je ne dors pas et vous ne pourrez rien y faire.»

Le changement de sujet. L'idéale pour ne pas devoir se justifier de quelque chose. Il n'avait pas envie de s'attarder sur lui. Il avait juste envie d'aller se poser et prier pour que les élèves soient cléments avec lui se soir et le laisse tranquille.
code by stitch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Evengeline H. Butcher

Elève de 7ème année - Poufsouffle

Humeur : Avec un espoir


MessageSujet: Re: Ҩ Il suffit parfois d'une simple rencontre [Feat : Cooper] Jeu 19 Avr - 10:36



Things are coming
Cooper & Evengeline
Lui sourire était une bonne chose, même si il ne lui rendait pas. Il lui permettrait de se sentir peut être mieux ? C'était ce dont la jeune fille espérait au plus profond d'elle même. Qui sait, une simple attention aussi minime soit-elle pouvait faire du bien à n'importe qui, pourquoi pas à Cooper ? Ce n'était pas un jeu, loin de là même en était l'idée, c'était juste... Elle était incapable de trouver la raison, mais c'était juste comme ça, c'était juste là, juste pour lui. Cette sensation était étrange d'ailleurs. D'ordinaire, elle agissait de la sorte avec ses amis, ses très bons amis même, et là elle avait l'impression de se mettre à nue devant un parfait inconnu, juste pour qu'il aille bien et qu'il dorme. Un simple sourire venant de sa part aurait été une grande victoire pour Evengeline et un apaisement également. Elle était certaine que cela lui ferait du bien et qu'il en serait des plus charmants. La lueur dans ses yeux lui montrait, tout comme elle lui dévoilait le fait qu'il devait vivre quelque chose de mieux que ça. Tout le monde y avait droit, lui y compris. Bref, reprenant sa plume, la jeune fille parut gênée et en baissa son regard alors qu'il la félicitait pour son sortilège. Elle était touchée par ses dires, un compliment venant de lui était un réel plaisir à entendre. Son cœur en fit un bond dans sa poitrine, alors qu'elle essayait de reprendre contenance en allant arranger les affaire derrière elle.
    - Merci

Laissa t-elle échapper dans un murmure avant de retourner à ses occupations. C'est au cours de cela qu'elle trouva le courage de laisser passer sa curiosité pendant quelques instants, en osant lui demander la durée de ses insomnies. Il n'était pas nécessaire d'être devin pour constater que cela faisait plus d'un jour. Même la pénombre n'avait pas réussi à ternir les cernes qu'il avait sous les yeux. Le fait de l'avoir regardé quelques instants plus tôt l'avait démontré à la Poufsouffle qui s'en inquiétait. Se doutant qu'il allait certainement se mettre sur la défensive, elle avait osé encore une fois franchir une nouvelle étape en se rapprochant et en essayant de l'apaiser comme on avait pu le faire pour elle. Ses mains de part et d'autre de sa tête, aussi rapprochée de lui, son regard ancré dans le sien, toutes ces choses parvenaient à déstabiliser Evengeline qui continuait néanmoins à agir avec douceur. Elle remarqua qu'il se crispait, tout comme il l'avait fait par ses paroles avant qu'elle ne revienne. Non il n'était pas parfait, personne ne l'était et encore moins ceux qui prétendaient l'être. Mais pourtant les héros ne se voient jamais sous un bon œil avant d'accomplir la tâche qu'ils se voyaient conférés. Cooper en était un malgré lui... Il en revêtait l'aspect et la carrure en tout cas. Massant légèrement ses tempes, Evengeline lui avait conseillé de fermer les yeux, chose qu'il ne fit pas. Elle comprenait ce geste là. Ce qui l'incita à relâcher le contact qu'elle avait établi. S'apprêtant à le voir se mettre sur la défensive encore une fois, la jeune fille fut surprise de voir qu'elle s'était trompée. Rassurée par ce qu'elle entendait, elle acquiesça d'un signe de tête en prenant conscience de l'effort qu'il devait faire en lui avouant que cela faisait quelque temps déjà. Certes, il rajouta qu'elle ne pourrait rien y faire, mais cela n'enlevait en rien ce qu'elle venait de trouver.
    - Certainement pas moi non. Mais vous si. Et il suffit souvent d'une seule oreille pour que des choses rentrent dans l'ordre.

Elle lui adressa un sourire et se recula de deux pas afin de rétablir une certaine proximité entre eux. Elle ne voulait pas le mettre mal à l'aise, elle ne voulait pas lui faire du mal. Rien de tout cela, elle voulait juste l'apaiser. Regardant sur le côté afin d'essayer de retrouver contenance et de mettre un terme à la tension de la situation, la jeune fille se mit à fixer la porte qui menait dehors. Et si... Une idée lui traversa l'esprit, cependant elle ne savait pas comment il allait réagir. Ni même si c'était approprié... Sans dire mot, elle posa sa baguette sur un bureau, signe qu'elle avait ainsi confiance en lui et qu'elle se mettait comme son égal et le regarda en affichant un léger sourire amusé.
    -Venez avec moi …

Lui proposa t-elle alors qu'elle s'en allait en direction de la porte. Ne sachant si il la suivait, elle ouvrit le loquet de cette dernière et alla s'installer contre le petit muret afin de regarder le ciel dont les étoiles commençaient à en parsemer quelques aspects. Evengeline avait prit l'habitude de regarder les étoiles depuis sa chambre lorsqu'elle ne pouvait pas dormir. C'était un moyen pour elle de se sentir en sécurité quelque part. Nombre de personnes les regardaient dans ce but précis, c'est ce qui lui prouvait qu'elle n'était pas seule. C'était son moyen à elle de pouvoir rêver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Cooper E. Graham



Humeur : grincheux


MessageSujet: Re: Ҩ Il suffit parfois d'une simple rencontre [Feat : Cooper] Jeu 19 Avr - 12:26

EVENGELINE & COOPER
Elle lui souriait. Pourquoi à lui? Il n'avait rien de spéciale et ne méritait pas qu'on lui sourie. C'est du moins ce qu'il pensait. Elle le remerciait du compliment. Il s'améliorait grincheux. Lui qui n'avait jamais depuis son arrivé complimenté quelqu'un. Lui qui restait la plupart du temps à en vouloir aux autres mais aussi à lui même. Il avait son jardin secret qui ressemblais plus à une boîte noir où une clé était enfermé à l'intérieur pour qu'on ne l'ouvre pas. Il avait finit par lui dire depuis combien de temps il ne dormait pas. Elle lui répondait qu'elle ne pourrait rien faire mais que lui si. Il la trouvait étonnante. Elle semblait avoir réponse à tout. «il suffit souvent d'une seule oreille pour que des choses rentrent dans l'ordre.». Il la regarda se demandant si elle n'était pas psychologue. Il n'avait vraiment pas envie de parler de lui. Ni même de la moindre chose qui se rapporterait à lui. Elle c'était éloigné. Cooper retrouva sa mobilité. Il se sentait beaucoup mieux quand il n'avait pas de contact direct avec les gens. Elle lui demanda ensuite de la suivre. Cooper la regarda partir vers la porte et sortir dans le noir de la nuit. Il était intrigué et ne trouva rien à redire alors il suivit.

«Qu'est ce que vous avez encore comme idée? Vous êtes quoi au juste? Une élève où un psy?»

Que se soit l'un où l'autre il jugeait que la situation était loin d'être approprié mais cette fille l'intriguait tellement qu'il laissa les choses arriver. Elle s'assit sur le rebord de la tour et la regarda faire. Il fut un moment tendu de la voir ainsi. Si jamais elle tombait? Se serait encore de sa faute. Au fond il ne pensait qu'a ça. Il avait l'impression que dès qu'on était autour de lui une sorte de malédiction arrivait et le faisait entièrement dérapé. Inquiet il leva un bras en sa direction il lui demande de revenir où au moins de faire attention.

«Revenez ici, je ne voudrai pas que vous tombiez.»

Il devenait un peu paranoïaque avec le temps. Çà pouvait se comprendre quand on savait ce par quoi il était passer. Elle observait le ciel. Chose que Cooper n'avait plus fait depuis tellement de temps. Il ne croyait plus en rien alors pourquoi penser que quelque chose là haut pouvait l'aider? Il finit par lui demander complètement curieux et intrigué par cette jeune poufsouffle.

