Partagez|

Le coeur a ses raisons que l'homme ignore {Pv: Aurore}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Abraxas G. Grindelwald

Elève de 7ème année - Serpentard

Humeur : Joueur


MessageSujet: Le coeur a ses raisons que l'homme ignore {Pv: Aurore} Mar 8 Mai - 12:04

« Le courage n'est rien sans la réflexion. »
J'avais deux matières que j'adorai : la Défense Contre les Forces du Mal et l'Histoire de la Magie. Pourquoi ces deux matières en particulier ? Elles me permettaient d'aggrandir ma puissance de jour en jour mais pas seulement ma puissance, mais aussi mon savoir. J'étais toujours partit de l'idée que la puissance n'était rien sans le savoir. L'histoire de notre monde m'avait appris beaucoup de choses sur les grands mages ainsi que leurs erreurs. Je rêvai de faire partit de l'histoire et pour cela, il fallait me faire connaitre. Et la seule chose que j'avais trouvé, c'était de devenir un grand mage noir. Je trainais souvent à la bibliothèque pour me documenter et aussi j'étais très attentif durant les cours d'histoire de la magie. Je savais, au fond de moi-même, que je pouvais réaliser mon rêve.

Il devait être environ quinze heures lorsque je pris mon petit carnet noir, situé dans le tiroir de ma table de nuit. Je me trouvai encore dans la salle commune des Serpenatrd, en train de penser, de révacer même. On pouvait dire que j'étais dans une réflexion profonde. Mais j'en avais marre de me trouver enfermer dans ce château. J'avais besoin d'air pour pouvoir avoir de nouvelles idées, innover mes plans, les perfectionner. Je me levai de mon lit, avec mon carnet à la main et me dirigeai vers le hall. Sur le chemin, je croisai des élèves de serpentards. Certains rigolaient tandis que d'autres faisaient une de ses têtes comme s'ils venaient de connaitre un échec. Pitoyable, le seul mot auquel je pensais lorsque je voyais tout ces petits serpentards. La "nouvelle génération" devenait de plus en plus molle, sans ambition future. Enfin bon, ce n'était pas mon avenir en jeu mais le leur après tout. Je devais déjà m'occuper de moi avant de penser aux autres.
Arrivant dans le hall, je pris la direction de la grande porte qui donnait vers le Parc. Je voulais me rendre dans un endroit très très peu fréquenté : l'îlot qui se situait au centre du lac. Sur le chemin du lac, je pus apercevoir certaines espèces d'oiseaux qui s'envolaient de la forêt interdite. Sûrement à cause d'un bruit. Je pouvais entendre le bruit de mes pas se frottaient aux petits cailloux qui constituaient le chemin. Puis plus de bruit, je marchai dans l'herbe, le vent se levait mais il n'était pas fort. J'arrivai enfin vers la rive du lac, où je pouvais voir également trois petites barques qui servaient à aller sur l'îlot. Je montai dans l'une et pris les rames. Je commençais à ramer vers le terre émergée. Le trajet se dura que quelques minutes. A mon arrivée, je sortis de la barque et me posai dans l'herbe, au sol. La tombe de Dumbledore se trouvait encore là ce qui ne me surprenait guère. Enfin je n'y faisais pas trop attention car je savais que je n'étais pas le seul élève à venir ici pour me détendre. J'en avais vu d'autres y faire. J'ouvris alors mon petit carnet et pris également une plume pour pouvoir noter les idées que j'allai trouver.
Puis un petit bruit attira mon attention. Je croyais que cela venait de la forêt interdite et mon regard se porta vers les arbres. Je ne pensais pas que c'était une personne qui allait me rejoindre sur l'îlot. Ce fut pour cela que je me replongeai, après avoir inspecté les arbres, dans mes pensées. Mais là ce ne fut pas un bruit qui attira mon attention mais plutôt une ombre. Je relevai ma tête et vit une gryffondore. Pas n'importe laquelle vu que je la connaissais : Aurore. Une fille qui m'en avait fait voir. Un peu enfantin cette fille mais sa beauté faisait d'être une fille que j'appréciais. Non je ne l'aimais pas, enfin je ne pensais pas. On ne pouvait contrôler les sentiments envers une personne, c'était ce que me disait ma mère à chaque fois que je lui disais que je n'aimerai personne. Bien que je l'appréciais, mon comportement était le même que je faisais subir aux autres élèves.


