Partagez|

« Les femmes détestent les hommes trop prévisibles, elles adorent un certain coefficient de surprise. » {Pv : Caitlin & Wyatt}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Abraxas G. Grindelwald

Elève de 7ème année - Serpentard

Humeur : Joueur


MessageSujet: « Les femmes détestent les hommes trop prévisibles, elles adorent un certain coefficient de surprise. » {Pv : Caitlin & Wyatt} Jeu 17 Mai - 18:05

« Nous sommes notre plus grande surprise. »

L’horloge de Poudlard venait de sonner Midi et les élèves commençaient à se ruer vers la Grande Salle pour prendre le repas. Quand je les regardais s’y rendre, je voyais à la place un troupeau de bœufs. C’était ce qu’on appelait la nature humaine. Enfin moi, je marchai tranquillement et entrais dans la salle. Je m’installai à la table des Serpentard et commençait alors le repas. La cuisine de l’école était de bonne qualité, c’était bien la seule chose de potable. Durant le repas, je lus la gazette du sorcier qui parlait d’une nouvelle loi mise en place par la ministre de la magie. Encore une. Enfin bon, c’était une assez bonne ministre, je n’avais rien contre elle et elle savait ce qu’elle faisait. Pendant tout le repas, je lus ce journal. Après avoir fini le dessert, je me levai et me dirigeai en direction de la salle commune de Serpentard. Mes pas semblaient être rapide et pourtant je n’avançais pas vite, je n’étais pas pressé. Normal, je n’avais rien à faire en cette après-midi. Et je n’avais pas le cœur d’aller faire une promenade dans la forêt interdite non plus. Alors je dus faire ma seule et principale occupation : m’instruire et continuer à préparer certaines de mes idées. Je pris mon carnet de note dans le tiroir de la table à chevet et je l’ouvris à la dernière page écrite. Je m’étais arrêté sur mes observations concernant un point assez sombre sur l’histoire de mon arrière-grand-père. Puis je me rappelai que je devais aller voir le professeur d’histoire de la magie pour qu’elle m’éclaire un peu plus sur ce sujet. Mais avec toutes mes autres pensées, j’avais oublié. Comme j’avais devant moi l’après-midi de libre, je pouvais aller me rendre dans le bureau du professeur d’histoire de la magie et lui poser quelques questions. Je rangeai mon carnet et pris la direction du quatrième étage, là où se trouvait mon lieu de destination. Sur le chemin, je vis quelques élèves mais la plupart se trouvaient dehors, sûrement en train de se bronzer et de se détendre. Je montai les marches une par une et j’arrivai au quatrième étage. Alors que je m’apprêtais à frapper à la porte du professeur d’histoire de la magie, je vis une vieille connaissance : Caitlin Turner. Alors cette fille de Gryffondor allait toute me les faire. Moi qui lui avait montré ce qu’était Poudlard à son entrée dans l’école et depuis qu’elle sortait avec un autre gars de sa maison, et bien notre relation s’était dégradé. Mais j’avais décidé de faire du chantage sur elle. J’aimais avoir un certains pouvoir sur les gens. Enfin la première question qui me passa par la tête était : ‘mais qu’est-ce qu’elle fait là ?’ Pour avoir la réponse à ma question, il n’y avait qu’une solution : la suivre. Ma venue dans le bureau du professeur allait devoir attendre encore un peu. Ma poursuite de la jeune fille me conduisait au cinquième étage. Un étage que j’aimais pour le fait qu’il y avait la salle de bain des préfets. Une idée me survint : vu que je n’avais presque rien à faire cette après-midi, pourquoi ne pas s’amuser un peu avec la jeune fille ? Comme au bon vieux temps. Je m’avançai dans le même couloir que Caitlin et je sortis ma baguette.

« Caitlin Turner… »

Elle se retourna et fut assez surprise de me voir. Sa réaction était prévisible pour ma part. Je fis un sourire et me dirigeai vers elle, toujours mon sourire en coin.

« Quel plaisir de te revoir, surtout que tu n’es pas en compagnie de ton…homme… Je vais pouvoir te montrer qu’il ne faut pas trop jouer avec moi. »

Moi je pouvais jouer avec les autres mais cela en restait là et pas dans le sens inverse. Je pointai ma baguette sur Caitlin. Je ne comptais pas lui lancer un sort, enfin cela allait dépendre de sa réaction. Je m’avançai encore vers elle mais je m’arrêtai devant un portrait : celui qui donnait dans la salle de bain des préfets. Je donnai le mot de passe. Comment l’avais-je eu ? Il fallait savoir y faire avec les préfets et ne pas avoir froid aux yeux. On pouvait dire qu’en quelque sort, je lui avais piqué le mot de passe de cette salle de bain par la force. Mais bon seul lui et moi le savions donc. Malheureusement pour moi, j’avais dû dire ce mot de passe un peu trop fort et si quelqu’un nous espionner, et bien il l’aurait certainement entendu. Mais bon, personne ne savait que je me trouvai avec Caitlin en ce lieu.
Je lui fis signe d’entrer dans la salle de bain tout en pointant ma baguette sur elle. Les gryffondors étaient réputés pour leur courage ; je devais donc me méfier de la jeune fille. La première envie que j’eue en entrant dans cette salle de bain était de me prendre un bain chaud et décontractant. Les autres douches semblaient de trop mauvaises qualités pour moi. Je m’avançai vers un vestiaire que j’ouvris et enlever mes vêtements tout en gardant un œil sur Caitlin. Et oui, je me changeai devant elle, enfin je me déshabillais devant elle mais cela ne devrait pas la choquer vu qu’elle m’avait déjà vu tout nu. Après quelques secondes, je me trouvais en caleçon et me plongeai dans le bain chaud et avec une mousse qui me chatouillait le corps. Ah que ça faisait du bien. Je devrais venir ici plus souvent. Je regardai Caitlin qui n’en croyait pas ses yeux. Ma baguette se trouvait tout près de moi au cas où.