«Qu'est ce que vous cherchez à savoir? Personne ne vous enverra de signe. Il n'y a rien là haut.»

Tout le monde ne pensait pas la même chose mais lui avait perdu la foi depuis longtemps. Croire en un Dieu? Pourquoi? Ça ne l'avait jamais aider à allez mieux. Pourquoi aujourd'hui serait-il là? Il ne l'avait jamais aider et n'avait jamais manifester le moindre signe d’existence à son égard.Alors il ne croyait plus.
.
code by stitch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Evengeline H. Butcher

Elève de 7ème année - Poufsouffle

Humeur : Avec un espoir


MessageSujet: Re: Ҩ Il suffit parfois d'une simple rencontre [Feat : Cooper] Jeu 19 Avr - 14:03



Things are coming
Cooper & Evengeline
Il suffit parfois de croire en quelque chose pour que nous puissions vivre pleinement une situation. N'était-ce pas grâce à cela que nous gardions espoir ? Que nous continuions à vivre ? Juste parce que l'on y croyait et que l'on espérait. Sans cela, la vie ne méritait pas d'être vécue et ne servait à rien. Beaucoup de personnes voulaient croire qu'il n'était pas nécessaire d'espérer, prenez par exemple la Bête. Ce dernier, victime de sa malédiction, ne souhaitait sortir de son château par honte bien avant toute chose, mais surtout par crainte de s'affronter au monde extérieur. Il était devenu une bête sauvage, dénué de toute humanité qui l'avait autrefois habitée pourtant. Il avait juste décidé de vivre reclus et de s'en conforter, attendant tout simplement que le temps vienne abattre sur lui sa potence. Et pourtant, il ne lui avait fallut que la rencontre d'une jeune fille pour que l'espoir revienne et pour qu'il apprenne petit à petit à se reconstruire. N'importe qui, qu'il appartienne dans le monde des contes ou celui de la réalité, avait besoin de l'autre. Personne ne pouvait vivre seul. Il n'y avait pas pire souffrance selon Evengeline que de vivre dans la solitude perpétuelle et de mourir sans avoir personne. Mais n'était-elle pas elle même seule ? La première réponse que l'on s'accordera à donner, surtout en la connaissant était non elle ne l'était pas. Mais pourtant, quelque part, elle connaissait que trop bien le sentiment de solitude. C'était elle qui revêtait chaque jour le visage d'un être gentil, aimable, soucieux de son prochain. Mais derrière tout cela, elle dissimulait quelque chose d'important. Une solitude qu'elle ne pourrait probablement pas apaisée un jour. Enfin, l'avenir le dirait … Mais elle n'y croyait pas, vivre sans ses parents était difficile malgré ce qu'elle voulait montrer. Il n'y avait qu'eux qui lui donnaient l'amour qu'elle s'accordait bien volontiers à leur transmettre. Elle avait l'impression de vivre grâce à eux. Maintenant qu'ils n'étaient plus là, pour qui vivait-elle ? Ses amis auraient tous une vie épanouie et propre à eux, bien sûr elle en aurait d'autres, c'était dans son caractère, mais elle serait vouée à vivre les mêmes choses à répétition. Comme quoi, les personnes qui paraissent les plus fragiles aux yeux de tous peuvent se révéler en réalité plus fortes que quiconque. La remarque de Cooper sur le fait qu'elle soit psychologue ou élève fit rire la jeune fille, qui en profita pour s'installer sur le rebord de la tour. L'air y était vif et bien frais, mais elle n'y prêta pas attention pour l'instant. Elle était bien trop occupée à faire attention au jeune homme qui avait décidé de la suivre. Intérieurement, Evengeline était heureuse qu'il ait choisi ce chemin là, car cela signifiait ce qu'elle avait vu en lui et lui avait déjà dit : il était quelqu'un de bon.
    - Qu'est ce que vous dicte votre conscience sur ça ?

Elle lui adressa un sourire, avant de regarder en direction des étoiles. Ces petits astres qui brillaient à des années lumières d'eux. De simples boules de gaz qui ont du voir passer bon nombre de générations, qui ont sut réconforter plus d'une personne et qui ont été toujours présentes pour n'importe qui. Bref, elle sortit de ses pensées alors que le jeune homme lui demanda de faire attention à elle. Détournant son regard pour le poser sur lui, Evengeline lui sourit en guise de remerciement. Il s’inquiétait pour elle. Après quoi son regard se déporta vers le bas, où elle s'aperçut qu'il tendait le bras pour qu'elle le rejoigne et qu'elle soit en sécurité. Lui tendant la main à son tour, la jeune fille le laissa décider lui même de ce qu'il souhaitait. Elle savait qu'elle ne risquait rien, elle était bien installée.
    - Vous pouvez vous approchez vous savez … Je ne mords pas.

Un nouveau sourire plus tard, la jeune fille détourna son attention pour regarder à nouveau vers le ciel. Sa main reprit sa place à côté d'elle alors qu'elle espérait au fond d'elle qu'il se rapproche un peu. Le silence était à nouveau présent, et cette fois ci contre toute attente ce fut Cooper qui le coupa en premier. Permettant ainsi à Evengeline d'apprécier sa curiosité. Le regard toujours fixé vers le haut, cette dernière lui répondit sincèrement.
    - Je n'attends rien. Je sais qu'elles ne m'enverront aucun signe, à moins que vous en soyez un et que nous ne le sachions pas. Mais j'aime les regarder et écouter leurs histoires. Prêtez leur une simple attention, vous verrez qu'elles ont de belles choses à raconter.

Oui elle était rêveuse. Oui elle était naïve, elle n'était pas parfaite. Et elle en était consciente, elle n'avait d'ailleurs aucune confiance en elle. Elle désigna alors une certaine étoile à l'aide de son doigt et reprit la parole avec un regard affectueux.
    - Vous voyez celle la. Elle représente à l'aide de ses jumelles. Elle dessina une forme dans les airs pour lui montrer. Un cygne. Bien sûr pour n'importe qui c'est une forme sans vie. Mais en réalité ce cygne là représente Zeus allant séduire une certaine Léda sous la forme de cet oiseau. L'histoire raconte qu'il n'avait pas pu se présenter à elle en tant que divinité, c'est pourquoi il avait choisit cet être pur et beau. J'aime beaucoup les regarder. C'est comme si finalement on était pas seuls.

Elle baissa son regard et le laissa vagabonder en direction de la foret interdite, comme si elle voulait se convaincre elle aussi de ce qu'elle disait. Relevant son regard, elle regarda à nouveau en direction du ciel tout en demandant d'une voix moins sûre.
-
    - Vous pensez qu'un jour le deuil s'en va monsieur Graham ? Qu'il nous laisse être à nouveau qui on a été?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Cooper E. Graham



Humeur : grincheux


MessageSujet: Re: Ҩ Il suffit parfois d'une simple rencontre [Feat : Cooper] Ven 20 Avr - 18:36

EVENGELINE&COOPER
Sa question perturba Cooper pendant quelques instants. Sa conscience. Pour une fois qu'elle ne lui disait rien celle ci il aurait fallut qu'elle le fasse. Alors il n'était pas seul à croire en une conscience? Bon lui c'était légèrement différent il l'a matérialisait. Il se demandait de quoi elle voulait parler et se souviens de sa question. Psy ou élève? Il prit son temps avant de donner une réponse cherchant ses mots comme pour ne pas se tromper.

«Je ne sais pas elle se tait pour une fois.»

Il n'était certes pas beaucoup plus clair mais savait qu'elle le prendrait pour un fou. C'était peut être ce qu'il espérait parce qu'on fuit les fou généralement. La solitude était son meilleur ami depuis tant de temps. Il n'avait jamais pu retrouver un semblant de normalité après ce qu'il avait vécu. Il n'avait jamais retrouver toute sa quiétude d’antan. Elle lui souriait et ça devenait plaisant de la voir sourire. Elle ne mordait pas. Il n'en doutait pas mais il redoutait un drame. Comme si toutes les personnes qu'il approchait étaient destinés à mourir. Allez un peu de courage Cooper tu ne va pas trembler devant une élève quand même. Ah ben là voilà de nouveau la conscience. Elle ne lui avait pas manquer. Il finit par aller la rejoindre alors qu'elle lui disait ne rien attendre. Il fut toucher par sa phrase. Lui un signe il fallait être fou pour le croire. Il n'était rien de plus qu’un type de plus paumé sur cette terre.