- Aurore ! Quel bon ou mauvais vent t'amène ici ? Tu n'es pas là par hasard.

Je ne croyais pas au hasard. Pour moi, la vie n'était d'une succession de choses que l'on faisait et qui entrainait des conséquences.





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Aurore B. Levington

Elève de 7ème année - Gryffondor

Humeur : Folle


MessageSujet: Re: Le coeur a ses raisons que l'homme ignore {Pv: Aurore} Mar 8 Mai - 17:34



« Le coeur a ses raisons que l'homme ignore »


Wow !! Quelle belle matinée au château de Poudlard aujourd'hui !! Il faut dire que pour Aurore, elles l'étaient pratiquement toutes. La jeune lionne avait appris à voir le bon côté de chaque chose, et elle s'y tenait. M'enfin, sauf pour le cours de Potions... Mais bon, ne parlons pas de ce léger détail insignifiant mais plutôt de cette magnifique journée qui s'annonçait. Non seulement la demoiselle n'avait pas ce cours tant détestée à son horaire aujourd'hui, mais de plus, il faisait si beau qu'elle pourrait aller se balader de l'autre côté du lac une fois les cours terminés. C'est donc le coeur léger et joyeux que la demoiselle descendie à l'étage inférieure de son dortoir afin d'aller prendre son petit déjeuné. S'ensuivit les cours d'Histoire de la Magie, de Soin aux Créatures Magiques (choupi) et de Métamorphose. Puis finalement, la fin des cours arriva, laissant tout les étudiants libres de leurs mouvements.

Alors que certaines autres personnes étaient occupées à discuter dans la salle commune des Gryffondor, Aurore se dirigea rapidement vers son dortoir, retirant sa robe de sorcier afin d'enfiler un pull rouge vif et un vieux jeans. Elle mit ses Converses, puis quitta l'antre des rouges tout aussi rapidement qu'elle y était arrivée. Dans les couloirs, les élèves se bousculaient, ayant tous trop hâte de rejoindre la douce liberté qui les entourait jusqu'au lendemain. La lionne croisa d'ailleurs quelques personnes de sa connaissance dont certains Serpentard qu'elle n'appréciait pas du tout. Il fallait dire que les plus jeunes étaient beaucoup plus encombrants qu'embêtant. En bref, à cause de ces nouvelles petites vipères, miss Levington eue du mal à regagner la sortie, mais elle y parvint tout de même. (Bah oui, il faut bousculer parfois, à certaines occasions... )

Une fois à l'extérieure, l'air frais lui fit immédiatement du bien. Prenant une grande respiration, elle regarda attentivement les alentours, Certains autres élèves, plus calmes eux, étaient sagement installés sous les arbres du parc, discutant de tout et de rien. Aurore eue bien envie d'aller les rejoindre, mais l'appel du lac était beaucoup trop fort. Elle marcha alors d'un pas plus rapide afin d'arriver à destination le plus rapidement possible. Une fois sur place, elle ne pue s'empêcher de constater que l'une des trois barques avait disparue, signe qu'elle ne devait pas être la seule à avoir décidée d'aller sur l'îlo. C'était sans importance. Plus on est de fous et plus on rit et ce ne serait certainement pas un peu de compagnie qui lui ferait du mal. Assez maladroitement, comme à son habitude, la jeune femme monta dans l'une des barques, commençant à ramer jusqu'à l'autre côté. Ici, tout était plus paisible, et la demoiselle avait beau être une véritable folle en liberté, elle avait parfois besoin de calme. Bref, elle ne tarda pas à atteindre l'autre rive, sautant hors de sa barque. Comme prévu, la place était calme, comme d'habitude, de quoi mourir d'ennuie pour certains, et de quoi se ressourcer pour les autres. N'ayant pas pensée à s'apporter des travaux à faire pour le lendemain, la jeune gryffondor entreprit de cueillir des fleurs. Avec un peu de chance, elle croiserait sa soeur le soir venue et pourrait les lui donner. Maya avait toujours eue un faible pour cet endroit mais avait beaucoup trop peur pour s'y rendre seule. Ainsi au moins, Aurore pourrait lui rapporter un petit souvenir de l'endroit.