« Alors Caitlin, pourquoi ne viens-tu pas prendre un bain avec moi ? Un bain, ce n’est presque rien hein ? »

Je n’espérai pas que la jeune gryffondore reste sur le rebords du bain sans venir s’y baigner dedans. Et puis on était seul et elle n’avait rien à craindre. Je n’étais pas du genre violent, juste joueur.





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Caitlin A. Turner

Elève de 6ème année - Gryffondor

Humeur : Lunatique


MessageSujet: Re: « Les femmes détestent les hommes trop prévisibles, elles adorent un certain coefficient de surprise. » {Pv : Caitlin & Wyatt} Jeu 24 Mai - 21:02

La journée avait commencé sur des chapeaux de roues et cela ne faisait que commençait. La belle gryffondor s’en allait enfin déjeuner pour reprendre un peu de force. Heureusement, Caitlin n’avait plus que quelques heures de cours qui passeraient surement très vite. Et elle avait bien raison, à peine avait elle commencé son après-midi de cours qu’elle était de nouveau libre ! Elle avait bien entendu énormément, voir un peu trop, parlé avec ses deux acolytes de la vie quotidienne : Daemon et Julian. Le trio allèrent ensuite dans le parc pour discuter tranquillement au soleil.

Le reste de la journée continua dans une banalité des plus totales. Après dîner, Caitlin disparu soudainement au côté de ses amis. Elle se dirigea silencieusement au 5ème étage. Elle voulait simplement emprunter un passage secret pour pouvoir tranquillement rejoindre le grenier. C’était au grenier que la belle Gryffondor avait un rendez-vous. Attention ! Je vous arrête tout de suite ! Ce rendez-vous n’avait strictement rien de galant ! Elle allait voir Victor, un serpentard, un ami. Ils se cachaient car tous deux n’avaient pas envie d’avoir à se justifier de leur amitié face aux autres de leur maison. Bref, quoiqu’il en soit elle était tranquillement sur la route de son rencart qu’elle entendit son prénom. Elle se stoppa et se retourna lentement, reconnaissant direct chef la personne a laquelle appartenait cette douce voix. Elle n’eut pas le temps de saisir sa baguette que cette dernière se retrouver expressément dans la main du serpentard à cause d’un accio… Elle inspira et lui fit face avec un magnifique sourire qui sentait l’hypocrisie.


« Mon cher Abraxas » lança-t-elle d’un ton rempli d’ironie. Lorsqu’elle vit sa baguette la menaçant elle eut juste l’envie de lui sauter dessus quitte à se prendre un mauvais sort… Mais ce n’était surement pas le bon moment… Elle trouverait … Et lorsqu’elle aura de nouveau sa baguette et que qu’elle l’aura désarmé elle se vengerait… La vengeance faisait partie intégrante de son vocabulaire et Grindewald allait vite le comprendre. Il s’avança tout de suite d’elle, avec ce petit sourire charmeur. Sauf que le charme n’opérait plus, mais alors plus du tout. Elle s’agaça lorsqu’il lui fit la remarque sur la non présence de Wyatt… Elle détestait qu’on lui dise qu’ils étaient toujours collés serrés. CE qui était faux ! Complètement faux ! En même temps peu des garçons qu’elle apprécie ou appréciait aimaient son petit ami… Que c’était étrange…

« J’aurais vraiment aimé te répondre que ce plaisir est partagé, mais je n’aime pas mentir » ajouta-t-elle d’un air effronté. Elle avait une mauvaise habitude, celle de toujours répondre ironiquement à un agresseur… C’était complétement débile elle en était consciente, mais elle ne pouvait s’en empêcher. Le pire c’était qu’elle en avait souffert dans le passé… Enfin qu’importe c’était trop tard. Quoiqu’il en soit cela ne rebuta pas le garçon, bien au contraire. Il devait surement apprécié dans le fond qu’elle lui résiste… une sorte de challenge pour lui… Vous savez le truc du genre le lion qui court après sa proie et plus sa proie lui résiste plus la chasse lui plait… Avoir le réconfort après l’effort. Enfin qu’importe.

Ils s’avancèrent près d’un tableau et Abraxas dit alors une sorte de mot de passe… Il était devant le portrait qui permettait de se rendre dans la salle de bain des préfets. Elle se tourna vers lui, les sourcils levés et surprise. Comment avait-il eu ce mot de passe… Alors qu’elle avait la question sur le bord des lèvres, elle se dit que finalement elle ne voulait absolument pas savoir. Après tout il avait deux possibilités : soit il avait menacé, soit il s’était envoyé en l’air. Dans les deux cas elle ne voulait avoir aucun détail… Puis une deuxième question vient à son esprit… Pourquoi l’emmenait-il dans la salle de bain… Quelles étaient ses intentions ? Cela restait pour l’instant un mystère… Peut-être voulait-il juste que la belle Gryffondor trompe Wyatt, pour qu’elle se sente coupable à un point inimaginable… M’enfin il pouvait toujours rêver car Caitlin n’était pas du genre à se laisser faire et ses sentiments pour Wyatt étaient beaucoup plus fort qu’on pourrait le croire venant de sa part.

Elle avait croisé les bras, montrant une non réceptivité aux messages du Serpentard elle soupira agacée de voir l’expression « mener à la baguette » devenir une réalité un peu trop dure…


« ça va tu prends ton pied à me donner des ordres ? » lança-t-elle en entrant dans la nouvelle salle.
Elle observa avec ses yeux vairons la magnifique salle de bain. Cette salle était immense… C’était vraiment impressionnant. C’était la première fois qu’elle entrait dans cette pièce et il fallait bien l’avouer qu’elle en eut le souffle coupé. Toujours agacée elle se tourna vers lui et lui demanda :


« Bon tu peux me dire pourquoi tu me fais venir ici ? » demanda-t-elle comme si la beauté du lieu n’avait eu aucun effet sur elle. Toujours les bras croisés, elle l’observa avec attention. Quelle fut sa surprise lorsqu’elle le vit commencer à enlever sa chemise… Elle le regarda d’un air abasourdi.