«Vous vous trompez. Je n'ai rien d'un signe. Je ne suis personne. Je n'ai fait que rater tout ce que j'ai entreprit jusqu'ici pourquoi ça changerait?»

Elle devait ignorer de quoi il parler. Il n'avait pas envie de plus s'attarder sur ce point. Ce n'était pas le meilleur moyen d'y parvenir il le savait bien. Il avait pourtant l'impression qu'elle l'écouterait même s'il lui faudrait encore du temps avant de tout avouer. «Prêtez leur une simple attention, vous verrez qu'elles ont de belles choses à raconter.»Elle pointait le ciel et il regarda les étoiles. Oui elles étaient belles mais cela ne changeait rien au fait que ce n'était pour lui que de simples étoiles. Il n'avait jamais été doué en divination où plutôt en astronomie. Il l'écouta pourtant ayant l'impression de voyager à travers le ciel. Il ne trouva rien à répondre. Il n'avait pas la patience des astronomes. Il fut pour changer surpris de la question que lui posa Evengeline. Si le deuil s'en allait? Il la regarda dans les yeux et lui répondit sincèrement.

«Non. On ne peut pas oublier un deuil. Il est toujours présent en nous.»

Il ne connaissait pas le deuil par sa famille mais l'ayant provoquer il se doutait que de l'autre côté ça devait être pareil. Donner la mort était peut être encore plus difficile à supporter surtout lorsqu'on ne l'avait pas voulu. Les choses ne seraient jamais plus pareil il le savait. Il se demandait si Evengeline avait connu un drame, il supposait que oui et en était désolé pour elle.

«Je suis désolé. J'ignore qui vous avez perdu mais espère que vous arriverez à surmonter ça.»

C'était rare chez lui ce genre de parole. Ce soir il faisait dans l'inhabituelle. Il commençait vraiment à apprécier cette demoiselle tellement différente des autres.
code by stitch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Evengeline H. Butcher

Elève de 7ème année - Poufsouffle

Humeur : Avec un espoir


MessageSujet: Re: Ҩ Il suffit parfois d'une simple rencontre [Feat : Cooper] Sam 21 Avr - 11:15



Things are coming
Cooper & Evengeline
La conscience faisait partie intégrante de chacun de nous. Bon nombre de philosophes ou de simples théoriciens ont pu discourir sur ce sujet. C'était ce qui nous différenciait des animaux, aussi évolués soient-ils. La conscience était une particularité de l'homme. Mais chacun était prompt à vouloir communier avec elle ou non. L'humanité qui nous habitait était ainsi mise en exergue par le biais de notre jugement. Après tout, nous sommes nous mêmes maître de qui nous sommes. Il suffit juste de savoir écouter ce que notre nous intérieur veut parfois nous dire. Evengeline croyait en la bonté de chacun, il était donc normal qu'elle croit en une conscience. Une dichotomie entre le bien et mal et dont le côté clair était souvent vainqueur. Bien entendu, elle était bien naïve de vouloir y croire. Mais personne ne pourrait jamais lui enlever ses croyances... Du moins c'était ce qu'elle pensait. Car il aurait certainement suffit qu'un détraqueur vienne devant elle, pour que tout espoir lui soit enlevé. Mais un simple sort pouvait chasser les ombres autour d'elle. Même si souvent, un sort n'était pas suffisant à chasser les démons en nous. Gardant son sourire intact à l'adresse du jeune homme, la jeune fille était heureuse intérieurement. Il venait d'avouer qu'il avait une conscience, elle se taisait certes mais il en avait une. Malgré tout ce qu'il pouvait dire ou vouloir faire croire, Cooper était quelqu'un de bien. Bien sûr, il était probablement trop tôt pour le dire, mais certains signes comme celui ci ne trompait pas. Il avait juste besoin d'aide, d'une personne avec qui il n'aurait pas à se cacher. Du moins, c'était ce qu'elle pensait. Même si ils faisaient leur connaissance, Evengeline commençait à apprécier sa compagnie, et aurait voulu que cela continue. C'était plus fort qu'elle, comme une force à l'intérieur d'elle qui la poussait à vouloir rester là, à vouloir garder le temps avec elle pour l'arrêter. On ne contrôle pas toujours tout ce qu'il se passe et les imprévus peuvent être une bonne chose. C'était ce qu'il était en train de se passer maintenant. Assise, sur le rebord de la tour, Evengeline appréciait les moindres instants qui se profilaient devant elle en compagnie de Cooper. Si bien, qu'elle parvenait à se livrer un peu plus, en dévoilant sa passion pour les étoiles dans un premier temps. C'est alors qu'elle avoua qu'elle pouvait s’interroger sur le fait qu'il puisse être un signe. Après tout les étoiles, sont là pour nous prévenir de quelque chose. Enfin d'un point de vue météorologique. Mais pourquoi ne pouvaient-elles pas interféré avec les humains ? Ressaisis toi. pensa t-elle alors que son regard devint légèrement plus obscur alors que Cooper venait de lui répondre de cette manière là. Il se dévalorisait... Evengeline n'appréciait pas de voir ce comportement là chez les autres. Car elle ne savait que trop bien le mal que cela pouvait faire, le connaissant elle même . Les paroles qu'ils venaient de dire la rendirent triste. Personne n'avait le droit d'avoir une mauvaise estime de soi. Evengeline préférait de loin subir tout le malheur du monde afin d'apaiser les autres. Elle n'aurait même jamais voulu qu'une chose pareille touche son pire ennemi. Personne n'avait le droit à ça, tout les autres devaient être heureux.
    - Vous êtes quelqu'un ...

Que dire de plus ? Elle ne le connaissait pas assez pour pouvoir essayer de lui prouver qu'il n'était pas personne. Elle était certaine qu'il devait compter pour quelqu'un. Que ce soit sa famille, ses amis, quelqu'un qu'il l'apprécie à sa juste valeur. Il n'était pas seul, il ne le méritait pas et son comportement à l'égard de la jeune Poufsouffle le démontrait de plus en plus. Cooper était vraisemblablement un être qui avait juste besoin d'attention, même si il se plaisait à dire le contraire et à ne pas vouloir qu'on s'intéresse à lui. Baissant son regard quelques instants, la jeune fille se doutait que ce qu'elle venait de dire n'aurait pas le moindre impact. Elle n'était rien elle aussi et ne pouvait pas prétendre être quelqu'un. Elle n'était juste qu'une élève, poufsouffle de surcroît faisant donc partie de la maison que l'on considérait comme étant une poubelle, car les membres de cette dernière y avait été choisi parce qu'ils n'avaient aucune qualifications pour faire partis d'une autre caste. Elle n'avait pas un caractère affirmé comme la plupart des filles, elle n'avait pas non plus le tact qui plaisait aux autres. Elle était juste... un être sans le moindre intérêt pour personne. Cependant, on ne pouvait pas lui enlever le fait qu'elle était une oreille attentive pour n'importe qui, et qu'elle était altruiste. Trop certainement, mais c'était ce qu'elle était et ce à quoi ses parents avaient voulu qu'elle ressemble. Et pour rien au monde, elle ne les décevrait, surtout par maintenant. Peut être qu'en regardant les étoiles, ils pouvaient la regarder de là où ils étaient. Non, elle le savait bien, ils n'étaient plus là... C'est pourquoi, elle se plaisait à regarder les histoires racontées par les divers astres. C'est ce qui l'incita à en raconter l'une d'entre elle à Cooper. Si il l'avait souhaité, elle aurait pu lui en raconter tellement d'autres. Mais il resta de marbre. Soupirant en baissant son regard, la jeune fille repensa à ses parents et aux pensées qu'elle avait eu il y avait de cela quelques instants. Et comme pour rechercher quelque chose, une réponse honnête avant tout, elle osa laisser sa question franchir la barrière de ses lèvres. Le deuil était difficile pour tout le monde et elle avait l'impression que malgré toute la bonne volonté qu'elle aurait voulu y mettre, jamais elle ne parviendrai à l'affronter. Elle était certaine que Cooper devait connaître cette chose. Ils semblaient se ressembler sur certains points. Quelque part, elle avait espéré qu'il lui dise qu'elle pouvait se débarrasser de ce mal. Qu'elle aurait pu être à nouveau comme avant, qu'elle aurait pu se reconstruire. Mais d'un autre côté, elle savait pertinemment que cela n'arriverait jamais.
    -Vous vous sentez comme vide de l'intérieur vous aussi ?