Ce n'est qu'après un petit moment que la jeune femme crue voir une silhouette connue au loin : Abarxas. M'enfin, elle ne pouvait pas vraiment dire qu'elle considérait ce jeune homme comme un ami, comment aurait-elle pue le faire en parlant d'un Serpentard. Néanmoins, elle ne pouvait s'empêcher de le trouver différent des autres verts, sans trop savoir pourquoi. Bref, elle se doutait bien, à le voir écrire, qu'il ne voulait probablement pas être dérangée, et c'était exactement ce qu'elle avait envie de faire. S'approchant d'un pas discret mais tout de même rapide, elle ne tarda pas à arriver derrière lui. Elle se doutait qu'il avait également remarqué sa présence, et il ne fit que confirmer ses dires lorsqu'il se retourna vers elle, lui demandant ce qu'elle faisait là. Cette question qu'il avait lancé d'un air impassible ne pue que faire sourire la rouge d'un air amusé. Il semblait croire qu'elle n'était pas là par hasard.

« Tu ne crois tout de même pas que je suis là pour toi. Ce serait ridicule étant donné que je n'avais aucun moyen de savoir que tu étais là. »

Esquissant un nouveau sourire amusé, elle vint s'asseoir à ses côtés, commençant à relier les fleurs qu'elle avait cueillit en une petite couronne.

« Mais je pourrais te retourner la question. Toi, qu'est-ce que tu fabrique ici ?? Les bruits de Poudlard ne te convenaient plus non plus ?? C'est vrai qu'aujourd'hui, c'était la cacophonie. Les première année étaient complètement déchaînés dans les couloirs de l'école lorsque je suis sortie. J'étais certaine que je n'atteindrais jamais la porte pour me glisser à l'extérieure. »

Mais pourquoi est-ce qu'elle lui racontait tout ça ?? Il devait s'en ficher carrément de ce qu'elle racontait. Reprenant un air plus sérieux, la brunette reporta son attention sur sa couronne de fleurs.

« Désolé, je parle trop parfois. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Abraxas G. Grindelwald

Elève de 7ème année - Serpentard

Humeur : Joueur


MessageSujet: Re: Le coeur a ses raisons que l'homme ignore {Pv: Aurore} Mer 16 Mai - 17:51

Plonger dans mes pensées, en train de réfléchir à mes futurs plans, je fus dérangé ou plutôt rejoint par une de mes connaissances : Aurore. Une gryffondore avec qui j’aimais bien passer des moments. Cela me permettait parfois de me détendre. Et oui même les grands stratèges devaient se détendre car sinon, c’était en cas de fatigue que les erreurs survenaient le plus. Je fermai mon petit carnet et le mis dans ma poche de mon pantalon. Je ne voulais pas qu’Aurore regarde dedans. C’était confidentiel, cela ne regardait que moi, et moi seul. Je me demandai bien ce qu’elle faisait là. Car ce n’était pas le hasard. Mais bien évidemment, elle me dit le contraire en appuyant ses paroles sur le fait qu’elle venait d’arriver dans ce coin du parc.

« Tu sais Aurore, je n’ai aucune preuve montrant ce que tu viens de dire. Tu peux bien m’avoir vu de loin et dire le contraire devant. Et ouai…. »

J’aimais jouer avec les mots. Et puis je trouvai cela un peu vexant de dire qu’elle ne venait pas pour moi. J’étais assez gentil avec elle et voilà le remerciement. Mais cela ne constituait qu’un tout petit détail. On allait dire que c’était sa façon de me dire bonjour. Drôle de façon mais chacun avait la sienne aussi. Enfin bref, je ne préférai pas ajouter un mot et continuer à l’écouter. Elle me retourna la question. C’était incroyable. Je remarquai une chose : à chaque fois qu’on demandait à une personne ce qu’elle faisait dans ce coin, elle nous retournait toujours cette question. Pourquoi ? Ne pouvaient-ils, les gens, se contenter de répondre simplement à la question ? Il fallait croire que non. En plus j’étais une personne qui détestait se justifier et de devoir répondre à des questions. Les interrogations, c’était lui qui les posaient et seulement lui mais cette règle, je ne l’appliquais guère. J’aimais dans un sens donner un élément de répondre à mon interlocuteur, mais avec un peu de philosophie parfois, pour que celui-ci cherche un peu. Je voulais m’amuser quoi.