« tu rigoles là j’espère ? » ajouta-t-elle. Il avait ouvert l’eau du bain et plongea dans l’eau, toujours la fixant de sa baguette.

Il fallait bien avouer qu’Abraxas était plutôt bien foutu… Enfin il est blond, mais bon. Elle le regarda sans laisser paraître décontenancé par la situation. Elle se rappela alors de ce qu’il s’était passé. Elle avait mis cela dans la catégorie « erreur ». Cela avait été une erreur, d’une nuit… Bon peut-être deux ou trois mais pas plus… C’était juste qu’elle se sentait seule au début d’année… Et qu’elle avait eut une relation un peu complexe juste avant… Alors le réconfort physique qu’allait lui apporter Abraxas l’avait tenté… Et lui aussi avait été tenté… Quoi qu’il en soit elle avait décidé de tout arrêter à partir du moment où elle avait rencontré Wyatt… Et qu’elle s’était fait de nouveaux amis. Bon ce n’était pas toujours la joie à 100%, mais elle n’était pas aussi désespérée pour retourner dans les bras d’Abraxas. Surtout qu’elle avait maintenant Wyatt qui savait lui donner de la tendresse, bien que ce n’était pas évident tous les jours, mais ça c’était une autre histoire. En effet, sortir avec un vampire avait pas mal d’inconvénient… Elle sortit de ses pensées lorsqu’Abraxas lui proposait de venir prendre un bain… Elle se demanda vraiment si ce n’était pas une blague au final… Mais vu l’air du serpentard cela avait l’air de tout sauf d’une blague… Elle haussa un sourcil d’un air suspect.

La Gryffondor hésitait entre plusieurs idées… Soit lui sauter dessus directement… Soit fuir lâchement… Soit le séduire pour récupérer sa baguette et se venger… La première avait peu de chance de réussir… LA deuxième n’était pas digne d’un Gryffondor et quant à la troisième… Elle semblait la plus plausible, mais Abraxas allait surement s’en doutait. Qu’importe, si elle se faisait assez tentante elle réussira peut-être.
Elle déboutonna le deux premiers boutons de son haut tout en s’avançant vers le jeune homme d’un air aguicheur. Il voulait joué et dans ce cas il allait jouer… Elle s’assit à côté du jeune homme et lui lança un sourire tout en commençant à jouer avec l’eau.


« Mais voyons Abraxas, je n’ai pas de maillot de bain tu sais… Mais en souvenir du bon vieux temps je peux faire un effort » dit-elle en approchant son visage du sien pour obstruer sa vue. Elle commença aussi à remonter doucement ses doigts sur son torse. Alors qu’elle n’était plus qu’à quelques centimètres de ses lèvres elle se jeta sur sa baguette qui se trouvait jusqu’à côté.

Malheureusement, tout ne se passa pas exactement comme prévu…. Alors qu’elle allait attraper sa baguette, Grindelwald s’en rendit compte et donna un coup dans les deux baguettes qui volèrent un peu plus loin pour heurter le mur. Alors que Cait essayait tant bien que mal à regagner sa baguette, Abraxas la rattrapa. Elle se débattit, après tout celui qui récupérerait le premier sa baguette serait celui qui aurait le dessus sur l’autre… Sauf que la belle gryffondor n’avait pas réellement pensé à quelques petits détails… Par exemple le fait qu’il était plus grand, plus fort…..

La situation s’inversa. Alors que c’était Caitlin qui avait pris un léger avantage, leur débat et non leur ébat se retrouva prise au piège sous le jeune homme. Elle sentit en effet le carrelage froid contre son dos. Il avait le dessus sur elle et un contrôle trop important à son goût. Il lui tenait fermement les poignées et semblait amusé… Seulement ce n’était réellement réciproque… Elle ferma un instant les yeux, se remémorant la situation assez désagréable… Enfin pas totalement… Elle sentait également le poids du corps du jeune homme, presque nu et trempé sur elle… C’était une sensation assez étrange… Elle devait bien l’avouer que la chaleur d’un corps lui manquait par moment… Certes elle aimait Wyatt… Mais ce dernier refusé d’être trop proche d’elle de peur de la bouffer…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Wyatt A McCawley

Elève de 7ème année - Gryffondor


MessageSujet: Re: « Les femmes détestent les hommes trop prévisibles, elles adorent un certain coefficient de surprise. » {Pv : Caitlin & Wyatt} Jeu 24 Mai - 21:57