Elle venait de détourner son regard pour fixer Cooper à son tour elle aussi. Elle cherchait la franchise dans son regard et la trouva aisément. Il ne lui mentait pas... Elle était ravie qu'il ne le fasse pas, car elle en avait besoin. Elle avait enfin l'impression qu'on ne lui parlait pas comme une élève qu'il faut réconforter, mais comme un égal à qui on souhaite dire la vérité. Même si c'était dure à entendre, et même si cela faisait de la peine. Elle était perçue comme une personne à part entière. Son regard se baissa alors que Cooper était désolé de ce qu'il lui arrivait. Ce geste la touchait énormément.
    -On a pas le choix … On doit juste faire avec. Trouver la force de se lever le matin, revêtir le masque qu'on veut montrer aux autres parce qu'on ne veut pas que l'on s’apitoie sur nous, passer une journée à essayer de penser à autre, et se coucher en tentant de ne pas pleurer. On se sent seul. C'est ce que vous ressentez aussi n'est ce pas ?

Elle garda son regard rivé vers le sol, réfléchissant à ce qu'elle venait de dire. Cela lui faisait du bien, même si c'était douloureux. Cependant, elle e rendit compte de ce qu'elle faisait, elle se confiait à quelqu'un qui devait probablement avoir mieux à faire que rester là à écouter les mal êtres d'une élève. Aussi, elle ravala la boule qui se formait dans sa gorge, et s'empressa de rajouter avec des yeux légèrement humides.
    -Je suis désolée. J'aurai pas du dire ça. Vous avez probablement mieux à faire que m'écouter. Je voulais juste... Elle marqua un temps de pause. allez Evey, laisse toi aller un, n'aie pas peur de parler pour une fois. Non rien , laissez tomber. J'espère que vous pourrez dormir. Ne pensez pas que vous êtes bon à rien et que vous n'êtes personne. Je sais ce que c'est que de le penser... Et vous êtes tout sauf ça. Quoi que vous ayez fais ou quoi que vous ayez vécu, vous êtes quelqu'un pour une personne. Vous venez d'être là pour moi … Merci monsieur Graham.

Evengeline lui adressa un sourire timide, alors que ses joues s'embrasèrent. Elle ne savait pas comment il allait prendre ce qu'elle venait de dire. Mais elle voulait juste lui montrer qu'il pouvait s'accorder un peu d'estime. Elle aurait aimé le voir sourire lui aussi, mais malheureusement elle devrait certainement attendre encore.
    -Vous appréciez être concierge ?

Changer de sujet pourrait être remédier à la situation et atténuer un peu la tension qui venait de se créer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Cooper E. Graham



Humeur : grincheux


MessageSujet: Re: Ҩ Il suffit parfois d'une simple rencontre [Feat : Cooper] Dim 6 Mai - 12:13

EVENGELINE&COOPER
Il ne saurait pas ce qu'il était. Elle n'avait pas finie sa phrase. Pourtant il aurait aimé savoir ce qu'il était. Il aurait aimé savoir ce qu'une élève pense de lui. Cette élève en particulier qui avait l'air tellement bavarde. Différente aussi. C'était la première fois qu'il parlait autant avec quelqu'un depuis son arrivé. Il ne c'était pas fait beaucoup d'amis, surtout parce que lui avait refuser de s'en faire. Il s'enfermait dans ses remords et son semblant de petite vie dont personne ne se souciait. Une vie qu'il aurait voulu différente. Il ne se plaisait pas tellement à Poudlard mais pour l'instant c'était la seule chose qu'il savait faire. Il ne sentait plus capable de retrouver sa vie d'avant. L'erreur avait été trop grande pour lui et trop dure à supporter. L'erreur qui l'avait fait partir. Il ne pouvait plus se regarder dans une glace tant il se dégouttait. Se sentait-il vide à l'intérieur? La question était surprenante. Et pourtant c'était tout comme. Vidé. Il n'avait plus la force de se sentir capable de faire du bien autour de lui. Il ne se sentait plus capable d'oublier ce qu'il avait fait.

« En quelques sorte. Oui. Sans doute pas pour les même raisons.»

Lui n'avait pas perdu quelqu'un. Il avait fait perdre quelqu'un. C'était aussi cruel. Il n'avait jamais eu la force de se faire pardonner parce que personne ne voudrait de son pardon et surtout pas la famille de l'innocente victime. Bien sûr qu'il était aller les voir. Il avait tenu à annoncer la nouvelle par lui même et on l'avait incendier, on lui en voulait et il comprenait. Alors il avait quitter son poste d'auror plus par respect pour eux et surtout pour pas que cela se reproduise. Elle lui décrivit ce qu'elle ressentait. Et si lui le ressentait? Un peu mais là aussi c'était différent. Lui se sentait coupable. Une grande culpabilité que personne ne pourrait enlever. Il n'eut pas le temps de répondre que la jeune fille s'excusa de s'imposer. Pourtant pour la première fois il aurait voulu dire quelque chose. Avouer quelques torts. Et il ne dit rien. Il était quelqu'un pour elle disait-elle.

«Je ne suis rien. Je n'ai pas fait grand chose et croyez moi nous ne ressentons pas les mêmes choses parce que je suis loin d'être ce que vous dites. Vous ne savez pas ce que j'ai vécu et croyez moi c'est très différent de votre histoire.»

Il avait été étrangement calme. Il ne voulait pas la brusquer. Il ne lui avouerait pas son passé. Il aurait trop honte de l'avouer. C'était son secret. La jeune fille ne cessait de le complimenter alors qu'elle ignorait tout de lui. Si elle savait. Elle le verrait autrement. S'il appréciait être concierge. Sourire amer. Lui mentirait-il? Il décida que non.

«Officiellement: oui. Officieusement non.»
code by stitch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Evengeline H. Butcher

Elève de 7ème année - Poufsouffle

Humeur : Avec un espoir


MessageSujet: Re: Ҩ Il suffit parfois d'une simple rencontre [Feat : Cooper] Lun 14 Mai - 9:49



Things are coming
Cooper & Evengeline
Le sentiment de solitude semblait s'estompait petit à petit pour la jeune fille. Elle ne savait pas comment cela s'opérait, peut être le fait de parler à une personne qu'elle ne connaissait que très peu sans doute. Les personnes le disent bien volontiers : il est plus aisé de se confier à un inconnu qu'à des personnes qui nous sont chères. L'esprit humain était parfois si complexe, que tenter de vouloir le percer était un véritable casse tête. Mais quoi qu'il en soit, ce qu'il était en train de se passer ce soir même, en compagnie de Cooper, Evengeline se sentait écoutée mais également comprise malgré tout. Certes, leurs histoires divergeaient bien évidemment de biens des manières, mais le résultat était là : tous les deux se sentaient vides à l'intérieur. Cela était quelque peu apaisant de son côté, même si une part d'elle était triste de constater qu'il souffrait intérieurement lui aussi. La lueur dans les yeux de Cooper semblait s'être estompée légèrement alors qu'il exprimait ce fait, chose qui pinçait le cœur de la jeune fille. Dure était la réalité de chacun, tout comme il était complexe de pouvoir se remettre de ce que l'on a vécu. Il venait tout juste de lui dire à cet instant malgré sa réponse évasive. Ou peut être que la jeune fille ne voulait entendre que ce qu'elle souhaitait. Cependant, il y avait quelque chose qui les unissait tous les deux. Elle en était certaine. Cooper avait également raison sur un autre point : les causes de leur mal être étaient différentes pour tous les deux. A chacun sa vie et à chacun son histoire, cela était bien vrai. Chaque être était unique en soit et parvenait à se forger de par ses expériences mais de par aussi ce qu'il convoitait. Voilà ce qui rendait chaque être humain une personne à part entière et pas une sorte de clone ayant les mêmes idéaux que les autres. Cette simple réponse eut pour conséquence de faire sourire légèrement la jeune Poufsouffle, qui acquiesça quelques secondes plus tard d'un léger signe de tête, avant de rebaisser son regard en direction du sol. Elle aurait aimé connaître l'histoire de ce jeune homme, peut être à tous les deux auraient-ils pu s'aider mutuellement afin d'affronter leurs démons ? Cette question resterait en suspend pendant probablement très longtemps, voire même pour toujours. Car, la confiance ne se gagnait pas en un claquement de doigt. Il faudrait du temps, beaucoup même pour que Cooper se sente à son aise. Si il souhaitait sa présence et son aide, la jeune fille s'attellerait à toujours lui prouver qu'il pouvait croire en quelque chose. Peut être cela scellait-il le début d'une amitié ? Elle l'espérait au plus profond d'elle quelque part. Car, comme elle venait de lui avouer, il était une personne de bien.