« Ce que je fais là ? Et bien tu vois, je suis là pour être seul et me détendre. Une chose que seul les personnes comme moi peuvent se permettre vu qu’on travaille beaucoup » fis-je avec un léger sourire en coin. »

On pouvait percevoir ma dernière phrase comme de la provocation mais je connaissais assez bien le caractère d’Aurore et je savais qu’elle n’allait pas s’énerver. Il en fallait plus pour l’énerver et ce que j’appréciais chez elle, c’était sa joie de vivre et son calme aussi. Pour Moi une personne calme était une personne intelligente.
Elle se lança, par la suite, dans un monologue sur un groupe de première année qui faisait la cacophonie. Cela ne m’étonnait guère dans un sens. Ces petits morveux voulaient toujours attirer l’attention sur eux. Je ne trouvais rien de jouissant dans le fait d’attirer toute l’attention sur soi. Ceci ne constituait que mon humble avis après tout. Je ne lui fis qu’un simple sourire sur ce qu’elle avait vu. Je ne préférais rien dire par pour ma part il n’y avait rien à ajouter sur ces paroles. Par contre lorsqu’Aurore me dit qu’elle parlait trouver, je levai un sourcil suivit d’un petit rictus. Non je ne me fouettais pas de sa figure car je n’oserai pas mais je fus assez surpris par le fait qu’une gryffondore venait d’avouer une de ses faiblesse à un serpentard. Enfin faiblesse, c’était vite dit après tout.


« Parler trop n’est pas qu’un défaut Aurore. J’aime quand tu parles vois-tu ? Au moins, je ne m’ennuie pas dans une conversation. Et puis je suis sûr que tu as des choses intéressantes à dire »

Un serpentard et un serdaigle pouvaient croire à de la ruse, un poufsouffle et un gryffondor pouvaient croire à une de mes mauvaises plaisanterie. Dans un sens, j’utilisais de la ruse en disant qu’elle avait des choses intéressantes à me dire car je pourrais lui soutirer des informations mais non je n’avais pas envie de le faire avec elle. Pourquoi ? La réponse était simple : cette fille-là commençait de plus en plus à m’intéresser physiquement et psychologiquement. Je me relevais et me mis à la hauteur de la jeune gryffondore. Je montrai encore un petit sourire en coin, une habitude chez moi.

« Deux personnes : un serpentard et une gryffondore sur un îlot. Tu n’as pas peur de moi Aurore ? Pourtant tout le monde sait qu’il ne faut jamais se retrouver seul avec moi. Alors ? »

Question qui me trottait dans la tête. Je ne comprenais pas pourquoi elle ne montrait aucun signe de peur. Pourtant j’avais une réputation, comme la plupart des serpentard, à faire peur. Résister à Abraxas Grindelwald n’était pas une chose à faire. On devait le craindre ! Je voulais devenir un grand mage noir et pour cela je devais me faire craindre mais il fallait croire que c’était mal partit. Et bien j’allai changer de tactique alors. Je m’approchais d’Aurore et posai ma main sur sa joue. Mais qu’avais-je fait à cet instant ? Ma réaction, je ne l’avais pas du tout prévu comme ça. Mon cœur commençait à s’accélérer sans comprendre ce qu’il venait d’arriver. Mon but était de la troubler et non me faire douter. En plus de ça, je ne devais pas montrer ma soudaine surprise sur mes émotions envers Aurore à la jeune gryffondore. Je retirais ma main avec lenteur tout en faisant un petit sourire. J’espérais que mon stratagème allait marcher car sinon, j’allai me trouver dans une position d’infériorité et ça, je ne pouvais l’envisager. Je regardai Aurore droit dans les yeux, et vit une autre expression sur son visage.

« T’aurais-je troublé Aurore ? »

Je voulais quand même savoir si j’avais réussi à la troubler, ou plutôt à la mettre mal à l’aise. Ce n’était point de la méchanceté de ma part mais j’aimais jouer avec les autres. Je mis mes mains dans mes poches de pantalon pour la jouer décontracté.