La lune était levée. Haut dans le ciel en forme de croissante, je ne risquais pas de croiser Tristan sous sa forme de Loup-garou dans la forêt interdite. Je plaisante bien sûr mais la forêt était interdite pour bien des raisons. Il fallait pourtant que j'aille chasser. Une chasse à ma façon évidement. J'avais un régime particulier et ne dînait pas souvent dans la grande salle. J'y allais pour faire comme tout le monde et parfois mangeait la viande rouge mais ce n'était pas ce que je préférais. Ce que préférais c'était le sang évidement, pas d'humain contrairement à beaucoup d'autres vampires je devais être l'un des seuls qui buvait du sang animal. Je n'avais pas envie de devenir un tueur. Je ne voulais pas non plus être responsable de la transformation de quelqu'un. J'étais dans la forêt depuis quelques minutes et avait repérer ma proie. Il ne manquait pas de petits animaux dans la forêt. L'ennui était … les centaures. Ils n'avaient jamais étés amis avec les vampires du moins la plupart d'entre eux. Leurs flèches étaient en bois et ça ne faisais jamais du bien pour un vampire de se faire atteindre par une flèche en bois. Une petite correction de leur part qui était bien trop douloureuse. Après avoir promis que je ne viendrais plus chasser dans leur territoire, ils étaient partis et j'avais retirer la flèche mais un tout petit bout de bois était resté trop enfoncé dans ma chair pour que je puisse l'enlever seul. Il faudrait que j'aille voir Gillian. Il était au courant de ma condition et ce n'était pas la première fois que j'y allais. Je devrais aussi changer de chemise qui commençais à prendre rouge sang. Géniale. Je n'aimais pas beaucoup les centaures. Par chance les couloirs du château seraient vide et je commençais à marcher vers le château. Courir n'aurait fait qu'enfoncer un peu plus le bout de bois qui me gênait. Ce n'était pas franchement agréable et je marchais lentement vers le château. Les lumières de la grande salle étaient encore allumées et le hall lui était déjà dans l'obscurité. J'entrais dans la hall du château et me dirigeais vers l'infirmerie. Gillian était là comme à son habitude et il devait se douter de ce que je venais faire là car tout de suite il sorti une petite pince. J'hochais la tête. L'opération ne pris que quelques seconde et ne m'empêcha pas de grogner méchamment parce que c'était autant douloureux que quand elle entrait. Il me dit d'être plus prudent la prochaine fois et qu'il fallait que j'aille prendre un bain. Je le regardais d'un air de dire merci pour le compliment mais il me fit remarquer que j'avais du sang partout. Je constatais que en effet le sang ne se nettoyais pas tout seul malheureusement. Je lui répondis que c'était ce que j'allais faire et le remerciais de sa discrétion. C'est donc de ce pas que je me dirigeais vers la salle de bain des préfets. J'en connaissais le mot de passe. Je n'étais pas très fière de comment je l'avais obtenu, en écoutant une conversation entre Alexander et Autumn mais je le connaissais. Enfin les détails ne sont que détails. J'avais besoin d'un bon bain pour effacer toutes les traces de ma chasse qui avait mal tourné. Au final je n'avais rien chassé puisqu'on m'en avait empêcher. A la place de quoi j'avais failli me faire tuer. Enfin ça ce n'était pas nouveau des chasseurs de vampires il en existait et même s'ils étaient rares ils étaient quand même là. J'étais arrivé devant le tableau de la salle de bain des préfets que je connaissais bien pour avoir pu y bénéficier toute une année, enfin avant que je me fasse tuer et que je ne devienne un vampire, je vous encombre avec les détails n'est ce pas. Toujours est il que la porte souvrit et j'entais dans la pièce déjà éclairer …

Quand je vis la scène qui se jouait devant moi je mis quelques secondes avant de me dire que c'était réel et que je n'hallucinait pas. Caitlin & Grindelwald. C'était la dernière chose à laquelle je m'attendais. Caitlin et Grindelwald. Pendant un instant l'idée de me jeter sur Grindelwald fut intense et pourtant je n'en fis rien. L'envie ne manquait pas de me servir de lui pour dîner. Je fis preuve d'indulgence et fit connaître ma présence parce que visiblement ils ne m'avaient pas entendus entrer. Il faut dire que je savais être très discret quand je le voulais. Je me sentais entièrement trahi. Je ne saurais dire si je devais tout de suite émettre des conclusions où si je devais les laisser s'expliquer mais je n'avais pas franchement envie de débattre toute la nuit de plus qu'ils allaient sûrement, et surtout Caitlin me poser des question sur le fait que ma chemise soit recouverte de sang.Grindelwald se douterait de quelque chose et il n'était pas franchement un ami. Je préférer autant éviter les question embarrassante. Après un raclement de gorge qui annonçait ma présence «hum-hum» je décidais d'aller franc jeu avec eux et de leur accorder quand même une chance de s'expliquer. J'avais confiance en Caitlin mais en cet instant j'avais besoin de savoir si il y avait quelque chose entre eux. J'aimais Caitlin plus que n'importe qui d'autre au monde et la voir dans les bras d'un autre me faisait autant de mal des morceaux de bois dans le corps.

«La partie est finie. Vous avez cinq minutes pour m'expliquez ce qui se passe ici et toi Grindelwald enlève tes salles pattes de MA petite amie où je te jure que tu va sentir ta douleur.»

J'avais toujours su très bien menacé les gens. Généralement on me disait que je faisais presque peur quand j'étais en colère. Ce n'était rien à la colère que je ressentais et rien comparer à ce que je pourrais faire ce type s'il me disait qu'il essayait de se faire celle que j'aimais. Pardonnez mon langage mais vu la situation il n'y avait pas tellement d'autres mots. Je commençais à me demander si en avouant mon amour à Caitlin je ne lui avais pas un peu fait peur et ne la mettait pas face à la réalité. Certaines personnes avaient peur d'aimer parce qu'on finit souvent par souffrir en amour et je commençais à savoir ce que c'était que la souffrance. J'étais très sérieux quand au mal que je pourrais faire à ce serpentard, je n'avais jamais été aussi sérieux. Je n'avais pas besoin de le tuer pour le faire souffrir. Il ne lui restait que quelques minutes devant lui-devant eux- pour s'excuser, le temps est précieux. Tic-Tac. Tic-Tac.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://v-diaries.forumgratuit.org/
avatar

Abraxas G. Grindelwald

Elève de 7ème année - Serpentard

Humeur : Joueur


MessageSujet: Re: « Les femmes détestent les hommes trop prévisibles, elles adorent un certain coefficient de surprise. » {Pv : Caitlin & Wyatt} Lun 2 Juil - 10:23