Malgré tout ce qu'il pouvait dire et la manière dont il réagissait en se renfermant sur lui même, il n'en restait pas moins qu'il lui avait prouvé sa bonté. Cela n'était que léger, puisqu'il ne l'avait pas puni en soit et continuer à rester avec elle, mais cela représentait tout de même quelque chose de fort et de respectueux. Elle avait osé lui décrire ce qu'elle ressentait, c'était la première fois qu'elle le disait à quelqu'un. Ses paroles, pourtant si claires, étaient difficiles à laisser échapper. Elle lui montrait d'une certaine manière qu'elle avait confiance en lui, peut être pour que lui puisse sentir qu'il pouvait avoir confiance en elle. Evengeline aurait souhaité ce fait plus que tout au monde, car il méritait de sourire. Elle était certaine que son sourire devait illuminer son visage et devait le rendre très beau. Mais surtout, un simple sourire pouvait probablement le rendre moins soucieux des jugements que l'on pourrait porter sur lui. Une barrière semblait s'être franchie à ce moment là. Aussi fine pouvait-elle être, la jeune Poufsouffle avait l'impression d'apaiser un peu le jeune homme qui lui faisait face, ce qui la rassurait légèrement, malgré la tristesse qu'elle pouvait éprouver. Le regard qu'il lui renvoyait la troublait, c'est pourquoi, elle se ravisa en changeant de sujet. Une légère contenance reprise, elle osa lui avouer ce qu'elle voyait en le regardant. Chose qui, comme elle s'y était attendue fut prise d'une autre oreille, même si il avait été calme en lui répondant. Se pinçant les lèvres afin d'essayer de dissimuler son sourire déçu, Evengeline préféra répondre avec la même douceur dans sa voix.
    - Je sais...

Oui elle savait qu'ils n'avaient pas la même histoire, tout comme elle savait qu'ils ne ressentaient pas les mêmes choses en fonction des sujets évoqués. Cependant, elle gardait tout de même espoir de connaître le même sentiment de solitude que lui même pouvait ressentir. Baissant son regard, afin de ne pas le troubler ni même se troubler elle même, la jeune fille avait évoqué ce que représentait son travail de concierge pour lui. Le même calme qui les habitait tous les deux continuait de régner à la situation, ce qui permit à Evengeline de connaître les ressentis de Cooper à l'égard de sa profession. «Officiellement: oui. Officieusement non.» A cette réponse, la jeune fille releva son regard pour constater de l'expression de Cooper. Il souriait légèrement, ce qui entraîna chez elle une réponse de la manière manière en souriant amèrement à son tour. Ce qui s'opérait entre eux était très étrange, et difficile à expliquer. Comment se faisait-il que dés qu'il souriait, elle souriait aussi ? Ou que dés qu'il se renfermait, elle voulait le faire sortir de sa solitude et être là pour lui ? Beaucoup auraient répondu par l'alchimie qui devaient exister entre eux. Mais quoi que ce soit, cela en était légèrement déroutant. Secouant légèrement sa tête pour revenir à la réalité, Evengeline constata alors que la vie de Cooper devait être difficile. Ce qui l'incita à lui demander en toute innocence.
    - Vous souhaiteriez qu'on puisse se revoir pour discuter tous les deux ? Elle marqua un léger temps d'arrêt et remarqua que la manière dont elle avait proposé ce fait devait probablement paraître impoli, ce qui l'incita à reprendre avec une voix timide. - - Enfin si vous le désirez, c'est juste que c'est... Je sais pas comment le dire, c'est plaisant de vous parler et d'être en votre compagnie. C'est même bizarre parce que jamais je n'ai ressenti ça de cette manière là. Et j'aimerai vraiment devenir votre amie ou du moins quelqu'un avec qui vous pourriez parler sans avoir peur.

Elle lui adressa un sourire franc et fini par sentir la chaleur de ses joues l'envahir de tout son être, ce qui l'incita à se cacher son visage dans ses mains en riant gênée.
    - Je suis une idiote... Vous devez me prendre pour une folle.

Elle se releva du rebord d'où elle était assise et vint se mettre à côté de lui, pour se laisser longer le long du mur et s'asseoir de cette manière. Il s'agissait là d'une sorte d'invitation à prendre place à ses côtés si il le désirait, pour ainsi tenter de parler d'autre chose pour reprendre un peu plus confiance et peut être oublier les idioties qu'elle lui avait proposé il y avait de cela quelques secondes.
-
    - Parlez moi de ça, de ce qu'il ne vous plaît pas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Cooper E. Graham



Humeur : grincheux


MessageSujet: Re: Ҩ Il suffit parfois d'une simple rencontre [Feat : Cooper] Ven 25 Mai - 12:05

EVENGELINE &COOPER
Il ne savait plus ce qu'il faisait là. Était-ce bien où mal de parler à une élève comme il faisait? Avait-il conscience qu'il parlait à une fille qu'il ne connaissait pas et qui ne pourrait comprendre le tort qu'il avait ? Oui il en avait conscience et il ne s'arrêtait pas pour autant. Il y avait longtemps qu'il n'avait pas parler à quelqu'un de cette façon. Il avait longtemps qu'il se renfermait parce qu'il jugeait être un horrible personnage. Quelqu'un qui hôte la vie c'était ça être un horrible personnage. Il ne s'était jamais pardonné d'avoir malencontreusement tuer la mauvaise personne. Il s'en voulait et pourtant c'était loin d'être sa faute. Le mangemort qu'il poursuivais c'était servit de ce qu'il avait devant lui pour s'échapper, cette femme qui sortait avec son mari et ses enfants c'était retrouvé au milieu d'un combat digne des plus grands tireur d'élites. Surgit de nulle part tous avait du arrêter leur tir mais le sien était déjà trop avancé et le criminel c'était évaporé juste derrière cette femme qui avait reçut le sort à sa place. Cette scène le hantait nuit et jour. C'était son cauchemar. Si on lui avait dit que ce n'était pas sa faute il se condamnait pourtant, était sûr que quoi qu'il fasse il n'était plus bon à rien. Il avait rendu l'éponge sans expliquer ce qui n'allait pas, sans expliquer à ses collègues qu'il avait vu le visage des enfants et qu'il ne supporterait pas d'en voir d'autres ainsi. Il avait affronter la mort plusieurs fois mais elle avait été plus forte que lui cette fois ci et il n'avait plus la force de voir des innocents mourir pour les mauvaises personnes.

La chose la plus étrange qu'on lui eut demander fut sans doute ce qui arriva. S'il voulait la revoir. Oh la … ne mettons pas la charrue avant les bœufs. Que connaissait-il de cette fille? Rien. Quel âge avait-elle? Sûrement dix-sept ans. Lui? Presque la trentaine. Il pouvait presque être son père. Il se voyait mal se projeter dans un futur qui lui échappait totalement. Il avait vraiment des drôles d'idées. Il avait besoin d'aller consulter. Sérieusement pourquoi fallait-il toujours qu'il émette de tels conclusions. Il ne lui avait même pas laisser le temps de s'expliquer plus. Elle s'excusa d'ailleurs aussitôt. La question était déplacés cela allait de soit et pourtant Coop n'avait pas dit non. «Perdrais tu ta langue Graham? Face à une jeunette? Très subtile ...» Foutue conscience. Il secoua la tête pour chasser sa petit conscience. Puis se rattrapa juste après.