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Aurore B. Levington

Elève de 7ème année - Gryffondor

Humeur : Folle


MessageSujet: Re: Le coeur a ses raisons que l'homme ignore {Pv: Aurore} Sam 28 Juil - 3:33

[DÉSOLÉ DU RETARD !! Embarassed]

Fuire les gamins de première année, voilà quelle était la raison de sa venue ici. Mais elle ne voyait en aucun cas pourquoi elle devrait faire un compte rendu de sa vie à une Serpentard, peu importe si elle s'entendait bien avec lui ou non. (Je t'en pose des questions moi !? ) Peu importe, la jeune Gryffondor s'était contentée de lui retourner la question comme l'aurait fait n'importe quelle autre jeune lionne qui n'aurait pas souhaiter faire le récit de sa journée. Elle se doutait par contre qu'Abraxas resterait également assez vague sur les intentions de sa venue ici. D'aussi loin qu'elle se souvenait, elle ne l'avait jamais connue autrement et elle savait que ce n'était pas prêt de changer. Et comme Aurore se l'attendait, il lui dit simplement qu'il était là pour se détendre, chose que la demoiselle ne croyait pas du tout. Elle avait beau être extrêmement naïve, elle n'était pas idiote pour autant n'est-ce pas ??. Elle avait même réussie à percevoir sa légère pique qui la fit esquisser un léger sourire en coin.

« Je crois que ''les personnes comme toi'' se permettent beaucoup de choses de toute façon... » dit-elle en souriant de nouveau.

Bah quoi ?? C'est vrai que les Serpentards avaient l'impression de pouvoir s'en permettre, ce qui était totalement faux. En quoi étaient-ils supérieurs en fin de compte ?? Aurore avait toujours eu ce léger malaise avec chacun d'entre eux. Chacun mis à part à Abraxas. Pourquoi ?? Ça, elle n'en avait jamais eu la moindre idée. Tout ce qu'elle savait, c'était qu'étrangement, sa compagnie lui était plutôt agréable. Aussi, c'était la raison pour laquelle elle ne pouvait s'empêcher de vouloir l'embêter un peu. Ne disait-on pas qu'on taquine ceux qu'on aime ?? Ouais, c'est ça, elle l'aimait bien. Ou plus que bien ?? Peu importe !! Mieux valait ne pas songer à tout ça maintenant. À la place, elle lui avait longuement élaborée la raison de son départ du château, raison étant la venu de ces pestes d'élèves de première année de Serpentard. Elle parlait, parlait, parlait, parlait... jusqu'à ce qu'elle se rende compte que c'était peut-être trop. Un peu mal à l'aise, elle s'excusa de sa trop longue tirade avant de reprendre le travail qu'elle faisait sur sa couronne de fleurs. Mais étrangement, le futur jeune mage noir ne l'insulta pas non plus, croire qu'il l'aimait bien !! Il lui dit au contraire qu'elle devait avoir des choses intéressante à dire. Ces quelques paroles firent sourire davantage Aurore. Certes, il pourrait tout aussi bien s'agir d'une ruse, elle le savait, mais étrangement, elle ne voyait pas vraiment le besoin de se méfier. Curieux...

« Et bien merci. » dit-elle avec un clin d'oeil.

Se reconcentrant sur la fabrication de sa couronne, elle porta très peu d'attention à la question que venait de lui soumettre Abraxas. De toute façon, il plaisantait, non ?? Pourquoi devrait-elle se méfier ?? Aussi sombre que soit ses ambitions, il n'était encore d'un élève qui apprenait tout comme elle le faisait. Il ne pouvait lui faire de mal, n'est-ce pas ?? Peu importe les quelques doutes qu'elle pouvait avoir, elle les camoufla bien derrière son sourire qui ne faisait que grandir depuis tout à l'heure.

« Et pourquoi devrais-je avoir peur de toi ?? Je n'ai jamais fait vraiment attention à ce que les autres racontent alors ce n'est certainement pas aujourd'hui que ça va commencer. » dit-elle sans relever la tête, souriant toujours.

Néanmoins, la jeune lionne retrouva rapidement son sérieux, relevant les yeux vers son charmant interlocuteur lorsque celui-ci posa sa main contre sa joue. Restant d'abord saisie, Aurore planta son regard azur vers le sien, ne pouvant s'empêcher de sentir ses joues s'empourprer afin de prendre la même couleur que sa maison. Mais qu'est-ce qui lui prenait ?? Une gamine n'aurait pas agit différemment. Cependant, elle sentit que la malaise avait été réciproque. À priori, Abraxas avait ressentit quelque chose également. Mais quoi ?? Elle ne releva pas sur le coup, lui rendant son léger sourire tout en reprenant son travail. Il lui demanda soudainement s'il l'avait troubké, la faisant de nouveau douter. S'éclaircissant ;la gorge, elle tenta cependant de le cacher, gardant toujours les yeux fixés sur son ''travail''.