Caitlin n'avait pas changé : toujours aussi franche. Pourtant elle aurait pu être heureuse de me voir, je n'étais pas un si mauvais garçon. Enfin bon, il fallait croire que mes pensées ne ressemblaient pas à celles de la jeune gryffondor. Mais cela n'avait rien de grave, vu qu'au final j'utilisai la plupart de mon entourage. Je voulais m'amuser avec Caitlin, un peu comme au temps où elle venait d'arriver en ces lieux mystiques. Et pour cela, le lieu idéal ne pouvait être que la salle de bain des préfets. Je dus faire rentrer la gryffondor à ma manière car je savais qu'elle n'allait pas y entrer comme ça. Je pointai ma baguette sur elle et nous entrâmes dans cette magnifique salle de bain. Comparé aux autres salles de bain, celle-ci semblait une pure merveille. Mais Caitlin n'avait pas l'air de voir sa beauté vu qu'elle se tenait droite comme un i en croisant les bras. Moi je me déshabillais pour aller prendre un bain. Que faire d'autre dans une salle de bain que de prendre un bain ? Lorsque je rentrai et que mon corps se mis en contact avec l'eau tiède, j'émis un petit soupire. Par contre, je commençais à être agacé par toutes les questions que me posait Caitlin. Pourquoi tant de questions ? Je lui proposai alors de venir avec moi dans le bain mais vu sa réaction, elle n'avait pas l'air décidée d'y venir. Et pourtant j'avais le dessus sur cette situation plutôt amusante à mon gout. Elle devrait se méfier Caitlin car si elle me connaissait bien, elle savait alors qu'il fallait m'obéir.

Mais elle changea son fusil d'épaule vu qu'elle se dirigea vers moi et accepta mon invitation dans le bain réservé aux préfets. Je savais qu'elle était intelligente et elle venait de prendre la meilleure décision. Il ne fallait pas se mesurer à moi car la plupart du temps on perdait. J'émis un sourire de satisfaction en la voyant venir vers moi mais quelque chose clochait : Caitlin refusait catégoriquement de venir dans le bain avec moi et soudain elle venait d'accepter. Avant que je puisse pousser mon raisonnement plus loin, je vis la jeune gryffondor se jetait sur les baguettes mais j'eus le temps de les pousser contre le mur.

« Tu ne devrais pas jouer à ce jeu Caitlin, je t'avais prévenu pourtant...»

Je me retournai et posai mes mains sur le rebord du bain. Caitlin se précipita vers les baguettes mais je fis un petit saut pour sortir du bain et l'attrapai.

« Tu ne comptais tout de même pas t’en sortir comme ça Cait ? Si ? Et bien dommage ! »

Elle venait d'abuser de ma gentillesse. J'avais bien fait de prendre mes précautions en la menaçant avec ma baguette pour l'a faire entrer ici. Elle se trouvait sur le sol et moi, j'étais sur elle. Elle essayait de se débattre mais j'avais vite pris le dessus. Pendant un bref instant, j'eus une étrange sensation : celle de lui déposer un baiser comme avant... Je ne pouvais le nier que Caitlin était belle et sa beauté me faisait parfois froid aux yeux. Mais je devais me maitriser et ne montrait aucun relâchement. Je lui tenais les poignets et pensait alors les lui lâcher pour pouvoir reprendre ma baguette. Sauf qu'une voix derrière m'interpelait : Wyatt. Il ne manquait plus que lui. Rah ! Ce qu'il pouvait m'agacer ce mec ! Toujours là au mauvais moment. Il demanda de lui fournir des explications. Je me relevai et Caitlin en fit de même. Je vis Caitlin se précipiter vers sa baguette et je fis de même. Mais elle put avoir sa propre baguette avant la mienne. Arghhh ! Fort heureusement pour moi, j'avais pu aussi la récupérer pendant qu'elle donnait des explications à Wyatt. Quel erreur de débutant ! J'en profitais alors pour la désarmer et lui volait sa baguette. Je tenais la baguette de la jeune gryffondor en main. J'avais mon idée en tête. Et lorsque les deux tourtereaux revinrent à la situation, il était trop tard. Je me mis à rire car franchement c'était joli l'amour mais cela conduisait à ne faire que des erreurs stupides. La preuve avec les deux gryffondor. Je pris la parole avec un air amusé.

« Deux contre un.... mais Caitlin est sans baguette ce qui fait un contre un mon cher Wyatt. En parlant de la baguette de Caitlin, je me demande ce que je vais bien pouvoir en faire. Peut-être la casser en deux comme ça tu devras en acheter une autre Caitychounette » fis-je en faisant un clin d'oeil à la belle gryffondor

C'était de la pure provocation envers Wyatt. La prochaine fois il restera à sa place ce mec. Fallait pas venir me courir sur le haricot. Je tenais dans ma main gauche la baguette de Caitlin et je le jetai dans le bain. Si elle la veut, elle devra alors prendre un petit bain. Je regardai la baguette coulait quand mon regard revint sur les deux personnes qui se trouvaient avec moi dans la salle de bain des préfets. Wyatt, auparavant avait demandé des explications et je devais lui en fourni. Toute question devait avoir une réponse.

« Wyatt, tu veux une explication, en voilà une ! Incendio ! »

Une boule de feu jaillit de ma baguette et allait droit vers Wyatt. Malheureusement pour moi, il put arrêter mon sort avec un charme de bouclier. Arghhhhh ! Il me pompait l'air de vautour de malheur ! Et bien on allait passer aux choses sérieuses et montrait à quel point j'avais une intelligence très développée.

« Bien joué ! Tu me surprendras toujours jeune gryffondor ! Mais cette fois-ci tu devras admettre ainsi que Cait que je suis plus fort que vous. Ce n'est pas le nombre qui compte mais plutôt ce qu'on a dans sa tête. Caitlin est sans baguette et donc plus vulnérable à mes attaques. Alors je te conseille, Wyatt, de baisser ta baguette ou bien je serai dans l'obligation de me défendre et Caitlin fera un petit voyage à l'infirmerie. Alors que choisis-tu ? »

Je venais de lui lancer un ultimatum. Je me demandai bien l'issue de ce combat....