«Ça ne veut pas dire non, c'est juste que … je fais parti du personnel de l'école. C'est un peu délicat pour moi de me lier avec les élèves... et je n'ai jamais été de très bon conseils.»

Elle lui avait dit qu'elle n'avait jamais ressentit ça pour quelqu'un. Pourquoi lui? Il n'avait rien de particulier et son passé le hantait tellement qu'il avait du mal à vivre au présent. Parler sans avoir peur. Comment pouvait-elle si aisément lire en lui?Étais-ce parce que c'était une fille où parce qu'elle était tout simplement douée avec les gens? Lui n'avait jamais été doué avec les gens. Pourquoi la prendrait-il pour une folle? Il était bien pire qu'elle à s'accrocher à quelque chose qui ne pouvait revenir.

«Non, vous n'êtes pas folle, j'ai vu bien pire que vous, je peux vous l'assurer, vous n'avez rien d'une folle.»

Parlez de ce qui ne lui plaisait pas. Drôle de fille. Pourrait elle comprendre ce qu'il n'aimait pas? Il en doutait. Il ne voulait pas tout dévoiler non plus à cette inconnue. Il avait sa réserve, ses secrets qu'il gardait enfoui pour ne pas à avoir à souffrir plus qu'il ne souffrait déjà d'avoir rater son ascendance en tant qu'auror. Il avait aimer être auror. C'était le seul but qu'il avait eu dans sa vie et il avait tout rater.

«Je n'ai jamais eu la vocation de devenir concierge, ce fut un choix de dernier recours à un moment de ma vie où tout partait en vrille. M'occuper des adolescent en pleine crise n'est pas très glorieux si vous voyez ce que je veux dire. Résoudre leur problèmes n'est pas ce pourquoi je me suis battu jusqu'ici.»
code by biscotte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Evengeline H. Butcher

Elève de 7ème année - Poufsouffle

Humeur : Avec un espoir


MessageSujet: Re: Ҩ Il suffit parfois d'une simple rencontre [Feat : Cooper] Dim 27 Mai - 15:23



Things are coming
Cooper & Evengeline
Un élan de courage s'était emparé d'Evengeline. Peut être était ce trop tôt pour oser parler à quelqu'un ? Peut être était ce une hâte bien trop naïve que de pouvoir dire tout haut ce qu'elle pensait ? C'était d'autant plus la première fois, qu'elle se sentait capable de réaliser ce genre de chose, qu'elle se sentait assez à l'aise pour laisser ses pensées franchir la barrières de ses lèvres sans pour autant craindre les conséquences de ses actes. Peut être aurait-elle dû se taire... Peut être aurait-elle du même réfléchir à ce qu'elle allait dire. Mais pour une fois, elle avait voulu y croire. C'est dans ce mince espoir, qu'elle avait continué, dans un premier temps, à fixer Cooper de manière curieuse, voire même avec une légère lueur dans le fond de ses yeux qui aurait pu prédire de son espérance. Le temps semblait même s'en être suspendu pendant ces quelques secondes. Mais finalement, la courbe de ce dernier s'était remis à reprendre son rythme en s'accélérant cette fois, faisant admettre à la jeune fille de son idiotie. Pouvait-elle seulement croire pouvoir se lier d'amitié avec un homme plus âgé qu'elle et dont l'expérience était telle que la simple compagnie d'Evengeline ne lui apporterait rien ? Que pourrait-elle lui apporter ? Elle avait voulu y croire, en se rendant compte de son sourire et de sa présence pendant tout le long de cet entretien. Il était différent de tous et ses agissements envers elle lui donnaient la volonté de vouloir l'aider. Elle s'imposait de cette manière, et cela allait à l'encontre de tout ce qu'elle était. Le manque de confiance en elle venait de rejaillir d'un coup, si bien qu'elle ne savait plus quoi penser. A l'heure actuelle, elle s'infligeait toutes les dépréciations du monde, tellement elle se trouvait idiote et nulle. Elle ressentait juste l'envie de retourner dans les dortoirs des filles poufsouffle et de rester allongée sur son lit, seule, priant pour que tout s'oublie du côté de Cooper. Ce sentiment s'accrût davantage lorsqu'elle remarque le signe négatif dont il adopta brièvement, ce qui l'incita à dissimuler son visage entre ses mains. Honteuse et se rendant compte de son erreur, elle écouta néanmoins les justifications de Cooper vis à vis de son comportement. Cela ne voulait pas dire non ? Pourtant, il venait tout juste de secouer la tête de manière négative. Fronçant ses sourcils, Evengeline le regarde de manière intriguée, alors qu'il lui expliquait la délicatesse de la chose. C'était étrange, tellement qu'elle ne parvenait pas à comprendre clairement si il était d'accord ou si au contraire, il restait gentil afin de lui faire comprendre qu'elle pouvait aller voir ailleurs.
    -Je ne veux en aucun cas vous causer du tort. Je … hum … Je suis désolée si je vous ai offensé. Je comprends votre situation et votre décision. Je n'aurai pas dû demander ça.

Prise de remords, d'ordinaire, Evengeline aurait simplement cherché à fuir et à s'isoler, cependant, elle se contenta, ici, d'essayer de retrouver une certaine contenance afin de rester elle même. Après tout, Cooper n'y était pour rien. Toute la faute venait d'elle et de sa volonté à faire le bien autour d'elle. Elle avait juste voulu essayer d'être là pour lui, parce qu'il s'agissait là de la seule chose qu'elle savait faire : être présente pour les autres. Osant une nouvelle fois laisser ses pensées allaient au devant, elle confia au jeune homme le fait qu'elle se prenait pour une idiote. Les simagrées auraient pu être encore plus nombreuses si elle ne s'était pas retenue. Après tout, les gens lui trouvaient facilement des défauts... Elle s'attendait presque à ce que monsieur Graham aille dans ce sens là, en lui avouant qu'elle l'était, effectivement. Mais, contre toute attente, il lui affirma qu'elle ne l'était pas. Le cœur d'Evengeline fit un bond dans sa poitrine par cette simple phrase qui résonnait encore dans sa tête. Il ne la prenait pas pour une folle... Elle n'était pas une idiote à ses yeux... A cette pensée, un mince sourire se dessina sur les lèvres de la jeune fille. Peut être que finalement, elle s'était trompée depuis le début. Et qu'il acceptait sa présence tout comme elle appréciait la sienne à présent. L'espoir sembla rejaillir à nouveau, alors qu'elle le fixait d'une manière intense sans même s'en rendre compte. Finalement, ce qu'il lui avait avoué plus tôt était plutôt infondé.
    -Merci.

Répondit-elle timidement, alors qu'elle s'était décidée à se relever afin de prendre place à ses côtés. La conversation les amena ainsi à discuter de la situation de Cooper au sein de l'école. Il est vrai qu'il est assez surprenant de voir un jeune homme comme lui, concierge au sein d'une école. Par sa prestance et sa carrure, il aurait très bien pu être une célébrité dans le monde de la magie. De même que son côté mystérieux accentuait cette idée là. Bref, quoi qu'il en soit, pouvoir discuter de ce qu'il ressentait vis à vis de son métier, incitait la jeune fille à se sentir plus à l'aise maintenant. C'est ainsi qu'elle put en apprendre un peu plus sur lui. Le fixant avec un grand sérieux, Evengeline semblait boire ses paroles, même si elle tentait en réalité de les assimiler du mieux qu'elle le pouvait. Il commença ainsi par lui dire que sa situation n'était qu'en fait un second recours, quelque chose qui semblait s'être imposé à lui, alors que sa vie avait basculé. La phrase qui suivit eut pour effet de faire rire légèrement la jeune fille. S'occuper des adolescents en pleine crise était quelque chose qui devait être difficile à gérer. Elle avait toutefois du mal à comprendre le comportement des autres, car elle n'avait jamais fais sa crise comme les autres. Le fait de devoir grandir trop vite lui avait épargné les questions existentielles sur les relations filles garçons et tout ce qui en découlait. Ce qui n'était pas une tare en soit, bien au contraire. Elle préférait être comme elle l'était plutôt que devoir ressembler aux autres... Son sourire se dissipa quelque peu lorsqu'il lui avoua de cette manière que ce qu'il faisait n'était pas ce qu'il avait souhaité réaliser dans un premier temps. Evengeline se demanda alors ce qu'il avait bien pu projeter de sa vie ou bien même vivre avant d'être ici, cependant elle ne pouvait pas lui poser ce genre de question. Ils ne se connaissaient pas assez afin de se permettre une telle audace, mais ce dont elle pensa, fut que quoi qu'il ait pu imaginer ou vivre, cela ne lui enlevé rien à ce qu'il était devenu à présent. Chose qu'elle exprima à travers ces quelques paroles.
    -C'est une bonne chose que de savoir retomber sur ses pattes comme vous l'avez fais. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé, et je ne vous le demande pas. Mais, même quand vous dîtes que vous n'aviez pas la vocation d'avoir à gérer les crises des adolescents … Elle marqua un léger temps d'arrêt et commenta avec un air amusé et moqueur -– Aussi … comment décrire ça ... hum … ah oui PATHETIQUES soient-ils. Elle se mit à rire de sa propre bêtise avant de reprendre son sérieux et de finir sa phrase. - Bref aussi tout ça, vous participez quelque part à ce qu'ils vont devenir, vous les accompagner, vous les supportez, vous les punissez, chose qui leur permet ainsi de comprendre des choses. Grâce à tout cela, vous participez à faire quelque chose de bien, autant pour les autres, que pour vous. Et même si vous m'aviez dis toute à l'heure que vous n'êtes pas de bons conseils, laissez moi vous répondre que j'ai retrouvé ma plume grâce à vous. Je n'avais pas du tout pensé à utiliser un accio pour la faire revenir, je serai probablement encore en train de la chercher à l'heure qu'il est.