« Pas du tout. »

Elle lui lança un nouveau sourire amusé, terminant finalement sa couronne de fleurs. Puis soudainement, elle reporta son attention sur son bon ami, voyant bien qu'il était plus décontracté qu'elle, les deux mains plantées dans les poches de son pantalon. Esquissant un légère moue, elle lui cala la couronne sur la tête avant de relever.

« Je pourrais par contre te retourner la question. Je t'ai troublée aussi ?? »

Elle vint doucement lui ébouriffer les cheveux après s'être mise sur ;a pointe des pieds afin de combler sa petite taille, éclatant d'un léger rire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Abraxas G. Grindelwald

Elève de 7ème année - Serpentard

Humeur : Joueur


MessageSujet: Re: Le coeur a ses raisons que l'homme ignore {Pv: Aurore} Lun 30 Juil - 10:29

« Je crois que ''les personnes comme toi'' se permettent beaucoup de choses de toute façon... » Cette phrase d'Aurore raisonnait dans ma tête. Les personnes comme moi ? Etais-je différent des autres ? Oui ça c'était certains mais à quel point ? Cela je n'en savais rien. J'avais goûté à la folie des grandeurs comme on disait. Oh cette folie, il fallait savoir la maitriser sinon elle pouvait nous être néfaste voire meurtri. On pouvait faire des choses qu'on allait regretter plus tard ou bien des choses qui ne nous ressemblaient pas. Mais moi, je savais ce que je faisais : cette folie était comme inscrite dans mes gènes. Mais elle n'avait pas tort.Je me permettais beaucoup de choses envers les gens. Par exemple, je savais que Caitlin aimait Wyatt et pourtant, cela ne me dérangeait pas de jouer à une jeu dangereux avec elle. Ou bien mon attitude avec certains professeurs. Enfin certains méritaient que je leur parle de la sorte. Je n'étais pas non plus un monstre. Je n'étais qu'un humain pour l'instant, pour l'instant...

« Faut bien s'amuser dans la vie ma chère ! Je me permet certaines choses mais si l'homme n'a pas une certaine odasse, la vie serait, comment dire, monotone. »

C'était vrai ce que je venais de dire. Si la vie ne connait pas d'interruption, d'imagination et d'odasse de la part de l'être humain, elle ne serait que mortifiée. Après ce petit moment que je qualifierai de philosophique, Aurore me raconta un peu la raison pour laquelle elle se trouvait ici et je venais de lui faire un compliment. Cela m'arrivait parfois de faire des compliments mais rarement car quand on complimentais les gens, c'était l'extase totale. Ils se croyaient supérieur à tout le monde. Je plaignais leur chevilles. Mais je savais qu'Aurore n'était pas de ce genre. Elle me remercia par un clin d'oeil. Clin d'oeil qui serait de la provocation ? Sûrement vu que la jeune gryffondor était connu pour aimer jouer. En parlant de jouer, je regardais ce qu'elle faisait : comme une enfant, elle fabriquait une couronne. Avec Aurore, il y avait une chose que j'aimais bien : c'était son côté enfant. Certes elle était grande mais on avait tous en nous ce côté enfant qu'on veut garder. Même si je le cachais je l'avais encore ce côté et puis parfois, je me remémorais des souvenirs que j'avais passé avec mes parents alors que je n'étais pas plus haute que dix pommes. Une question me trottait dans la tête et comme à chaque fois, je devais poser ma question. Pourquoi ne se méfiait-elle pas de moi ? On était tout seuls, sur un îlot et elle, elle jouait avec une couronne. Elle avait l'air étonné de ma question et me répondit qu'elle ne s'occupait pas de ce qui était raconté. Cela me rappelait une réplique que m'avait dit Mallaury lors de notre conversation dans la tour d'astronomie.