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Caitlin A. Turner

Elève de 6ème année - Gryffondor

Humeur : Lunatique


MessageSujet: Re: « Les femmes détestent les hommes trop prévisibles, elles adorent un certain coefficient de surprise. » {Pv : Caitlin & Wyatt} Mer 4 Juil - 22:58

Amour, folie aimable ; ambition, sottise sérieuse.
Je me retrouvais à présent sous le corps d’Abraxas. Bien sure j’essayais de me débattre dans le but de lui échapper pour attraper ma baguette la première… Alors que je me croyais toujours très forte et que je revendiquais qu’un homme soit plus fort qu’une femme, je devais me rendre à l’évidence… Il était plus fort que moi et il avait le dessus sur toute la ligne. Je m’arrêtais quelques secondes pour reprendre mon souffle et ce fut à ce moment que le jeune homme me lança une de ces phrases. Je lui répondis avec toute l’effronterie dont j’étais capable, je ne mettais jamais laissé faire et ce ne sera pas aujourd’hui que cela commencera !

« A vrai dire oui je comptais m’en sortir comme ça et je n’ai pas dit mon dernière mot ! »
repris-je en recommençant à me débattre. Soudain, quelque d’étrange se passa. Nos regards se croisèrent et j’en eu le souffle coupé… Des images de notre dernière fois me virent à l’esprit… En soit j’appréciais Abraxas... Je savais qu’il avait un bon fond, tout du moins je l’espérait… Mais je lui en voulais d’être à Serpentard et d’avoir réagi ainsi quand je lui ai dis que j’étais à présent avec Wyatt… D’un côté il fallait bien avouer que j’avais joué mes garces… Mais je savais aussi que je n’étais pour lui qu’un amusement de plus… Ce que je ne supportais pas. Alors que je mettais arrêté quelques secondes marquées par les images qui mettaient revenues en mémoire, j’entendis une voix familière. Cependant, cette fois n’était pas comme d’habitude, elle était menaçante. Je fermai les yeux, espérant me tromper sur l’appartenance de cette voix, mais ce ne fut pas le cas lorsque j’entendu le « ma petite amie ».

Abraxas me lâcha enfin et ni une ni deux je me précipitais vers ma baguette… Je l’attrapai et la pointai sur le serpentard, le regard en colère. Il allait encore me faire avoir des problèmes !! Qui plus est avec l’homme que j’aimais ! Comme si notre histoire n’était pas assez compliquée. Je relâchais alors ma garde, pensant à Wyatt et à son besoin d’explication… Au moins il ne lui était pas sauté à la gorge !


« Wyatt ce n’est pas ce que tu crois ! Je vais tout t’expliquer ! »

Mais je n’eus pas le temps d’en rajouter plus que ma baguette me quitta les mains pour se retrouver dans celle de mon adversaire… Erreur de débutante… Erreur d’idiote… Je me souvenais à présent pourquoi je détestais tant être amoureuse… ça nous rendait débile et faible… Et qui plus ait ça pouvait aller jusqu’à nous faire souffrir… Que des choses réjouissantes en somme ! Je lançais ensuite un regard noir à Abraxas qui commença a rire de plus belle… Il se moquait éperdument de nous et cela avait le don de m’énerver au plus haut point. Je n’avais plus qu’une envie, lui sauter dessus et serrer mes mains autour de son cou jusqu’à ce qu’il suffoque. Je reculais pour me retrouver devant Wyatt lorsque la baguette d’Abraxas se pointait vers nous… Je cherchais un peu de réconfort prés de l’homme que j’aimais, mais surement m’en voulait-il toujours… Après tout la situation n’avait toujours pas été clarifiée… Vie de merde je vous jure ! Je laissais ma main pendre près de lui, dans l’espoir qu’il la saisisse, mais c’était surement peine perdu.

Le pire dans cette histoire c’était que Grindwald devait prendre son pied… Il adorait jouer avec les gens et leur sentiments c’étaient exactement ce qu’il était en train de faire avec Wyatt et moi… Il défiait éperdument mon petit ami, mais il ne savait pas à qui il avait réellement affaire… Soudain la peur s’éveilla en moi… Et si Wyatt perdait le contrôle et qu’il tuait Abraxas… ça serait tout simplement terrible… Sentant le danger venir je cherchai la main de mon bien aimé pour la saisir et la serrait très fort. Je n’étais pas du genre démonstrative, mais j’avais besoin de lui et je pensais que lui aussi… j’espérai juste qu’il ne retirerait pas sa main de la mienne.


« Ne m’appelle pas comme ça Abraxas ! » dis-je agacée par ce surnom ridicule, mais aussi et surtout pour la menace qu’il venait de faire… Ma baguette… j’y tenais énormément, elle faisait partie de moi à présent et si il me la détruisait je lui ferais payer plus cher qu’il ne pouvait l’imaginer. Son clin d’œil ne fit que m’énerver encore plus et mon envie de meurtre revient au galop… Jusqu’au presque vouloir que Wyatt devienne un vampire terrifiant.

« Non ! » criais-je lorsqu’il balança ma baguette dans l’eau. « Tu vas me le payer saleté ! » Ma voix était remplie de haine. Je ne pensais plus du tout aux bons souvenirs, maintenant je voyais le présent et Abraxas était devenu mon ennemi… Il ne fit même pas l’effort de me répondre, a croire que comme j’avais ma baguette je n’avais plus d’intérêt vu que je n’étais plus dangereuse… Je me maudissais encore pour ne pas avoir su garder ma concentration tout à l’heure. Il s’adressa alors directement à Wyatt et lança un incendio droit sur nous. Mon premier réflexe, réflexe humain ou moldu, fut de me protéger le visage. Oui c’était totalement débile, mais quand on a des réflexes naturels on y peut rien changer ou tout du moins c’est très dur. Heureusement, Wyatt, lui était plus réveillé que moi et nous sauva du sort grâce à un Protego. Je savaia une chose, qu’Abraxas ne supportait pas perdre ce qui était son plus grand défaut avec l’idée de se croire d’une intelligence supérieure.
Le jeune Serpentard posa alors un ultimatum à mon amoureux… Il comptait le manipuler avec les sentiments. C’était ridicule ! La colère grondait en moi et j’avais envie de plonger dans le bain pour récupérer ma baguette… Mais je savais que si je le faisais maintenant je me ferai prendre un magnifique sortilège dans la figure, ce que je préférais éviter.