Elle lui adressa un sourire sincère tout en se retenant d'avoir un geste tendre envers lui, comme elle pouvait en avoir l'habitude quand elle était en compagnie de Mael. Légèrement gênée, la jeune fille fronça alors ses sourcils afin d'exprimer un certain curieux dans son regard et s'exprima avec un ton joueur.
    -Vous devez en voir des vertes et des pas mûres avec certains phénomènes ici non ?

Parler avec Cooper allait certainement devenir quelque chose dont elle ne pourrait pas se lasser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Cooper E. Graham



Humeur : grincheux


MessageSujet: Re: Ҩ Il suffit parfois d'une simple rencontre [Feat : Cooper] Mar 3 Juil - 15:10

EVENGELINE & COOPER
Cooper voyait que la demoiselle semblait déçue de sa réponse. Il était peut être temps de faire une exception. Evengeline ne voulait pas être malhonnête, elle voulait sans doute être gentille. C'était bien la première fois que Coop ne cherchait pas à fuir un élève. En fait il prenait son travail à Poudlard comme une punition et ne c'était jamais rendu compte qu'il y avait des personnes qui lui ressemblait lorsque lui même était à Poudlard. Il était temps qu'il se montre compatissant et disponible pour ces élève qui ne demandaient peut être qu'a être écoutés. Il se rendait compte avec Evengeline qu'il était bien plus facile de parler de soit lorsqu'on connaît à peine une personne. C'est ce qui faisait ensuite qu'on créer des liens.

« C'est moi qui vous doit des excuses. C'est un peu mon rôle de vous écoutez. Je l'avais sans doute oublier en cours de route. »

Il s'ouvrait ainsi à une discution . Il ignorait ou cela le mènerait et ce que ça lui apporterait mais ce ne pouvait être que des bonnes choses. Elle avait retrouvée le sourire lorsqu'il lui avait dit qu'elle n'était pas folle. Lui l'était sans doute. Elle non. Lui l'était d'avoir abandonner ceux en quoi il avait toujours crut pour une erreur qui avait coûté la vie à une personne innocente qui aurait pu être la mère de cette demoiselle. Il n'aurait jamais pu se regarder à nouveau en face s'il aurait dut affronter une nouvelle fois la mort et il aurait fait d'autres erreurs qui auraient pu être bien plus grave. On lui avait souvent dit qu'il avait besoin d'aller voir un psychologue mais il s'y était toujours refuser, espérant faire croire qu'il allait bien, alors qu'il souffrait de ce qu'il avait fait.

Il lui parlait d'elle, et c'était plaisant de voir qu'on l'écoutait. Généralement lorsqu'on parlait du passé où des souvenirs il avait tendance à fuit , mais ce soir c'était différent, parce qu'elle dégageait en elle quelque chose de si pure qu'il n'avait qu'une seule envie. L'écouter et parler. Ce qu'il lui disait était une façon de voir les choses qu'il n'avait jusqu'à présent jamais considérer de cette façon. Il commençait à croire cette jolie jeune fille lui avait été envoyé pour le remettre sur le droit chemin. Il se surprit à rire lorsqu'elle même le fit, comme poussé par le rire de cette élève. Il y avait longtemps qu'il n'avait pas esquisser une sourire. Oh oui il y avait des phénomènes à Poudlard. Des bons comme des mauvais.

«En effet, certaines choses ne changent pas. Parfois je me vois au même âge en certains élève, c'est étrange. »

Il lui souriait. Il avait supprimé cette barrière froide qu'il s'était un jour imposer. C'était la première étape de la guérison. Le sourire. C'était peu et tellement à la fois. Lorsqu'on partage des choses avec une personne spéciale, le sourire est tellement plus important. Il avait soudainement envie de connaître un peu mieux cette demoiselle. C'était rare de sa part et il commençait à se rappeler ce qu'était la socialisation.

«Et vous dites moi pourquoi cette plume était si importante à vos yeux ? »

Il se disait qu'il était peut être indiscret mais s'ils voulaient tout deux apprendre à se connaître autant passer par quelques caps indiscret pour ne plus avoir de secret ensuite. C'était là le début d'une relation fort étrange qui commençait pour Graham.
code by biscotte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Evengeline H. Butcher

Elève de 7ème année - Poufsouffle

Humeur : Avec un espoir


MessageSujet: Re: Ҩ Il suffit parfois d'une simple rencontre [Feat : Cooper] Ven 20 Juil - 10:21