« Voyons, il n'est pas précaunisé d'être avec moi seul. Mais cela me...touche un peu que tu te méfies pas de moi. »

Je voulais me montrer correct avec Aurore. Pourquoi elle et pas une autre ? Bonne question mais j'avais déjà un élément de réponse. Avec elle, je me sentais comme un homme différent, comme une personne qui ne veut pas faire du mal, un bisounours (caricature hein). Sauf qu'une chose se produisit. Je posai ma main sur sa joue pour la mettre mal à l'aise et m'amuser gentiment avec elle. Mon coup avait réussit vu qu'elle avait rougit. Mais et oui il y avait un mais, je commençais à rougir aussi. Je ne savais pas ce qui se passait en moi. Serais-je en train de tomber amoureux d'une fille ? Moi Abraxas Gabriel Grindelwald, l'homme qui s'est juré à être célibataire ? Etrange et ce fut pour ce que j'enlevais directement ma main pour ne pas montrer le fait que j'étais un peu gêné également. Je lui demandai si je l'avais troublé et sa réponse fut négative mais elle me retourna ma propre qeuestion. Je préférais oublier mon rougissement.

« Bien sûr que non ! Personne ne peut me troubler ! Et surtout pas une gryffondor ! »

Pour être sûr qu'elle n'aille pas plus loin dans sa réflexion, j'avais été un peu froid, comme renfermé sous une carapace. Puis, sans m'y attendre, elle vint m'ébouriffer mes cheveux. J'eus un petit sourire à son geste... Je me dirigeai vers le bord de l'îlot et plongeai pendant un bref instant mon regard sur l'eau qui semblait être calme. Pas de vent en plus. Un calme parfait. Puis je me retournai vers la jeune gryffondor et fis :

« Très joli ta couronne Aurore. »

J'avais envie de la complimenter sur sa couronne. Cela pouvait paraitre bébé ce qu'elle faisait mais sa couronne était plutôt belle. Les choses les plus simples étaient parfois les meilleurs. Puis, car je n'aimais pas trop les silences, je lui posai la question suivante :

« Sinon à part faire de belles couronnes, tu es douée dans quels autres domaines ? »

La question était pour combler ma curiosité et puis vu qu'elle me faisait de l'effet, il ne fallait pas que je le nie, je devais donc m'informer sur elle et ne pas me contenter de bases. Moi pour ma part, j'aimais la musique et aussi lire certains livre historiques surtout en ce qui concerne la magie noire. Même si je pouvais avoir des sentiments envers Aurore, j'ai bien dit si je pouvais, cela n'allait pas me changer. Je resterais comme je suis avec les même ambitions que j'avais en tête ainsi que les mêmes activités que je pratiquais.





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Aurore B. Levington

Elève de 7ème année - Gryffondor

Humeur : Folle


MessageSujet: Re: Le coeur a ses raisons que l'homme ignore {Pv: Aurore} Ven 31 Aoû - 3:22

Il était vrai que sans aucune trace de folie dans le monde, celui-ci serait bien triste à vivre. D'ailleurs, Aurore ne pouvait elle-même pas vraiment dire être la personne la plus saine d'esprit en ces lieux. Certes, elle était bonne élève et veillait à avoir d'excellents résultats et un bon rendement scolaire, mais lorsque l'envie lui prenait, elle pouvait se mettre à agir comme une véritable déjantée, ce qui pouvait effrayer certaines personnes par moment. Cela dit, ce n'était rien en comparaison avec l'image que projetait Abraxas sur les autres. D'après beaucoup, il s'agissait d'un être dangereux, prêt à tout pour avoir le pouvoir absolu sur ceux qui l'entouraient. À les entendre, on aurait pu croire qu'il préparait la destruction de la terre. Mais bon, miss Levington n'avait jamais vraiment portée attention aux commérages qu'on pouvait faire au sujet des autres. À ses yeux, le jeune vert était un élève exactement comme les autres qui menait sa vie comme il l'entendait. Enfin, comme les autres, c'était vite dit. Il était assez difficile de nier cette sensation étrange qu'elle pouvait éprouver lorsqu'elle était en sa présence. Une sorte de joie intense qu'elle avait du mal à camoufler lorsqu'elle était en sa présence. Mais peu importe, elle se devait de se calmer un peu à ce sujet. Sortant de sa rêverie, elle finit par écouter ce que son compagnon avait à lui dire. Il disait vrai. Une vie monotone ne vaudrait pas la peine d'être vécue.

« Ouais, tu as sans doute raison. » souffla-t-elle d'un air rêveur.