« Si tu crois que tu nous fais peur tu te mets le doigt dans l’œil ! » dis-je pour montrer à Wyatt qu’il ne devait surtout pas céder à cette stupide situation. Et puis, j’étais assez grande pour me débrouiller j’en étais persuadée ! Enfin un peu moins persuadé que tout à l’heure mais tout de même…

code by biscotte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Wyatt A McCawley

Elève de 7ème année - Gryffondor


MessageSujet: Re: « Les femmes détestent les hommes trop prévisibles, elles adorent un certain coefficient de surprise. » {Pv : Caitlin & Wyatt} Jeu 5 Juil - 16:08



Je commençais amèrement à regretter de connaître le mot de passe de cette foutue salle de bain. Pourquoi tout était toujours compliqué avec moi. Qu'avais-je donc bien pu faire pour que le sort s'acharne tant? Je commençais sérieusement à croire que j'étais maudit. Caitlin essayait d'échapper à se serpentard. Le faisait-elle volontairement où juste parce que j'étais arrivé à ce moment là? Je n'arrivais plus à y voir clair dans tout ça. Pourquoi m'aurait elle dit m'aimer si c'était pour se retrouver bras dessus, bras dessous avec Grindlwald? Ce n'était peut être qu'un malentendu. Je prenais souvent des conclusions trop hâtive , mais comment auriez vous réagis à ma place? Je leur laissais le temps de me donner des explications. J'étais encore gentil de ne pas avoir sauter tout de suite sur se gars et de ne pas lui avoir tout de suite arraché la gorge. Il avait intêret à avoir de bons arguments au je risquais vraiment de lui faire du mal. Il avait dans sa main la baguette de mon amour. Il n'était pas à serpentard pour rien. Vil et cruel. Caitlin était venu vers moi et c'était sans doute assez fou de sa part sachant qu'elle savait que j'étais sur le point de m'énerver contre son «ami » . Je détestais sa façon de parler. Il restais calme et bien trop impétueux à mon goût pour que je le laisse s'en sortir si facilement. Mes doigts se serrèrent tant la colère montait en moi et je sentais que je n'allais pas tarder à me transformer en vampire.

«Tu va lui rendre immédiatement sa baguette où c'est toi que je détruirais. »

Caitlin essayait de me calmer . Je sentis sa main dans la mienne et même si cela m'apaisa quelque seconde, Grindlwald réussit à me mettre hors de moi en lançant son incendio. Il ne voulait pas discuter. Très bien il allait goûter à la colère d'un vampire. J'avais vu arriver le sort et sortit ma baguette d'un geste vif et rapide. Trop rapide pour un humain normal. Je contrais son sort. J'aurais pu de suite lui sauter au coup mais il avait encore quelque chose à dire et je l'écoutais. Je finis par rire à sa dernière phrase. Il croyait vraiment être le plus fort de nous deux. Il ignorait encore que j'étais le prédateur le plus dangereux qu'il soit. En une seconde j'étais transformer et j'étais face à lui le tenant par le col contre le mur de la pièce. J'avais été rapide et il ne pourrait ni me lancer un sort puisque sa baguette était tombé par terre ni s'échapper parce que j'étais plus fort que lui. Je le tenais fermement et j'espérais qu'il ai assez peur pour arrêter son cinéma. Mon visage était sous sa forme vampirique et j'étais sûr qu'il voyait parfaitement mes canines pointue. Je finis par lui dire tout en continuant de le tenir.

«Tu ne t'y attendait pas à celle là. N'est ce pas. Alors maintenant qui est le plus fort de nous deux. Toi où moi ? »

Je le regardais de mes yeux sombre et terrifiants. Je me demandais comment allait se finir cette affaire. J'étais à deux doigts de le planter et de m'en servir comme dîner. Je me demandais si je ne lui avais pas casser quelque chose en le plaquant si fortement contre le mur. J'avais cru entendre un craquement mais c'était peut être Cailin ou autre chose. J'avais l'avantage sur lui et je continuais de le menacer en restant sous ma forme de vampire.

«Maintenant tu écoute attentivement ce que je vais te dire. Tu la touche encore une seule fois et je t'assure que je te tuerais de mes propres mains et tu mourra dans d'atroces circonstances. C'est clair?»

Ma voix était aussi menaçante que la seconde d'avant et je savais que j'effrayais peut être Caitlin mais cet idiot devait savoir ou était sa place. Je ne le laisserais pas détruire ce que j'avais construit avec elle. Il ne me faisait pas peur. J'étais vraiment à deux doigts de me servir de lui comme repas. Il fallait pourtant que je ne cède pas à l'appel du sang. Je n'avais pas vraiment envie d'être renvoyé et séparer de ma douce Caitlin pour elle je jurais de me contrôler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://v-diaries.forumgratuit.org/
avatar

Abraxas G. Grindelwald

Elève de 7ème année - Serpentard

Humeur : Joueur


MessageSujet: Re: « Les femmes détestent les hommes trop prévisibles, elles adorent un certain coefficient de surprise. » {Pv : Caitlin & Wyatt} Lun 16 Juil - 12:07