Things are coming

Il y a des choses que l'on ne peut pas expliquer. Des situations qui font que nous ne savons pas comment nous devons réagir mais qui, malgré nous, nous donnent envie d'aller plus loin, de nous dépasser, juste pour connaître le dessein de la finalité de cette chose si particulière. Il arrive que parfois, cela ne tourne pas à notre avantage, et pourtant nous continuons, nous gardons l'espoir que cela s'arrange pour que nous puissions connaître ce que nous recherchons : le bonheur ou même la joie. La nature humaine est une chose que beaucoup qualifient d'étrange ou même d'imprévisible. Mais n'est-il pas un réalité que nous recherchions tous la même chose finalement ? Bien sûr qu'il s'agissait là d'une évidence, cependant cette dernière démontrait bien que nous n'étions pas si imprévisible que nous nous accordions à vouloir le paraître. C'est ce qu'il se passait quelque part ici, dans cette tour alors que Evengeline regardait Cooper avec un des yeux remplis d'espoir. Celui de pouvoir connaître un jour le fait d'être son amie. De pouvoir lui faire ressentir, ce qu'elle appréciait faire connaître à ses amis, la confiance mutuelle, le bonheur partagé, des rires qui leur feraient prendre conscience à tous les deux des instants magiques qu'ils pourraient connaître, ce soutien qu'elle s’accordait à donner et dont elle ne trahirait jamais . Tout cela faisait parti de ce qu'elle s'attachait à vouloir partager avec lui, qui semblait pourtant si austère quant à la proposition qu'elle lui avait faite précédemment. Amis, elle n'en demandait pas plus, elle avait cru voir une once de lumière qui la guidait vers ce chemin. Elle avait voulu prendre confiance en elle pour oser lui demander si il désirait passer plus de temps avec elle. Malheureusement, elle s'était heurtée, dans un premier temps à ce dont elle avait redouté. Le dénis et la négation. La gentillesse dans le ton de sa voix marquait tout de même sa déception quant à cette réponse, mais après tout, Evengeline ne pouvait que comprendre. Monsieur Graham était un concierge et faisait donc parti du personnel de Poudlard. Il ne devait, du moins dans ce qu'elle pensait, pas s'attacher aux élèves, car ces derniers ne faisaient que passer. Et puis, qui voudrait d'une compagnie comme celle de la jeune Poufsouffle ? Personne ne la désirait, ou si lorsque l'on avait besoin de se sentir écouté, voilà tout. Mais malgré tout, il résidait dans la manière d'agir de Cooper, quelque chose qui incitait la jeune fille à se demander ce qu'il en était vraiment de ses pensées. Il s'excusait, lui aussi de ce qu'il avait avancé d'une certaine manière, ce qui permis à Evengeline de retrouver son mince sourire. Ainsi donc, il souhaitait l'écouter lui aussi. Cependant, la jeune fille craignait qu'il ne le fasse vis à vis de son travail et qu'il y voit ainsi un fardeau. C'est pourquoi, elle rajouta avec une voix timide.
    - Nous ne sommes que des humains. Et je suppose que d'écouter les jérémiades des élèves doivent être difficiles à force.
La jeune fille lui adressa un sourire, osant par la même occasion aborder le sujet de son travail. Son désir était avant tout de vouloir le connaître mais surtout de pouvoir partager avec lui un moment qu'il ne devait pas avoir l'habitude de faire. Son rôle était de préserver les bonnes règles au sein du château, de ce fait, les personnes qui l'appréciaient devaient être comptées sur les doigts d'une seule main. La jeune poufsouffle souhaitait faire partie de ces gens là. Elle aurait tant voulu le voir sourire en plein jour, juste pour se rendre compte de la manière dont ce simple geste embellissait son visage. Car elle était certaine qu'il devait s'illuminer lorsqu'il souriait. Elle se surprit encore une fois à rougir timidement à cause de cette pensées. Heureusement pour elle, la pénombre de la nuit dissimulait ce trait là et leur permettait à tous les deux de parler de manière un peu cachée. Seuls les reflets de la lune permettait d'éclairer certaines parties de leur visage, ce qui rendait l'atmosphère plus propice à la confession. Ils échangèrent un simple regard, alors qu'elle le remerciait de ne pas la prendre pour une folle ou une idiote. Et par ce simple geste, le cœur de la jeune fille s'emballa et se mit à battre tellement fort contre sa poitrine, qu'elle avait l'impression que ses tempes allaient exploser. Elle détourna la première ses yeux pour regarder en direction de l'horizon. C'est à ce moment précis, qu'ils entamèrent tous les deux une conversation visant à connaître davantage Cooper. Un petit rire émana de ses lèvres, alors qu'elle commentait le fait que certaines élèves devaient très probablement être des clowns, alors que d'autres devaient être difficiles à gérer. Cooper réalisait un travail qui nécessitait une réelle patience, par conséquent, il avait beaucoup de mérite à le faire. Enfin, selon la jeune fille. Car parvenir à accompagner les élèves jours après jours, leurs démontrer qu'ils sont des adultes en devenir et savoir les contrôler, était une profession dont elle était certaine ne pas arriver à réaliser. Il fallait beaucoup de qualités pour y parvenir, Cooper en disposait de beaucoup. Il suffisait de prendre cet instant présent pour s'en rendre compte. Il était présent pour elle et s'attachait à vouloir rester à ses côtés pour ainsi parler. Elle avait l'impression d'être considérée comme son égal et pas comme un adulte parlait à une adolescente. Peut être parce qu'il la respectait ? Ou peut être parce qu'elle n'avait pas le comportement typique des adolescents ? Ce qu'elle avait vécu l'avait fait grandir et jamais elle ne pourrait se comporter de manière ingrate avec quiconque.

Curieuse, la jeune fille dévia son regard pour le poser sur Cooper alors qu'il lui expliquait que certaines choses ne changeaient pas et qu'il pouvait se voir à travers quelques élèves. Evengeline s'imagina alors quel genre d'élève il aurait pu être. Probablement, celui dont toutes les filles auraient couru derrière. Charmant comme il était, même elle en serait tombée amoureuse sans jamais oser lui dire. Ou alors, il aurait peut être était du genre à Mael. Oui, elle l'imaginait très bien, aussi gentil que son meilleur ami, toujours prêt à être là dés que l'on en ressentait le besoin et prêt également à faire rire pour qu'on se sente mieux. Quelqu'un de confiance et avec qui on aurait pu passer énormément de temps. Ce qui se retrouvait encore aujourd'hui quelque part. Puisque plus le temps passait et plus Evengeline souhaitait rester avec lui, dans ce qu'ils avaient pu créer. Un environnement sein et plaisant, dans lequel elle avait confiance. Assise à ses côtés, elle s'aperçut qu'il souriait, ce qui lui fit chaud au cœur. Si elle avait pu, elle lui aurait pris sa main à ce moment là, juste pour qu'il sente qu'elle le comprenait et qu'elle était là. Malheureusement, cela n'était pas permis et ne se faisait pas.
    - Et quel genre d'élève étiez vous Monsieur Graham ? Ne me dîtes pas qu'il s'agissait de hum voyons voir... Oh oui je sais le serpentard terrible, revendiquant le pouvoir au sang pur et n'ayant foi que pour lui même.
Bien entendu, elle s'amusait et plaisantait de manière à ce qu'ils puissent se sentir tous les deux à l'aise. Un rire émana de ses lèvres, alors qu'elle regardait encore devant elle pendant quelques instants. Toujours souriante, elle regarda en direction de Cooper et essaya de distinguer les traits de son visage. Peut être était-ce mal ce qu'elle faisait ? A force, il pourrait penser qu'elle le dévisageait, mais le regard qu'elle lui donnait était doux et tendre, tout ce qui la représentait elle. Elle ne s'attendait pas à ce qu'il lui pose une question sur sa plume. Et cette surprise lui fit perdre son sourire l'espace d'un instant, alors que son regard était en train de se river vers le sol. Répondre n'était pas un problème, surtout pas à lui.
    - Ma mère me l'a offert. Quand ils ont su que j'étais acceptée ici, mes parents étaient tellement fous de joie qu'ils ont voulu le meilleur pour moi. C'est un souvenir auquel je m'accroche. J'ai l'impression de n'avoir que ça d'eux. Les souvenirs qu'on a partagé.
Un instant dans ses pensées, Evengeline essayait de se rappeler cette journée au chemin de traverse. La manière dont ils s'étaient accordés tous les trois le plaisir de partager les moindres instants. La jeune fille parlait très peu de son passé et surtout de ses parents. C'était une chose dont elle n'osait pas aborder, de peur de ne pas se contrôler et de pleurer encore et encore. Beaucoup disaient que c'était normal, cependant pleurer n'était pas une solution pour apaiser son chagrin. Il n'y en avait aucune malheureusement. Jouant avec ses mains en tapotant le sol, la jeune fille continua pour en confiant pour la première fois à quelqu'un.
    - Un mangemort les a assassiné il y a deux ans. La jeune fille se pinça les lèvres pour retenir ses lèvres et se mit à souffler légèrement pour estomper son chagrin.- Je suis désolée, vous deviez probablement vous attendre à une histoire plus joyeuse que ça.
Pourquoi s'excuser ? Elle n'en savait strictement rien, mais c'était un automatisme qu'elle avait acquis avec le temps. Elle se dépêcha de passer ses mains sur ses joues, chassant ainsi une ou deux larmes qui s'y promenaient, après quoi, elle regarda à nouveau en direction de Cooper et se remit à lui sourire timidement. Elle n'avait pas à se faire plaindre, elle ne voulait que cela arrive. Elle souhaitait juste qu'ils puissent discuter tous les deux, comme le font des amis.
    - Peeves trouve toujours l'endroit où ça fait mal.
Elle se mit à rire légèrement, d'un rire jaune.
RedSky
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ҩ Il suffit parfois d'une simple rencontre [Feat : Cooper]

Revenir en haut Aller en bas

Ҩ Il suffit parfois d'une simple rencontre [Feat : Cooper]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Il suffit parfois d'une chanson [ feat. Natsuki ]
» Il suffit parfois de quelques instants... [Privé]
» La vérité est parfois dure à accepter. Feat Nuage de l'Escargot.
» La vie nous réserve parfois des surprises — feat douty.
» Parfois il suffit d'une seul personne pour changer ta vie : Kaley A.Wilson (je pense avoir finit)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destination Poudlard :: Poudlard :: Tours :: Tour d'Astronomie-