À vrai dire, elle essayait de concentrer toute son attention sur cette couronne qu'elle était en train de tisser. De cette façon, elle n'aurait en aucun cas l'occasion d'être mal à l'aise de quoi que ce soit pas bête n'est-ce pas ??. Mais malheureusement, Abraxas en avait décidé autrement. Posant sa main contre sa joue, il lui demanda par la suite s'il l'avait troublé. Bien entendue, la jeune Gryffondor ne réussie pas réellement à cacher son trouble, sentant lentement ses joues prendre la même teinte que son pull, d'un rouge éclatant. Mais comme il se doit, elle nia tout. De toute façon, elle avait crue remarquer que le visage de son ami avait également prit la même teinte que son pull son pull à elle, cela va de soit, suivez un peu l'histoire !!, lui donnant l'occasion de le charrier à son tour. D'ailleurs, elle ne perdis pas l'occasion. Après lui avoir soigneusement plantée sa couronne sur la tête, elle lui avait retournée la question, venant par la suite lui ébouriffer les cheveux en éclatant de rire. Aurore ne s'attendait pas à un aveu de la part du vert non plus. Après tout, il avait la réputation d'être un véritable dure à cuir et un Don Juan qui collectionnait les conquêtes. L'idée qu'elle lui plaise réellement était très peu plausible, d'autant plus qu'il n'avait jamais rien tenté avec elle. Et comme prévu, il nia à son tour toute forme de rougissement de sa part, employant de son côté un ton assez froid qui, pour n'importe quelle autre fille, les auraient un peu refroidie. Mais pour Aurore, il en était tout autrement. D'ailleurs, elle avait crue voir un léger sourire pointer son nez sur le visage du beau blond au moment où elle lui avait ébouriffée les cheveux. Cependant, elle avait été légèrement offusquée en l'entendant parler de la sorte des Gryffondor, comme si il s'agissait d'une honte supplémentaire de faire partie de cette maison. Elle ne se souvenait en aucun cas d'avoir déjà dit du mal des Serpentard du moins pas en sa présence. Mais bon, elle choisit de ne pas relever, ne souhaitant pas se disputer pour une telle stupidité, d'autant plus qu'il n'avait jamais été dans les habitudes de la jeune rouge de se mettre en colère. À la place, elle laissa plutôt Abra la complimenter sur la confection de sa couronne, retrouvant aussitôt sa bonne humeur d'un peu plus tôt. Elle esquissa aussitôt un petit sourire enfantin.

« Merci beaucoup !! »

Continuant de sourire, elle approcha à son tour du bord du lac, y plongeant son regard tout en répondant à la nouvelle question de son compagnon.

« Disons que j'ai un réel faible pour les animaux et les créatures magiques. Donc si tout se passe comme je le prévois, j'enseignerai peut-être la matière un jour. En même temps, ça me permettrais de na jamais quitter Poudlard, ce qui me conviendrais tout à fait. Je me suis toujours sentie chez moi ici. »

Et voilà qu'elle recommençais à trop parler !! Bla bla bla, une vraie pipelette !! Mieux valait qu'elle se taise un peu et qu'elle passe à autre chose. L'air était agréable, ni trop chaud ni trop froid. Bref, le temps idéal pour piquer une tête. Soudainement, la jeune femme retira son pull ainsi que ses chaussures et son pantalon, sautant immédiatement à l'eau avant de remonter, se rapprochant du bord afin de continuer à discuter avec Abraxas.

« Et de ton côté, mis à part planifier un plan d'attaque afin de gouverner le monde de la magie, que fais-tu dans tes temps libres ?? »

Bien évidement, elle plaisantait, le léger sourire en quoi qu'elle abordait en étant la preuve. Elle savait parfaitement ce que pouvaient dire les autres à son sujet, et histoire de le charrier un peu, elle lui avait lancée cette légère pique, nageant quelque peu, elle lui dit soudainement :

« Tu devrais venir. L'eau est délicieuse. »

Et si il refusait, rien ne l'empêchait de le pousser à l'eau, non ?? choupi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le coeur a ses raisons que l'homme ignore {Pv: Aurore}

Revenir en haut Aller en bas

Le coeur a ses raisons que l'homme ignore {Pv: Aurore}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» MAËLLE ∆ car le coeur a ses raisons, que la raison ignore
» Léna - Le coeur a ses raisons que la raison ignore
» Archives partie 86 Express : Le coeur a ses raisons
» Jules || Le coeur a ses raisons que la raison ignore
» "Le cœur a ses raisons que la raison même ignore" - Avec Aaron S. Hill et Oka Rules [Event Eclipse]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destination Poudlard :: Poudlard :: Dehors :: Le Lac-