Wyatt...toujours là au mauvais moment tiens ! Je ne pouvais supporter ce jeune gryffondor car il fourrait toujours son nez dans mes affaires. La preuve ! J'étais avec Caitlin et paf, le voilà qu'il surgit de nul part. Le bon côté des choses de sa venue était sûrement le fait que j'allai m'amuser. Enfin c'était ce que j'avais pensé au départ. Vu son arrivée, on aurait dit le maitre du monde, le mec qui se proclamait roi et qui disait : "écoutez moi....". Il se croyait où lui ? Dans un zoo moldus ou bien chez lui peut-être ? Ce n'était qu'un détail. Caitlin rejoint son petit ami et moi, pendant ce temps j'en avais profité pour récupérer ma baguette et celle de la jeune gryffondor. Dommage pour elle. Mais j'allais pas la plaindre non plus, la prochaine fois, elle réfléchira deux fois avant de courir dans les bras de son prince charmant. En passant, il n'avait rien de charmant.... à part sa tête et son corps mais son humour, à revoir. Mais avait-il un humour ? Je ne pensais pas. Je ne voulais pas lui donner des explications, contrairement à Caitlin qui elle, voulait. C'était juste pour ne pas le perdre ! Enfin bref, je préférais lui montrer de quoi j'étais capable moi. Je pointai ma baguette sur Wyatt et lui lançai un incendio. Malheureusement pour moi, il put faire rapidement un sortilège de protection. Argh ! Manque de chance sur ce coup. Mais je ne comptais pas m'arrêter là ! Je ne comptais non plus perdre. Surtout pas face à eux !
Mais soudainement j'assistai à un spectacle auquel je ne m'attendais pas, alors vraiment pas. Wyatt un vampire....un suceur de sang....un monstre. Caitlin préférait un monstre que moi...En quelques secondes, je fis plaquer contre le mur et ma baguette fut projeter au sol. Je n'avais rien vu venir ; c'était pour cela que je venais de lâcher bêtement ma baguette. Une erreur qui pouvait m'être fatale. Pendant quelques secondes, j'essayais de réaliser et lorsque je revins à la réalité, je sentais un douleur en moi et je vis devant moi un vampire avec ses canines devant. Horrible. Avec la force de Wyatt, je m'étais fait mal au dos mais rien de grave et fort heureusement. La situation ne m'était plus favorable et je ne savais pas comment j'allai m'en sortir. Il avait l'air d'être fier de ce qu'il venait de faire. Mais c'était une erreur. Une grosse erreur de sa part...

« Le plus fort de nous deux est toi Wyatt... Mais dans le domaine du physique car mentalement, c'est encore moi. »

Mon commentaire n'avait pas du lui plaire vu qu'il m'appuya comme une crêpe contre le mur. Ma douleur au dos grandissait. Je sentais qu'un passage à l'infirmerie allait s'avérer nécessaire. Puis je me retournai vers Caitlin qui n'avait pas bouger : elle regardait la situation.

« Et bien Caitlin, tu dois être fier maintenant. Ton cher petit ami qui vient de me ridiculiser. Savoure bien cette instant, je peux te le promettre car ma fureur sera terrible !»

Dans ma voix, on pouvait ressentir de la colère. Et il y en avait. J'étais très en colère. Comment pouvait-on permettre qu'un vampire soit dans l'enceinte de l'école ? Intolérable ! J'en voulais à Caitlin sur ce coup. Et cette révélation allait changer beaucoup de choses entre moi et Caitlin...Puis ce vampire commença à me lancer des menaces. Comment osait-il me menacer ? Le monde était vraiment à l'envers ces temps-ci... Dans un combat contre un vampire, il ne fallait pas se voiler la face, je n'allai pas faire long feu et j'allais perdre en quelques minutes voire secondes.
Je m'approchai alors de l'oreille de Wyatt pour que celle lui entende ce que j'avais à lui dire.

« Tu es peut-être un vampire mais tu as tes points faibles dont le pieux dans le coeur. Alors fais attention toi aussi. Mais j'ai un autre moyen tu sais... Par exemple dire à Mr le Directeur que tu m'a menacé ou bien inventer un stratagème pour te faire renvoyer et tu sais que j'en suis capable»

Je m'arrêtais deux secondes, durant lesquelles je regardai Cailtin et lui fit un léger clin d'oeil. Provocation ! Puis je revins à mon p'tit Wyatt.

« Si tu t'en vas de Poudlard, Caitlin sera à ma merci donc dans ton intérêt il faudrait mieux que tu reste ici, n'est-ce pas ? Alors voilà ce que je te propose : tu me relâches et je m'en vais et si tu m'attaques une autre fois de cette façon, je le dirai ou bien tu aies sur que le directeur aura des échos de toi... »

Je me retirai de vers l'oreille de Wyatt et émis un léger sourire, un sourire de victoire. Il fallait dire que mon chantage était peut être une façon de s'en sortir comme un lâche mais au moins, c'était souvent efficace. Je repris pour la dernière fois la parole avant la décision de Wyatt.

« Alors Wyatt que décides-tu ? » fis-je à voix haute pour que Caitlin y entende elle aussi.

Je voulais que Caitlin y entende pour la laisser dans la peur, dans le doute. C'était juste un revers de la médaille en pour de son cadeau qu'était Wyatt en vampire. Je la soupçonnais de m'avoir piéger. Mais ce n'était qu'une hypothèse. Maintenant je n'attendais plus que la réponse de Wyatt. Le choix était assez difficile : soit il choisissait de me laisser tranquille soit il choisissait de me laisser la porte ouverte à m'amuser avec Caitlin. Il était maître de son destin et celle lui pouvait décider. Qu'est-ce que j'aimais lorsque j'avais le dernier mot...





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Les femmes détestent les hommes trop prévisibles, elles adorent un certain coefficient de surprise. » {Pv : Caitlin & Wyatt}

Revenir en haut Aller en bas

« Les femmes détestent les hommes trop prévisibles, elles adorent un certain coefficient de surprise. » {Pv : Caitlin & Wyatt}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Proverbe du Jour: Les hommes ont 4 poches, les femmes n'ont 1 poche
» Anthéa de Prouville // La faiblesse des hommes font la force des femmes !
» Pourquoi les femmes sont elles plus attirantes que les hommes
» HOMMES ET FEMMES
» Un peintre... qui a trop ri...
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destination Poudlard :: Poudlard :: Cinquième Etage :: Salle de Bain des Préfets-